top of page
BOURGET (Paul) . Contes choisis .

BOURGET (Paul) . Contes choisis .

SKU : 9500655
600,00 €Prix
Paris, R. Roger et F. Chernoviz, libraires-éditeurs, 1910, in-4 (33 x 26 cm), percaline vert sapin, bords biseautés. Au premier plat noir, or et argent, les deux héros du conte "La Parole donnée", en barque sur le lac de Thoune (Suisse), au clair de lune (ill. p. 277, légende : "Autour d'eux, le lac développait sa nappe immense que cette lumière, comme surnaturelle, teintait de nuances d'argent et de perle, de nacre et d'opale", p. 280), encadrement de motifs végétaux dorés. Rosace noire au second plat, dos orné de motifs florau x dorés, tr. dorées (Lorne, graveur), 302-(2) pp. ¦Édition illustrée de compositions de A. et G. CHANTEAU. Recueil de treize contes (Aline, Le Fils, Le Talisman, Résurrection, Le Frère de M. Viple, L'Adoration des Mages, L'Ami d'enfance, Bob Milner, U n chef, Le Nègre, Autre joueur, La Parole donnée, Lucie), publiés en revues de 1888 à 1908, puis insérés dans divers recueils (Pastels, dix portraits de femmes, 1889 ; Nouveaux pastels, dix portraits d'hommes, 1891 ; Recommencements, 1897 ; Drames d e famille, 1900 ; Monique, 1901 ; Les Deux soeurs, 1905 ; Les Détours du coeur, 1908). La notice du Grand dictionnaire encyclopédique Larousse est une bonne synthèse de la carrière de Paul Bourget (Amiens, 1852-Paris, 1935), élu à l'Académie fran çaise en 1894. "Après avoir été tenté par la poésie (La Vie inquiète, 1875), il se fit remarquer par deux séries d'études psycho-littéraires, les Essais de psychologie contemporaine (1883, réimprimé en 1993 chez Gallimard, coll. Tel, édition d'André Gu yaux) et les Nouveaux essais de psychologie contemporaine (1886), qui analysent la crise sociale et intellectuelle de l'époque. Désireux de rivaliser avec les naturalistes dont il refusait l'idéologie et l'esthétique, il tenta de substituer au roman expé rimental de Zola un roman psychologique, expérimental lui aussi, mais où tout était subordonné aux mécanismes secrets de l'âme et du coeur. Ce fut une longue suite de succès de librairie : Cruelle énigme (1885), André Cornélis (1887), Le Disciple (18 89), Un coeur de femme (1890), Cosmopolis (1893), L'Étape (1902), Un divorce (1904), Le Démon de midi (1914), Nos actes nous suivent (1927). Persuadé que, selon sa propre formule, "la pensée est à la littérature ce que la lumière est à la peint ure", il fit de chacun de ses récits un roman-thèse et il s'enferma très vite dans un traditionalisme étroit où la bourgeoisie du temps aima à se reconnaître. A ce titre, son oeuvre est un véritable document." Il "est, au début du XXe siècle, l'un des "tr ois B", avec Henry Bordeaux et René Bazin [qui sont d'ailleurs quatre, avec Barrès] : des auteurs de référence pour les milieux catholiques et traditionalistes. Nous sommes dans l'anti-scientisme, la défense de la culture classique contre les "barbares" de l'école républicaine, le refus de la liberté de l'art au profit de la responsabilité sociale. Le traditionalisme de Bourget est politique, social et religieux. Il se fait le défenseur de la famille, de l'Église et de la monarchie, contre la république et la démocratie" dit Robert Spieler ("Paul Bourget", Rivarol, octobre 2012). Bourget est aussi un nouvelliste et, à ce titre, intéresse les Anglo-Saxons, friands de récits courts. Dans une anthologie de littérature française, l'un d'eux recommande à ses lecteurs les recueils Monique (1901), Un saint (1893) et la présente sélection, notant que "Le Talisman", "Le Nègre" et "Autre joueur" mériteraient d'être mieux connus. Ses Pastels offrent aussi d'excellents exemples d'un humour subtil teinté de méla ncolie, avec des descriptions au fort pouvoir évocateur. Sa place est parmi les peintres de la vie contemporaine, bien que "L'Ami d'enfance", le récit retenu, relève du genre héroïque (W. M. Daniels, Contes de la France contemporaine, 1922). Un autre c ritique estime que "Le Frère de M. Viple" est un petit joyau, avec une chute finale à la O. Henry (A. E. Singer, Paul Bourget, 1976). La plupart des études sur Paul Bourget sont anciennes (Albert Feuillerat, Paul Bourget, histoire d'un esprit sous la I IIe république, 1937 ; L. J. Austin, Paul Bourget, sa vie et son oeuvre, 1940 ; Séverin Pelletier, La Nature et la grâce chez Paul Bourget, 1940 ; Michel Mansuy, Un moderne, Paul Bourget, de l'enfance au Disciple, 1960). Toutefois, l'encyclopédie en ligne Wikipédia propose un article très détaillé et illustré sur Bourget avec 150 références, et un autre sur sa propriété "Le Plantier de Costebelle" (Villa des Palmiers, Hyères), acquise en 1896, aujourd'hui maison d'écrivain conservant ses archives. E n 1930, Talvart et Place résument ainsi sa carrière : "La place considérable occupée par Paul Bourget dans la littérature contemporaine ne lui est pas seulement acquise par ses qualités de romancier, que marquent une rare lucidité intellectuelle et une gra nde acuité psychologique, par l'abondance de sa production, mais encore par ses éminentes qualités de critique et de moraliste. Ses essais, comme ses oeuvres d'imagination tendent à être, ainsi qu'il a dit lui-même, "un témoignage de vérité" et, tout en te nant à y refléter l'âme particulière de son époque, il veut agir sur cette âme comme le praticien sur un corps malade. Revenu au catholicisme, Paul Bourget y rapporte ses tendances et ses conclusions. Sans y asservir étroitement son art, il l'en fait toute fois assez dépendre pour illustrer une théorie où l'objectif traditionaliste et religieux prend la première place. Moins artiste de la forme qu'analyste des sentiments et des idées, il procède plus de Stendhal que de Balzac, en tenant de ces deux maîtres l e scrupule de la composition et le souci moral et social du fond. "J'écris à la lueur de deux vérités éternelles, a-t-il dit, la Religion, la Monarchie, deux nécessités que les événements contemporains proclament et vers lesquelles tout écrivain de bon sen s doit essayer de ramener notre pays." Nés à Nantes, Alphonse (1874-1958) et Gabriel CHANTEAU (1874-19..) sont frères jumeaux et artistes. Le premier est peintre, paysagiste et graveur et le second peintre de marines. Ils signent ensemble les compositions du recueil, ainsi que celles des Poèmes épiques de Mme J. Bidault (Collection de la Poétique, 1911, préface de Maurice Barrès). Chez le même éditeur, nous avons déjà présenté deux livres de Georges de Lys, Dans la lande et sur la grève (1913, PH 7/14 2) et Grognards et conscrits (1912, PH 27/516) et un de Marcel Mültzer, Maman la Soupe et son chat Ratu (PH 25/486). Ex-praemio. Premier plat magnifique. Bel exemplaire, peu commun.
bottom of page