top of page
CHAMPAGNE (Maurice). Les Chasseurs d'épaves .

CHAMPAGNE (Maurice). Les Chasseurs d'épaves .

SKU : 9500908
300,00 €Prix
Paris, Librairie Delagrave, 1927, in-8 (25,5 x 17 cm), percaline bleu azur. Au premier plat noir et or, scaphandrier explorant une épave, assailli par les tentacules d'une pieuvre gigantesque (chap. "Le maître de l'épave", pp. 151-58), avec au second plan la partie basse du Sweep-net, le curieux appareil qui permet de descendre au fond de l'océan (ill. p. 41). Second plat muet, au dos, pieuvre dorée et ses tentacules en long, tête dorée, 183-(5) pp. ¦Édition originale illustrée d'un croquis technique du Sweep-net en frontispice et de 58 dessins de JAQUES, dont 16 à pleine page. Réédité sous le titre Les Chercheurs d'épaves en in-16 dès 1933 (puis 1951 et 1956), le plat historié, lui, sera réemployé avec le nouveau titre. Maurice Champagne (1868-1951) est un digne successeur de Jules Verne. A partir de 1893, il commence une carrière d'écrivain pour la jeunesse chez Delagrave, en publiant, en revues, des nouvelles, ensuite réunies en volumes (Aventures d'un détective, 1894, Huit millions sous les flots, 1897, A la poursuite d'un parapluie, 1900), avec parfois une infidélité à son éditeur (L'Épave, Lecène et Oudin, 1895). De 1902 à 1908, il s'essaie au vaudeville. Mais, en 1907, il reprend sa carrière de romancier et se pose en épigone de Verne, comme s'il y avait une place vacante à la mort de celui-ci. En effet, il explore systématiquement la gamme thématique du roman d'aventures extraordinaires, souvent à thème maritime (et pour cause, il fut d'abord marin), dans une série à succès : le premier, Les Reclus de la mer, paraît en feuilleton dans Le Journal des voyages (1907 ; 1925 en volume), suivi par Jean Pacifique (1908), Les Sondeurs d'abîmes (1911), Le Fils du planteur (1912), L'Ile du solitaire (1913), La Vallée mystérieuse (1915), formant une belle série de plats historiés chez Delagrave. A la fin des années 1920, l'écrivain est publié dans les collections populaires comme celles de Tallandier, mais continue à offrir des romans intéressants comme La Cité des premiers hommes (1928) ou La Terre perdue (1930). Ses ouvrages, sans cesse réédités jusqu'aux années 1950, le classent parmi les précurseurs de la science-fiction. "Ses récits regorgent de submersibles extraordinaires, de machines volantes ou d'engins amphibies", dit Marc Madouraud dans Le Rocambole (n° 32, 2005, p. 87). Nombre de ses oeuvres sont évoquées dans l'Encyclopédie de l'utopie, des voyages extraordinaires et de la science fiction de Pierre Versins (1972) ou dans Les Terres creuses de Costes et Altairac (2006). Dans Les Chasseurs d'épaves, "deux forbans ont inventé un appareil extraordinaire, le Sweep-net, au moyen duquel ils peuvent explorer à l'aise les épaves, à quelque profondeur qu'elles se trouvent. Un reporter anglais, grâce à sa curiosité professionnelle, s 'approprie cette découverte et nous assistons à d'émouvants voyages sous-marins", résume Le Correspondant (1926). Or, ce que l'appareil permet d'explorer, c'est l'épave du Titanic ! Mais celle-ci est bien gardée, comme en témoigne la couverture... La pieuvre (ou le poulpe) est en effet un ressort dramatique quasiment obligé du roman d'aventures maritimes (ou sous-marines en l'occurrence), depuis Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo et Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne. Sur Maurice Champagne, on lira un article biographique de Maurice Dubourg dans Le Rocambole n°48-49 (2009), pp. 221-225. Le biographe souligne toute la dette que Champagne doit à Verne, reprenant, en les mettant au goût du jour, les principales thématiques explorées par le romancier nantais.Cest ce que constate la Revue des Deux Mondes (1926), dans une recension qui associe M. Champagne et son contemporain T. C. Bridges (voir PH 33/624) : « Le Raid mystérieux de Martin Crusoé de T. C. Bridges et Les Chasseurs d'Épaves de M. Maurice Champagne renouvellent le roman scientifique, à la Jules Verne ; ils utilisent tous deux des découvertes récentes, hydravions et submersibles dans le premier, cloche à plongeur perfectionnée et scaphandres dans le second, et les mettent au service d'une action passionnante. »Recherché pour sa thématique. État de neuf, ce qui est extrêmement rare et important car le dos est orné d'une pieuvre dorée dont l'or, généralement terni, est ici magnifiquement préservé.
bottom of page