top of page
BAZIN (René) . Nord-Sud . Amérique, Angleterre, Corse, Spitzberg .

BAZIN (René) . Nord-Sud . Amérique, Angleterre, Corse, Spitzberg .

SKU : 9501026
450,00 €Prix
Tours, Maison Alfred Mame et fils, [1913], gr. in-8 (29,5 x 22,5 cm), toile ocre tramée, bords biseautés. Au premier plat, décor gaufré, titre ombré d'or, "Nord" en noir, couvert de neige, "Sud" doré souligné de noir, deux photos en héliogravure rapportées sur le plat, l'une prise au Spitzberg ("Naviguant à travers les glaçons", p. 216), l'autre en Corse ("Bergeries au col de Bavella", p. 188), représentant le contraste évoqué par le titre. Second plat muet, au dos titre dans la même présentation , tr. dorées, 280 pp. ¦Édition illustrée de 90 photographies, dont 16 hors-texte sur papier couché, signées Durand-Hiélard, Livernois, Neurdein, Pictorial Agency, Chester Vaughan, et Paul Grenot, compagnon de voyage de René Bazin (1853-1932) au Spitzberg (note p. 210). Une première édition non illustrée au format in-16 est parue simultanément chez Calmann-Lévy. Mame est l'éditeur habituel de Bazin pour ses grands formats illustrés (voir bulletins Mame et le plat historié, n° 13 et 14, PH 13/257, 14/262 , 14/278, ainsi que PH 21/394). Réunion des récits de voyage du romancier et académicien : "Paysages d'Amérique", "Visites en Angleterre", "Promenades en Corse", "Voyage au Spitzberg". Le premier voyage s'effectue du 20 avril à fin mai 1912. Le Titanic vient de heurter un iceberg (14 avril 1912) et son ombre plane sur les visites de Bazin à New York, Washington, Montréal et Québec. Ses séjours en Angleterre lui font découvrir le Norfolk et le Yorkshire, en assistant à une chasse au renard - atmosphère typiquement britannique garantie (voir Donatien Lévesque, En déplacement. Chasses à courre en France et en Angleterre, 1887, PH 20/386). Son voyage en Corse le mène sur les pas d'Alphonse Daudet et de Mérimée, récit jugé suffisamment original pour être réimprimé séparément à Ajaccio, en 2011. Quant au voyage au Spitzberg, il est réalisé dans les meilleures conditions touristiques, pendant l'été. "On y va bourgeoisement, confortablement, joyeusement. Cent quatre-vingt-quatre personnes ont quitté Dunkerque, à bord de l'Ile-de-France, sans parler des matelots, qui ne comptent pas parmi les touristes. Elles ont, chaque matin, leur croissant frais avec leur chocolat accoutumé, leur café ou leur thé ; elles ont leur table de bridge ; elles ont, pour se reposer du jeu et des repas, le paysage qui change à chaque moment (...). C'est un coin de Paris en voyage. Il s'y mêle quelques étrangers, plusieurs savants, un explorateur. Les chasseurs sont en nombre parmi les passagers, les photographes également." Au cours de ces diverses excursions, l'auteur se montre un touriste avisé, sans cesser d'être un écrivain attentif aux décors mouvants qu'il traverse, et décrit. "Au gré de ses voyages en Amérique du Nord, au Canada, en Angleterre, en Corse et au Spitzberg, René Bazin nous invite à une contemplation du paysage", écrivent Bénédicte Allard, Patricia Blanchandin et Virginie Chauvel dans "Éloge du paysage dans Nord-Sud" (Lire aujourd'hui René Bazin, Angers, 2000). "Ses contemporains avaient, comme lui, tendance à retranscrire leur vision de la nature dans des descriptions picturales. Les récits de ses voyages, rassemblés dans Nord-Sud, illustrent parfaitement cette métamorphose de l'écrivain en peintre. Et, c'est à la lumière de ses réflexions critiques sur la peinture, toile de fond des Notes d'un amateur de couleurs, que toute l'acuité de son regard transparaît." "Je n'écris pas un livre, mais des notes où le paysage a la plus grande part", telles sont les propres paroles de René Bazin dans "Les Paysages d'Amé rique", qui nous livre alors la clé de son esthétique." "Par une forte structure descriptive, René Bazin invite effectivement le lecteur à se représenter mentalement le paysage comme un tableau ; Nord-Sud se fait ainsi galerie de peintures. Les qualités de vision du romancier se mêlent étrangement à celles du peintre : il se dégage de chaque page d'écriture le choix d'une position tout comme un jeu sur la composition, les couleurs et la lumière." Mais il ne faut pas oublier que l'ouvrage est illustré de magnifiques photographies. Il convient donc de préférer l'édition Mame illustrée de grand format, qui les met parfaitement en valeur, et apporte un supplément documentaire à la description littéraire, notamment celles du Spitzberg, réalisées par un compagnon de voyage. Ex-libris de Paul-Émile Victor. Bel exemplaire de ce titre rare, jamais réimprimé. Cartonnage d'une grande originalité.
bottom of page