top of page
CALVET (C.). Petite Yvonne .

CALVET (C.). Petite Yvonne .

SKU : 9501038
350,00 €Prix
Paris, Ancienne Librairie Furne, Combet et Cie, éditeurs, 1904, in-8 (25 x 17 cm), percaline vert d'eau. Au premier plat, polychrome, signé E. Vavasseur, Yvonne en costume breton, chantant une berceuse à sa poupée pour la faire se tenir tranquille (pp. 14-15), à l'arrière-plan, en ombres chinoises, Thérèse levant les bras au ciel (p. 69), Baptiste recevant un coup de pied d'Yves au postérieur (p. 81). Second plat muet, dos orné de caissons dorés, tr. dorées (Weill, relieur), 160 pp. ¦Édition originale illustrée de 25 gravures dont 12 hors-texte par Émile Bayard (fils) (1868-1937).Les auteurs de livres pour enfants à plat historié sont souvent des pédagogues, éducateurs, enseignants, maîtres décoles, professeurs. On la constaté à de multiples reprises dans les ouvrages que nous avons décrits dans nos bulletins. Ce livre est loccasion idéale pour nous arrêter un peu sur ce sujet. Collaborateur de la librairie Jouvet, C. Calvet est peu connu. On ignore jusquà son prénom. Professeur agrégé d'histoire au lycée Michelet, il a écrit en 1891 des manuels scolaires, en collaboration avec J. Mingam, directeur d'école municipale à Brest, L'Histoire de France raisonnée à l'école primaire. Cours élémentaire, suivi d'un résumé jusqu'à nos jours et Cours moyen, précédé d'une révision du cours élémentaire (Jouvet, 1891). Ces manuels seront réédités plusieurs fois, les dernières éditions signées du seul Calvet.Calvet semble avoir été un « hussard de la république », un professeur défendant une conception laïque et républicaine de lhistoire, ce que signale un article de la revue Etudes (Vol. 121, 1909, p. 819) : « En parcourant le manuel d'histoire de France de M. C. Calvet (cours moyen), je pensais avoir affaire à un vrai primaire, à un pense-petit, mais la couverture m'apprend que l'auteur est agrégé d'histoire, censeur du lycée Michelet. J'ai comparé l'édition de 1891, où M. Calvet collaborait avec un instituteur de Brest, M. Mingam, avec l'édition toute récente qui porte le nom du seul M. Calvet. Celle-ci est beaucoup plus tendancieuse, je dirai même plus erronée. M. Calvet s'est posé un théorème à démontrer : la France d'avant la Révolution a été très malheureuse ; prouver que c'est l'Église, le catholicisme, les prêtres, qui sont la cause de tous les malheurs du peuple. » Suivent plusieurs exemples. Ces arguments sont repris par Georges Champenois dans Le Sabotage officiel de l'Histoire de France (Bossard, 1930). Ceci pour souligner que la période de lâge dor du plat historié était aussi celle de polémiques virulentes autour de lécole laïque ou de lenseignement religieux, qui culminèrent avec la loi de séparation de léglise et de lÉtat en 1905. Ces deux tendances se retrouvent dans de nombreux livres à plat historié et lon voit ce qui peut opposer les conceptions de léditeur Jouvet (républicain) et celles de Mame (catholique). Dautre part, la question de liconographie est essentielle. Le manuel de Calvet et Mingam est mentionné par Yves Gaulupeau dans son étude, « L'histoire en images à l'école primaire. Un exemple : la Révolution française dans les manuels élémentaires (1870-1970) » (Histoire de l'éducation, 30, mai 1986, p. 29-52). Il écrit : « Jusquen 1900, la technique communément utilisée est la gravure sur bois. Aussi bien, les éditeurs font couramment appel à des dessinateurs qui ont acquis une certaine notoriété notamment comme illustrateurs de romans pour la jeunesse. Ainsi, des dessins de F. Lix ou F. Philippoteaux (illustrateurs des Voyages extraordinaires de J. Verne, chez Hetzel) figurent dans les manuels de Calvet et Mingam (Jouvet), Gauthier et Deschamps (Hachette), Aulard et Debidour (Cornély). Les plus belles gravures des manuels de Lavisse doivent leur finesse au talent de A. Robida et F. Raffin (dont les dessins se retrouvent dans les ouvrages de Devinat et Toursel). Des dessins d'A. Lemaistre, Frédéric Massé, Canedi ou Bombled figurent également dans notre corpus. Mais la production la plus abondante est due à E. Mas (chez Colin, Hatier et Barnéoud) et, surtout, à G. Dascher (Belin, Picard, Gedalge et Delaplane) tandis qu'un tandem lyonnais, Thomas et Gauthron, assume en totalité l'illustration (rééditée jusqu'en 1947) des manuels de Viator. »Les nombreux illustrateurs cités ici font en effet le lien par leurs travaux entre livre instructif et récréatif et livre à plat historié, défendant une véritable « pédagogie de léducation par limage ».Revenons à Calvet, qui publie ensuite deux romans, L'Échec d'Adrienne (Jouvet, 1893, avec 27 gravures, dont six hors texte, d'après les dessins de L. Le Riverend) et Le Cantonnier de Jeanne (Jouvet, 1896), avant den publier un troisième, Petite Yvonne, particulièrement rare aujourdhui (absent des collections de la BNF), surtout dans son cartonnage éditeur, presque inconnu (on le rencontre parfois en cartonnage détrennes rouge).Mettant en scène une famille bretonne qui sinstalle sur la Côte dAzur, à Toulon, Petite Yvonne est un roman pédagogique, destiné à plaire aux enfants, mettant en scène leurs jeux, leurs joies, leurs peines. La couverture offre ce contraste entre la satisfaction de la petite fille tenant sa poupée et un arrière-plan des plus turbulents : ainsi jeunesse se passe entre plaisir et réprimande. La vertu pédagogique et instructive de ces livres nest pas à démontrer : la mise en scène de lunivers enfantin pour les enfants eux-mêmes doit servir dexemple et de modèle, de soupape ou déchappatoire. Représenter des farces, des diableries, des écarts et en montrer les conséquences, généralement punies ou réprimées, est bien entendu formateur. Le lecteur samuse et rit de ces facéties mais comprend aussi quelles nont quun temps, que le « jour des fous » est une exception, et que le jeudi, jour de repos et de congé, permet de supporter tous les autres jours de travail et de contrainte ennuyeuse. Ainsi, la lecture est un exercice de défoulement propitiatoire voire prophylactique !Sur le même sujet, on pourra consulter, parmi de nombreux autres exemples : Biart (L.) Pierre Robinson et Alfred Vendredi, 1892 (PH 3-52), Boubée (S.) Le Petit Boscot, 1902 (PH 14-264), Latouche (A.) Jessie la petite maîtresse de maison, 1933 (PH 39-717), Matthis (C.-É.) Les Deux Gaspards, 1887 (PH 38-705), Méaulle (F.) Le Petit amiral, 1890 (PH 20-389), Méaulle (F.) Le Testament du duc Job, 1893 (PH 17-335), Miallier (M.) Les Trois cousins de Rosette, 1894 (PH 21-405), Miallier (M.) Les Enfants de Louisette, 1893 (PH 39-719), Monteil (E.) Mémoires de jeunesse de Benjamin Canasson, notaire, 1897 (PH 26-501), Monteil (E.) Histoire du célèbre Pépé, 1891 (PH 35-666), Montorgueil (G.) Les Trois apprentis de la rue de la Lune, 1894 (PH 39-720).Bel exemplaire.
bottom of page