top of page
BORY (Paul). Les Artères du globe .

BORY (Paul). Les Artères du globe .

SKU : 9500163
450,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et fils, éditeurs, 1888, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Premier plat orné d'un décor noir et doré composé de motifs végétaux et d'arabesques avec un ruban circulant sur trois côtés portant le nom des grands fleuves du monde : Mackensie, Rio de la Plata, Mississipi, Amazone, Ohio, Zambèze, Niger, Nil, Gange, Iénisei, Obi, Yang-tsé-Kiang, Amour, Rhône, Don, Volga, et deux fers d'angle portant en cartouche les noms du Danube et du Rhin. Second plat orné de motifs géométriques noirs, dos orné d'une ge rbe végétale dorée entourée d'un ruban portant le titre, tr. dorées (A. Souze, graveur), 399-(1) pp. ¦Édition originale illustrée de nombreuses cartes, croquis, coupes, schémas et de gravures sur bois par Alexandre de BAR, Émile BAYARD, A. BEAUNE, W. H . BOOL, W. H. FREEMAN, GERLIER, Karl GIRARDET, GRANDSIRE, D. LANCELOT, LAURENS, Jules NOEL, PROVOST, RIOU, SARGENT, YAN DARGENT, etc. C'est un des ouvrages les plus originaux dus à la plume du polygraphe Paul Bory (né Paul Brunet en 1837, ancien libraire- éditeur), un habitué des publications Mame en plat historié, dont nous avons déjà présenté Les Explorateurs de l'Afrique (PH 2, 1889) et Les Grandes entreprises modernes (PH 85, 1890), également auteur des Mémoires d'un Romain (Mame, 1890). Bory est un parfait représentant du vulgarisateur scientifique éclairé de la fin du XIXème siècle, capable d'évoquer un grand nombre de sujets, historiques, géographiques, scientifiques, techniques, de manière ludique et pédagogique. Ici, il est beaucoup question de géographie et de géologie, mais aussi de zoologie, de biologie, de botanique et d'économie industrielle. Cet ouvrage "frappera par la nouveauté et l'intérêt de son sujet", dit Le Correspondant (déc. 1887, p. 939). "C'est, en quelque sorte, la physiologie de la terre que nous habitons", et citant l'auteur : "Quand les artères transportent dans tout notre individu les molécules qui font la richesse de notre sang et les matières qui accroissent notre chair, les fleuves, eux, transportent par toute la terre le limon qui rend les eaux fertilisantes et les atomes minéraux qui bâtissent les terres destinées à nos descendants." (Bory, p. 9). "Considérés sous cet aspect d'agents supérieurs de la grande circulation, les fleuves offrent un champ d'études très curieux, véritablement neuf et d'une grande étendue. L'auteur aurait pu, sans remplissage, dépasser les quatre cents pages dans lesquelles il s'est enfermé." (Le Correspondant). Il développe "d'une manière très complète les théories auxquelles donne lieu l 'étude de la circulation des eaux douces sur la surface de la terre", dit le Polybiblion, ainsi que "l'exposé de la théorie des plissements de l'écorce terrestre, telle que l'a établie, avec sa haute autorité, M. de Lapparent, l'éminent géologue français. M. P. Bory traite ensuite la genèse et l'origine des fleuves, la marche des eaux, leur action physique, chimique et mécanique, les colmatages, les érosions, les débordements ; il décrit les fleuves disparus ou souterrains, les phénomènes auxquels les cours d'eau sont sujets, leur influence sur la climatologie, sur les productions du sol, sur la formation des familles ethnographiques, sur les migrations humaines ; puis il étudie la vie des eaux, faune et flore, depuis les temps primitifs jusqu'à nos jours, et enfin les diverses formes de l'industrie fluviale, navigation, flottage, pisciculture, hydraulique, irrigation, canaux, eaux d'alimentation. On voit quelle est l'ampleur du sujet. Il faut reconnaître que M. P. Bory a été à la hauteur de cette tâche ; le fond et la forme, l'érudition et le style, sont très remarquables" (Polybiblion). "Des cartes, des plans, des vues, des figures de toutes sortes, étaient nécessaires à son travail ; les éditeurs y ont largement et, dans plusieurs endroits, brillamment pourvu. Ajoutons - ce qui ne lui ôte rien de sa valeur scientifique - qu'une pensée chrétienne règne dans tout l'ouvrage" (Le Correspondant), pensée chrétienne également soulignée dans le Polybiblion. Un sujet neuf, dit Le Correspondant. En 1888, Louis Barron entame sa série sur les fleuves de France. Depuis, le "roman des fleuves" a fait l'objet d'une abondante littérature : d'abord Le Roman des grands fleuves d'Albert Hochheimer (1955), puis Le Fleuve qui porte un monde, le Rhin de H. J. Duteil (1958) jusqu'aux monographies sur le Nil (1974), le Mississippi (1983), le Danube (1987), le Gange (1991), la Loire (1997) par Bernard Pierre, formant une série à succès intitulée Le Roman des fleuves. Très bel exemplaire.
bottom of page