top of page
BORDEAUX (Henry) . La Peur de vivre .

BORDEAUX (Henry) . La Peur de vivre .

SKU : 9501264
600,00 €Prix
Paris, R. Roger et F. Chernoviz, libraires-éditeurs, 1910, in-4 (32,5 x 26 cm), percaline bleue, bords biseautés. Au premier plat, noir et or, récolte des foins en montagne, devant un chalet, encadrements végétaux de montagne (digitale à gauche, framboise à droite et en bas, edelweiss en haut). Au second plat, large vignette végétale circulaire noire, au dos fers floraux dorés, tr. dorées (Lorne, graveur), 299-(5) pp. ¦Édition illustrée de 15 hors-texte par Alexis Vallet (né en 1869), peintre, caricaturiste, illustrateur et auteur de bandes dessinées dans la presse pour la jeunesse, notamment pour les publications Offenstadt. Il a illustré La Petite Mademoiselle du même auteur chez le même éditeur (1911). Henry Bordeaux (1870-1963) a connu une gloire immense au début du XXe siècle.« La figure de Bordeaux a largement dominé la création littéraire en Savoie où il simposa », dit Alain Boucharkat (Savoie, 1997, p. 190). « Il était né en 1870 à Thonon dun père ariégeois, muté comme fonctionnaire. Par sa mère, une Fréchet-Deléchaux, il se rattachait à une vieille famille de magistrats savoyards. Il fait son droit à Paris et y fréquente les cercles littéraires. À la mort de son père qui avait fondé un cabinet davocats à Thonon, il vient le remplacer, expérience de la solidarité familiale qui sera un de ses thèmes favoris. En 1899, il épouse Odile Gabet, fille de notaire qui lui apportera en héritage la propriété du Maupas à Vimines, inséparable de lhomme et de lœuvre. »Situé dans le cadre dune propriété savoyarde, ce roman est celui dun amour déçu. Marcel Guibert, amoureux dAlice Dulaurens, ne peut lépouser car la mère de celle-ci veut quelle épouse un comte. Le jeune capitaine part en mission au cœur du Sahara où une mort glorieuse lattend. « La Peur de vivre en 1902 connaît un immense succès, dit Alain Boucharlat (Savoie, 1997, p. 190). Bordeaux, dans la ligne de Taine, de Barrès ou de Bourget, célèbre les vertus de la cohésion familiale où la femme a un rôle fondamental, le respect du nom et de lhéritage, de la tradition, contre le désordre des passions de toute espèce. Le suffrage universel lui paraît inadéquat au matérialisme dune société qui a rompu les amarres. Il se reconnaît dans le christianisme social dAlbert de Mun. Mobilisé en 1914, il est élu à lAcadémie française en 1919. » (...) « Résulte-t-il de ses écrits une vision originale de lidentité savoyarde ? On peut en douter. Bordeaux, cétait la Savoie. Mais cétait aussi et dabord le quai de Conti. Il avait évoqué avec une grande sympathie lœuvre dAmélie Gex. Mais il nen vit pas toute la portée. Le patois et la paysannerie échappaient, en dépit des apparences, à un écrivain qui a si bien peint la bourgeoisie provinciale. Ce nest pas un reproche et en tout état de cause, on peut regretter loubli dont il est victime. Cet oubli tient-il à ses idées désaccordées à notre époque ? Cest ce quon dit. Ne serait-ce pas plutôt lécriture qui serait en cause, avec sa limpidité un peu facile qui lui valut une audience internationale ».En effet, Henry Bordeaux a connu de remarquables succès en langue anglaise. Dès 1917, son œuvre fait lobjet dune thèse à lIndiana University, Étude critique de Henry Bordeaux, par Alice Lucille Dunn, suivi en 1921 de Les Romans à thèse dHenry Bordeaux par Juliette Marcelle LHostis (Univ. of California). En 1954, une autre thèse prend comme sujet A Study of the Setting of Henry Bordeauxs La Peur de vivre par M. Celine Hendley (Catholic University of America). Ses livres sont publiés dans des éditions commentées pour apprendre la langue française.Dès 1906, il fait lobjet de livres : Henry Bordeaux, biographie critique par Amédée Britsch (Sansot, 1906), Le Roman de la famille française : essai sur lœuvre de M. Henry Bordeaux par Joseph Ferchat (Plon, 1912), Une doctrine de vie, lœuvre de M. Henry Bordeaux par le Dr Henri Carrière (Beauchesne, 1920), Le Sens de la vie et lidée de lordre dans lœuvre dHenry Bordeaux par Maurice Ligot (1924), Henry Bordeaux par Pierre Benoit (1931).La renommée du romancier baisse dans la seconde moitié du XXe siècle, mais il fait encore lobjet de travaux sérieux : Henry Bordeaux, romancier savoyard par Anne Butin (1990) et La Savoie jadis et naguère : dAmélie Gex à Henry Bordeaux par Philippe Terreaux (Chambéry, Centre détudes franco-italien, 1990). En 1993, les Archives départementales de la Savoie éditent un Inventaire-index de la correspondance reçue par lécrivain, et celle-ci est publiée en deux volumes aux éditions Champion, en 1995, sous la direction de Simone Vierne, Luce Czyba, Daniel Grange et Philippe Paillard.Cette édition de La Peur de vivre fait partie de la collection des romans in-4 publiée par Roger et Chernoviz, tous avec des plats historiés magnifiques. Nous avons déjà rencontré : Contes choisis de Paul Bourget (1910, PH 28/524), Grognards et conscrits de Georges de Lys (1912, PH 27/516) et Dans la lande et sur la grève du même (1912, PH 7/142).Très bel exemplaire.
bottom of page