top of page
BONNEFOY (Marc). Souvenirs d'un simple soldat en campagne, 1859 .

BONNEFOY (Marc). Souvenirs d'un simple soldat en campagne, 1859 .

SKU : 9501326
500,00 €Prix
Paris, Charavay, Mantoux, Martin, Librairie d'Éducation de la jeunesse, [1891], gr. in-8 (25 x 17 cm), percaline rouge. Au premier plat, polychrome, soldat gardant une redoute, au garde-à-vous (p. 49) dans un parterre végétal parsemé de coquelicots, sous un ciel d'orage parcouru d'éclairs. Au second plat, encadrement de filets et écoinçons décoratifs noirs, au dos un fantassin sur une route bordé d'herbe semée de coquelicots, se dirigeant vers un soleil rayonnant, tr. dorées (A. Souze, graveur), 239-(1) pp. ¦Édition originale illustrée de 30 (35 annoncés) dessins de Paul Carrey.Ce livre relate la campagne dItalie de 1859, où le Second empire de Napoléon III aide lItalie à combattre les Autrichiens et donc à devenir indépendante. Des noms de légende sont restés dans la topographie parisienne : Magenta, Solferino, Montebello.Lauteur y relate ses souvenirs denfance et de jeunesse dans le Vaucluse, son engagement comme soldat, à lâge de 18 ans et sa participation à la campagne dItalie, qui souvre au printemps 1859 jusquà 1860. Cest le point de vue de la base :« A larmée, lhomme qui porte un fusil nest jamais dans le secret des Dieux ; nul moins que lui ne connaît les péripéties et les résultats dune bataille par exemple. A peine remplit-il dans laction le rôle dun figurant au théâtre ; dans le coin restreint où il se meut, le soldat ne peut participer quà un seul des nombreux épisodes du drame ; borné par un étroit horizon, lensemble des événements lui échappe dune façon absolue. Aussi, la campagne dItalie dont il va être question dans ce livre, ne sera pas décrite dun point de vue élevé. Ce sont les faits, les gestes, les impressions dune escouade, dune seule escouade et souvent dun seul simple soldat, que lauteur y retrace ; mais il ne raconte du moins que des choses vraies, vues, vécues. » (p. 30).La thématique militaire est lune des plus importantes représentée en plat historié, avec les sciences et techniques, lhistoire, les voyages et les pays. Cela répond aux principales préoccupations de lépoque : les découvertes scientifiques et géographiques, lexpansion coloniale et les relations historiques, toutes associées au caractère éducatif et récréatif des ouvrages, en partie destinés à la jeunesse, mais intéressant aussi les adultes. Les ouvrages à thème militaire sont loccasion de magnifiques déclinaisons polychromes sur les couvertures. Luniforme français, rouge et bleu, semble conçu exprès pour orner les plats historiés ! Ici, Auguste Souze ajoute une touche artistique, symbolique et poétique en représentant un soldat au milieu dun champ fleuri, les petites touches rouges pouvant aussi figurer le sang des blessures à venir, tandis que la fureur des combats est symbolisée par un ciel dorage.Parmi les plats historiés militaires, citons dabord les livres publiés par Garnier de Dick de Lonlay, Au Tonkin, 1883-1885. Récits anecdotiques (1886, PH 26/498), Français et Allemands. Histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871 (1888 à 1891, PH 8/161) et Notre armée (1890, PH 21/404), ainsi que Henri Galli, Les Anniversaires de 1870 (1895, n°19-370). Chez dautres éditeurs, citons Charles Leser, Nos fils sous les armées. Tous soldats (Charavay, Mantoux, Martin, 1892, PH 23/442), Edgar Monteil, Jean-le-Conquérant (Marpon et Flammarion, 1888, PH 12/240) ou le duc dOrléans, Récits de campagne (Calmann Lévy, 1892, PH 18/357). En plat historié, la thématique militaire est associée à lhistoire ou à lactualité des campagnes de larmée française, depuis les guerres de la Révolution et de lEmpire jusquà lhistoire coloniale sous la IIIe République.Nous avons déjà présenté un ouvrage du même auteur chez le même éditeur, Autour du drapeau (1891, PH 12/231), recueil de récits sur les différentes campagnes militaires françaises. Un épisode du chapitre sur Solferino, « Les feux de la Saint-Jean » figure dans les deux ouvrages.Officier, poète, libre-penseur, Marc Bonnefoy (1840-1896) est né à Sablet (Vaucluse), évoqué dans son livre. Son fils Lucien Bonnefoy publie ses souvenirs, Strasbourg en 1870, notes et impressions d'un officier pendant le siège (Librairie alsacienne-lorraine, 1911) et une biographie de son père, Marc Bonnefoy et son œuvre (Fischbacher, 1912).Le livre de Bonnefoy est mentionné dans Les Militaires savoyards et niçois entre deux patries, 1848-1871 de Hubert Heyriès (Université Paul-Valéry-Montpellier III, 2001) : « engagé volontaire en 1858, il finit caporal à la fin de la campagne en 1860 ; anecdotes sur les relations difficiles entre les civils italiens et les soldats français qui ne savent pas parler l'italien. »Paul Carrey est un illustrateur abondant mais peu connu, actif de 1890 à 1915, travaillant à la Revue illustrée, au Monde moderne, aux Annales politiques et littéraires, collaborateur des suppléments illustrés du Petit Journal et du Petit Parisien, de Nos loisirs et du Miroir. Il a travaillé pour la Maison Quantin, participé à liconographie des guides-albums de Constant de Tours, Vingt jours en Bretagne De Saint-Malo à Brest (1892) et Vingt jours en Belgique (1895), de Paul Strauss, Paris ignoré (Ancienne maison Quantin, Librairies-imprimeries réunies, 1892, PH 26-503). Il a illustré Charles Leser, Nos fils sous les armées. Tous soldats (Charavay, Mantoux, Martin, 1892, PH 23-442) en prenant le relais de Job (à partir de la 24e livraison). Il a participé ensuite à liconographie de Grognards et conscrits par Georges de Lys (R. Roger & F. Chernoviz, 1912, PH 27-516), à celle de Femmes de Marcel Prévost (Fayard, 1913, coll. Modern-Bibliothèque), et pour la même collection a illustré Sébastien Roch dOctave Mirbeau et Les Morticoles de Léon Daudet.Bel exemplaire.
bottom of page