top of page
BONNEFONT (Gaston) . Le Règne de l'électricité .

BONNEFONT (Gaston) . Le Règne de l'électricité .

SKU : 9501145
450,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et fils, éditeurs, 1895, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Au premier plat, noir, or et argent, une femme en toge, représentant la statue de la Liberté, portant un flambeau électrique et une plaque où sont inscrits les noms des physiciens Volta, Faraday, Coulomb, Ampère, Ohm, [Galv]ani, au milieu d'un décor d'objets et monuments hétéroclites se rapportant à l'électricité, dont la tour Eiffel et son fanal (p. 233), un phare côtier (p. 232), un récepteur téléphonique, une ampoule, un électro-aimant , etc., aux angles inférieurs deux cadrans, aux angles supérieurs, deux lampes électriques. Au second plat, encadrement noir, dos orné d'une lampe à incandescence, d'un faisceau électrique en diagonale, d'une vue marine avec le phare électrique côtier et u ne lampe pour scaphandrier, tr. dorées (A. Souze fils, graveur), (2)-381-(1)-14-(4) pp., dont 18 pp. d'annonces ill. de l'éditeur (dont Le Bon Roy Henry, d'A. Hemant et Job, Les Vertus et les grâces des bêtes de Vimar, Jeanne d'Arc de Marius Sepet, la Revue Mame, etc.).¦Édition originale illustrée de 250 gravures par Yan Dargent, Férat, Gerlier, Poyet, Victor Rose, etc. Ce bel ouvrage fait le point sur la science électrique à la fin du XIXe siècle, à un moment où la fée électricité devient la r eine et le symbole du monde moderne, entre son apparition remarquée à l'Exposition universelle de 1889 (où on a mis en service le fanal de la tour Eiffel) et son triomphe à l'Exposition universelle de 1900, où elle triomphe - le Palais de l'électricité lui étant entièrement consacré (voir PH 9-174 et 175 sur ces expositions). L'ouvrage est dû au vulgarisateur Gaston Bonnefont (1851-1911), à qui nous devons nombre de livres à plat historié, souvent publiés par Mame, un représentant typique de ces auteurs en thousiasmés tant par les conquêtes géographiques que par les avancées scientifiques, deux domaines qui, pour eux, se complètent et se corroborent. Polygraphe soucieux de pédagogie envers la jeunesse, il publie des ouvrages visant à valoriser les colonies françaises, comme Deux petits touristes en Algérie (1888) et Aventures de six Français aux colonies (1890, PH 3/54 et 29/542). Il écrit aussi bien des livres récréatifs et instructifs sur Les Jeux et les récréations de la jeunesse (1888), sur Les Ex ercices du corps (1890), les Tours de physique et de chimie amusantes (1890) ou La Science enfantine (1893), que des livres sur le monde du travail, comme Les Écoles professionnelles de la France (1889) et Les Héroïnes du travail (1892). Il rédige des biographies de Théophraste Renaudot, l'inventeur oublié de la presse (1889) et de Jacquard, l'homme des métiers à tisser (1893). Il traduit les livres de voyage de lady Brassey pour Mame (A travers les tropiques et Aux Indes et en Australie dans le yacht le Sunbeam, tous deux en 1893, PH 11/213). Son testament littéraire est un livre où il combine sa science pédagogique, son intérêt pour l'univers du travail et sa passion des sciences et techniques, Souvenirs d'un vieil ingénieur au Creusot (1905 ). Nous avions déjà présenté cet ouvrage en percaline bleue (PH 27/505). Le voici en rouge. Son plat est signé Auguste Souze fils, dont nous avons déjà rencontré à plusieurs reprise les réalisations. Les plus réussies datent des années 1892-96 et se décl inent en une petite série où flamboient l'or et le palladium. C'est le cas encore ici : la torche tenue par la fée électricité rayonne littéralement sur le plat. Et l'on peut dire que le fond rouge permet au palladium de scintiller de tous ses feux. Nous évoquions dans la précédente notice les similitudes existant entre ce plat et celui du livre de Georges Dary, Tout par l'électricité (1883), signé Auguste Souze. Il est manifeste que Souze fils se réfère à ce premier plat, dont il met à jour les éléments techniques et esthétiques. Nos lecteurs pourront en juger sur pièce, car nous sommes heureux de présenter ci-après le livre de Dary, qui a d'ailleurs servi de modèle à Bonnefont, et que celui-ci cite en remerciement. Rousseurs éparses. Plaque superbe.
bottom of page