top of page
CHANCEL (Jules). Le Petit jockey du duc de Lauzun

CHANCEL (Jules). Le Petit jockey du duc de Lauzun

SKU : 9501381
500,00 €Prix
Paris, Librairie Delagrave, [1925], 2e édition, gr. in-8 (32 x 24 cm), percaline rouge, bords biseautés. Au premier plat, polychrome et doré, le jeune Anglais Bob, jockey de quinze ans en 1788, monté sur Partener, dans la course des Sablons (p. 113). Second plat muet, au dos, polychrome, Bob observe la situation du haut d'une tour de la Bastille, le 13 juillet 1789 (p. 185), tête dorée, 304 pp. ¦Édition illustrée de 168 dessins par Raymond de La Nézière, dont 17 à pleine page.Première publication en feuilleton dans Saint-Nicolas, 1910, et première édition la même année.Ce roman est un des volumes de la série « Les Enfants à travers lHistoire » que Jules Chancel (1867-1944) publie chez Delagrave à partir de 1901, en huit volumes : Cocorico reître de Henri IV (1595-1600), ill. E. Gros (1901), Le Petit fauconnier de Louis XIII (1625-1650), ill. Pinchon (1905), Petit Marmiton, grand musicien (1650-1660), ill. Fontanez (1906), Les Petits ménétriers de Duguay-Trouin (1711), ill. E. Gros (1903), Le Petit roi du masque noir (1867-1870), ill. R. de La Nézière (1911). Nous avons déjà décrit : Tiarko le chevrier de Napoléon (1805-1815) (1909, PH 21-400, ill. La Nézière) et Le Moucheron de Bonaparte (1795-1805) (1908, PH 40-731 et 732, ill. La Nézière). La série se poursuit pendant la guerre : Du lycée aux tranchées. Guerre franco-allemande, 1914-1916 (1916, PH 25-475) et deux autres titres (ill. Bombled). Chancel entame une seconde série en 1912, « Les Enfants aux colonies » : Le Prince Mokoko (1912, PH 23-435, ill. La Nézière), Lulu au Maroc (1913, PH 11-214, ill. Bombled), Un petit émigrant en Argentine (1914, ill. Bombled) et Un petit comédien au Brésil (1915, PH 22-415, ill. La Nézière). Après la guerre paraissent : Le Secret de lémir (1920, PH 30-567, ill. Bombled), LÉtreinte de la main de fer (1925, ill. Bombled) et Le Tour du monde involontaire (1929, PH 33-625, ill. Joë Hamman), soit au total dix-huit volumes qui connurent un grand succès et furent réédités.Ce nouveau volume est ainsi présenté à sa parution : « Très sympathique, le Petit Jockey du duc de Lauzun. Son maître l'avait gagné au jeu, en 1785, à Lord Percy qui l'avait amené d'Angleterre à Versailles. Sur ces entrefaites, ont lieu les premières courses de chevaux organisées en France. M. de Lauzun parie 300 000 francs au marquis de Conflans qu'il gagnera le prix. A travers toutes sortes d'embûches, Bob (c'est le nom du petit jockey) va chercher dans son pays une monture sans rivale, la conduit sur le terrain de la lutte et remporte la victoire. Bientôt M. de Lauzun tombe en disgrâce. Il envoie Bob porter un message au duc d'Orléans, à Londres. Victime d'un piège, le petit jockey est arrêté en route et retenu prisonnier par le comte de Mouchy, un méchant homme, qui a séquestré un vieil oncle aveugle pour le dépouiller de sa fortune. Bob s'échappe à grand'peine, mais le comte de Mouchy obtient contre lui une lettre de cachet et on l'enferme à la Bastille. Le 14 Juillet le rend à la liberté. Il s'engage chez un cabaretier, qui se sert de lui comme d'une réclame pour attirer la clientèle, heureuse de boire en compagnie d'une victime des tyrans. Au bout de deux ans, Bob se lasse de cette existence ; il se met à la tête d'une bande, envahit le château du comte de Mouchy et délivre son prisonnier. Celui-ci, dans l'élan de sa reconnaissance, lui abandonne une somme de 200 000 livres qu'il avait réussi à soustraire à la rapacité de son neveu. Cette rapide esquisse ne donne qu'une idée insuffisante du récit de M. Jules Chancel, qui est varié, alerte, agréablement écrit et fort intéressant. » (Polybiblion, 1910).Essayiste, poète, ethnographe, Michel Leiris (1901-1990) était passionné par les courses de chevaux. Dans ses souvenirs, il évoque ce roman qui la profondément marqué, parmi les lectures de son enfance, et décrit en passant sa bibliothèque enfantine : « A côté des Tablettes sportives de présentation plus modeste il y avait, dans l'armoire où nous rangions nos livres, nombre de ces ouvrages à tranche dorée et reliure de percale qui, sans toujours beaucoup amuser les enfants, sont du moins l'ornement de leurs bibliothèques (en cela point différentes de celles de bien des adultes qui voient dans les livres des objets de vitrine plutôt que des instruments de lecture). .Très bel exemplaire.
bottom of page