top of page
CERFBERR (Gaston) . Les Aventures de Firmin Brisset .

CERFBERR (Gaston) . Les Aventures de Firmin Brisset .

SKU : 9501389
450,00 €Prix
Paris, Ancienne librairie Furne, Combet et Cie, éditeurs, [1902], in-4 (32 x 22 cm), percaline rouge. Au premier plat, polychrome sur fond orange, deux soldats de la Grande armée traversant un cours deau sur un radeau, lun (Moustique) manœuvrant une perche, lautre (le héros) assis et tenant un enfant dans ses bras (un orphelin espagnol prénommé François, ill. p. 165). Au second plat, motif végétal central, au dos, portrait à lor du héros, tr. dorées (Fau, graveur, Engel, relieur), (4)-312-(4) pp. ¦Édition originale illustrée de 50 gravures dont 37 in-texte et 13 à pleine page, d'après les dessins dErnest Bouard. « L'esprit français est toujours porté vers les batailles et les aventures. Ce nouveau récit est un véritable petit roman d'action, dont le jeune héros passe par les péripéties, tantôt les plus dramatiques, tantôt les plus amusantes, de la vie du soldat du premier Empire. D'abord marin sur un corsaire, puis au service d'un espion, enfin soldat, sergent, cassé de son grade avec les félicitations du conseil de guerre obligé d'exécuter la loi dans toute sa rigueur, puis conquérant, par des faits d'armes extraordinaires, les galons d'officier, il se tire pourtant d'affaire, jusque dans les neiges de Russie, par sa présence d'esprit, son intelligence, sa bonne gaîté qui lui attire toutes les sympathies, et aussi par les exemples et l'aide de son joyeux camarade Moustique. » (Le Correspondant, 1902).« Voici un livre orné de superbes et nombreuses gravures que non seulement les enfants, à qui il s'adresse, mais beaucoup de grandes personnes, liront avec intérêt. C'est qu'on y trouve, en effet, ce que tout le monde en France aime et recherche : les aventures guerrières, et, avec elles, les imprévus, les exploits, les ressources de l'ingéniosité ; puis on y rencontre l'esprit, la belle humeur ; le tout dans ce cadre grandiose de l'épopée impériale. Embarqué d'abord sur un corsaire, la Sémillante, parce qu'il avait été trouvé trop jeune, avec ses quinze ans, pour entrer dans l'armée de terre, puis soldat dans cette dernière, Firmin Brisset passe par des péripéties diverses jusqu'au jour où il rentre en France avec les débris d'armée revenus de la campagne de Russie. On ne se lasse pas de suivre le récit de ce livre où l'émotion et la gaieté se mêlent pour soutenir l'intérêt jusqu'à la dernière page. » (Le Mois littéraire et pittoresque, 1903).L'auteur, Gaston Cerfberr de Médelsheim (1858-1939), fonctionnaire au ministère des finances, est surtout connu pour avoir laissé des souvenirs publiés à plus de 80 ans : Quelques souvenirs d'un vieux Parisien (1938), où il évoque en particulier sa jeunesse sous le Second Empire. Littérateur polygraphe, il a écrit des livres pour enfants chez Ducher, Firmin-Didot, Jouvet, Combet, etc., et a utilisé le pseudonyme Charles Fleurigand (Une famille au Congo, 1911). Son premier livre pour Jouvet (Ancienne librairie Furne) est L'Architecture en France (1883), suivi par un recueil de Contes japonais, illustré de trente-six gravures d'après les dessins de Félix Oudart (1893). En 1895, il dirige pour cet éditeur un Dictionnaire encyclopédique de la boulangerie et de la pâtisserie, rédigé par des savants et des spécialistes. Il publie avec des notes des Souvenirs de la révolution et de l'Empire (1895) qui lui serviront de documentation pour plusieurs romans historiques sur lEmpire.Après quelques romans chez Jouvet (L'Héritier de Toulinguet signé Ch. Fleurigand (1896) et Tatiana la Sibérienne, Société d'édition et de librairie (1898), nouveau nom de Jouvet), il entame sa série de romans sur lEmpire avec Mes étapes. De Jemmapes à Austerlitz (Combet, 1900, PH 7/128), La Vivandière (id., 1901) et Les Aventures de Firmin Brisset (1902).Ce dernier livre vient en prolongement du précédent, Mes étapes (aussi illustré par Ernest Bouard), avec lévocation du même héros, Jean-Louis Cartereau, dont les récits héroïques convainquent Firmin Brisset de sengager à son tour dans lépopée impériale. Il sensuit une foule daventures à travers les campagnes napoléoniennes, dabord sur mer, puis la bataille dEylau (8 février 1807) et enfin de la guerre dEspagne jusquà la retraite de Russie.A noter que la scène de la couverture ne correspond pas à un épisode du récit (à aucun moment il nest question de traversée sur un radeau), mais représente allégoriquement la retraite de Russie où les deux amis fuient avec lenfant trouvé dans les ruines de Saragosse et qui les suit comme enfant de troupe. Tous parviennent à revenir en France, bien que de manière séparée. Le plat historié montre le héros, déguisé en cantinière faisant office de nounou, dépeignant lambiance enjouée du récit.Peintre, aquarelliste et dessinateur, Ernest Bouard (mort en 1938) est un maître illustrateur. Il travaille pour Charavay (1895), Tolra (1898), Emile Gaillard, Gedalge. Il illustre notamment Le Docteur Oméga dArnould Galopin (Librairie Mondiale, 1906), ainsi que Le Tour du monde de deux gosses de Galopin et Henry de La Vaulx (Tallandier, 1908), et des collections populaires chez Fayard (Modern-Bibliothèque), Flammarion, Juven ou Tallandier.Les livres à thème militaire et sur les guerres de lEmpire sont parmi les plus appréciés en plat historié. Dans le même registre, en 1901-1902, Combet a publié La Mort de lAigle (1814) et Les Cinquante (1815) de Paul Eric (Paul dIvoi). Ce plat historié de Cerfberr est lun des plus beaux fleurons de cet ensemble de volumes, avec une dominante de couleur orange très originale.Exemplaire superbe.
bottom of page