top of page
BRIDGES (T.C.). La Croisière du Vengeur au cœur de l’Afrique.

BRIDGES (T.C.). La Croisière du Vengeur au cœur de l’Afrique.

SKU : 9501295
350,00 €Prix
Paris, Fernand Nathan, 1927, gr. in-8 (28 x 20 cm), percaline gris-vert, bords biseautés. Au premier plat polychrome et or, un méhariste observe un dirigeable survolant un massif montagneux (p. 57 et 80), Au second plat, chouette stylisée à froid, titre doré au dos et vignette (aéroplane dans les nuées, p. 60), tête verte, 188-(4) pp. ¦Édition originale française illustrée de douze hors-texte par Emmanuel Poirier et de 56 têtes de chapitre ou culs-de-lampe.Traduit de langlais par Suzanne Clot.Première publication en feuilleton sous le titre « The Sky Riders. A stirring tale of adventure round the world », dans The Childrens Newspaper, du 27 septembre 1919 au 14 février 1920, puis en volume chez George G. Harrap & Company, juin 1921.Deuxième volume dune série de quatre traduits chez Fernand Nathan de 1926 à 1929 (Le Raid mystérieux de Martin Crusoé au cœur des Sargasses, 1926, La Croisière du Vengeur au cœur de lAfrique, 1927, Le Voyage dans l'inconnu au cœur des Rocheuses Canadiennes, 1928, La Cité mystérieuse, 1929) dont seuls le deuxième et le troisième sont à plat historié.Né à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), T. C. Bridges (1868-1944) est un prolifique écrivain anglais de romans daventures juvéniles, souvent teintés dextraordinaire.Il est le romancier attitré de lhebdomadaire The Childrens Newspaper, lancé le 22 mars 1919, à Londres par The Amalgamated Press (Fleetway House), sous la direction dArthur Mee, sous-titré « The Story of the World Today for the Men and Women of Tomorrow ». Cette publication appartient au courant de limpérialisme anglais de laprès-guerre, cherchant à éduquer et récréer les jeunes Anglais au lendemain du conflit. Le bandeau du premier numéro promeut « The Childens League of Nations » (la Société des nations des enfants). Créé à la suite du mensuel My Magazine, cest un véritable journal dinformation et de distraction sur 12 pages à 4 colonnes, destiné aux enfants et adolescents. Léditorial du premier numéro (en page 5) publie le dessin dun enfant expliquant « Papa dirige le monde aujourdhui, mais je le dirigerai demain ! » (« Daddie rules the world today, but I am going to rule it tomorrow »), parfait produit de la doctrine impérialiste britannique.Pour soutenir ce programme, le romancier T. C. Bridges est recruté dès le début de lentreprise. Ses trois premiers romans pour le journal sont traduits en français. Le premier est « Martin Crusoe, a boys adventure on Wizard Island » (du 22 mars au 4 octobre 1919, trad. française, 1926). « The Sky Riders » est le deuxième (trad. française, 1927), suivi du troisième, « Men of the Mist », du 22 mars au 2 septembre 1922 (trad. française, 1928). Le quatrième, La Cité mystérieuse (1929, trad. de The Hidden City, 1923) nest pas paru dans le journal.Les éditeurs français ont peu lhabitude de faire traduire ce type de romans (très nombreux en Grande-Bretagne), leur préférant des productions similaires écrites par des auteurs français. Langlophilie régnant après la Grande guerre explique que les Éditions Fernand Nathan ont choisi de publier ces romans « daventures modernes » dun auteur qui remportait un grand succès. Deux seulement sont à plat historié, le premier et le dernier se présentant en cartonnage déditeur à couverture imprimée sur papier contrecollé. Ces quatre volumes seront réédités entre 1935 et 1940 dans une collection Aventures et Voyages, cartonnée à couverture illustrée par Maurice Toussaint de format in-8°.Emblématiques dun renouvellement du roman daventures après la Grande guerre, ils méritent dêtre présentés brièvement. Avec ses romans où limpérialisme est moins marqué que chez dautres auteurs, T. C. Bridges a pour souci décrire des histoires dépaysantes et palpitantes situées dans des contrées lointaines, quil veut faire découvrir et apprécier par ses lecteurs. Bridges est un chantre de laventure et de laction menées tambour battant. Pratiquement tous ses romans utilisent la même thématique, exportée aux quatre coins du globe, un monde perdu peuplé de créatures fantastiques, préhistoriques et monstrueuses, découvert par des héros (souvent des camarades de classe) nayant pas froid aux yeux, parfois grâce à un moyen de transport extrapolé à partir de ceux existants, aéroplane ou dirigeable. Dans Martin Crusoé, le jeune Martin Vaile découvre une île inconnue, Lemuria, dernier vestige de lAtlantide, au milieu de la Mer des Sargasses, occupée par des descendants de Vikings, aux lacs peuplés de créatures préhistoriques. Dans le troisième roman, Le Voyage dans l'inconnu au cœur des Rocheuses Canadiennes, on découvre un monde perdu en Alaska, peuplé lui aussi de créatures préhistoriques. Dans La Croisière du Vengeur, le dirigeable révolutionnaire Le Vengeur permet daccéder à une contrée inconnue, au cœur de lAfrique, elle aussi riche en monstres et en dangers. La Cité mystérieuse, enfin, est située dans une contrée perdue, en Amérique du Sud, avec les mêmes ingrédients, serpent géant, peuplade indienne inconnue, trésor à découvrir et laide de la radio (TSF).Ainsi, au sortir de la Grande guerre, ce romancier tentait, avec succès, de renouer avec les grands thèmes classiques de laventure extraordinaire tout en modernisant le cadre de ses romans, et en ladaptant au contexte de lexploration de contrées encore inconnues, afin de susciter des vocations de futurs aventuriers ou dadministrateurs coloniaux.Magnifique plat historié.
bottom of page