top of page
CHANCEL (Jules) . Lulu au Maroc .

CHANCEL (Jules) . Lulu au Maroc .

SKU : 9501406
350,00 €Prix
Paris, Delagrave, 1915, 2e édition, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Premier plat orné d'une composition polychrome et dorée, représentant le hagib (grand maître du palais du sultan) vêtu d'un burnous, conduisant les deux héros, Julot et Lulu, auprès des cages aux fauves (d'après le dessin de la p. 193 et le texte des pp. 200-202). Second plat orné du logo de l'éditeur à froid (paon faisant la roue), dos orné d'un dessin noir, crème et doré représentant un cavalier marocain brandissant son sabre et passant sur le corps de Julot étendu à terre (d'après le dessin de la p. 214), tr. dorées, 304 pp. ¦Édition illustrée de 170 dessins in et h.-t. par Louis BOMBLED. 1re édition en 1913.Jules Chancel (1867-1944) écrivit pour le théâtre mais se fit surtout connaître par une série d'ouvrages pour la jeunesse, formant plusieurs collections ayant des enfants pour héros : d'abord Les Enfants à travers l'Histoire (Le Petit fauconnier de Louis XIII, Le Moucheron de Bonaparte, Le Petit Roi du Masque Noir, Sous le masque allemand, etc.), puis Les Enfants aux colonies (comprenant, outre Lulu au Maroc, Le Prince Mokoko, 1912, situé au Soudan et Le Secret de l'Émir, 1920, histoire d'un balayeur kabyle) et Les Enfants à l'étranger (Un petit émigrant en Argentine, 1914, etc.). Illustré par le peintre militaire Louis BOMBLED (1862-1927), Lulu au Maroc a d'abord été publié dans L'Écolier illustré (1913), revue de Delagrave qui prépubliait la plupart des romans de l'auteur, très goûtés du jeune public, parmi lequel on peut mentionner la future romancière américaine Ayn Rand (Alice Rosenbaum, 1905-1982), née à Saint-Pétersbourg où elle passa son enfance et que ses parents francophiles avaient abonnée à ce journal. Dans Lulu au Maroc, « nous assistons aux aventures d'un petit Parisien de treize ans, Ludovic Richanel, fils d'un ancien commerçant plusieurs fois millionnaire, et d'un marmiton de son père, solide et très débrouillard garçon de dix-sept ans [Julot]. Celui-ci, qui veille sur Lulu, dont il est l'ami, accomplit toutes sortes de prouesses » (Polybiblion, 1914), les deux enfants acquérant au cours de ce périlleux voyage dans la nouvelle France africaine, « l'esprit d'initiative et le goût de l'effort » (La Petite illustration, 1913). Ces aventures rocambolesques ont surtout pour but de faire connaître ce pays, qui venait juste de devenir un protectorat français (1911-1912). Il faut souligner ici la capacité de la littérature enfantine à être en phase avec l'actualité la plus brûlante et à répondre à une attente pédagogique immédiate et précise. La convention de Fès fut signée le 30 mars 1912 ! Ce livre, très documenté, parait un an après !L'ouvrage se veut résolument didactique et cite occasionnellement ses sources en notes (Le Maroc aujourd'hui, par Eugène Aubin, 1904, ou A travers le Chaouïa, par le capitaine Brasset, 1911). De fait, il a répondu à la demande et a été réimprimé au moins deux fois (1915 et 1926). Notre ouvrage a figuré en 1983 dans l'exposition-inventaire de la B.N.F. intitulée 1913 (où il est décrit sous le n° 6), qui prend en compte toutes les productions culturelles de la dernière année de l'avant-guerre, notamment les publications populaires et pour la jeunesse. Il a été retenu avec une douzaine d'autres titres, comme un exemple des plus caractéristiques de la production de cette année. La notice souligne que « En 1913, le livre [pour enfant à plat historié] est à une charnière. Lorsque la couleur gagne du terrain sur les pages, la couverture perd ses riches boursouflures de la fin du XIXe siècle et peu à peu une planche illustrée recouvre les plats de carton ou de percale ». Charnière, dans un certain sens, puisque l'on est à la fin de l'âge d'or du plat historié. Mais celui-ci ne disparaîtra pas pour autant du livre d'enfant avant les années 30-40, même s'il cohabite avec d'autres présentations dès les années 1900-1910. Des éditeurs comme Delagrave et Mame seront très actifs dans les années 1910-1940. Un autre aspect à souligner est que le luxe, exprimé par la dorure sur les plats ou les tranches, tend à disparaître après 1914. En témoigne la 2e édition de Lulu au Maroc (1915), dont les tranches sont bleues, effort de guerre oblige ? mais la 3e édition n'a pas regagné ses dorures, en 1926. Aujourd'hui, les ouvrages de Jules Chancel sont d'une grande rareté, ne pourrait-on pas même les considérer comme autant sinon plus difficiles à réunir, en bon état et dans leurs diverses éditions, que les Jules Verne, qui ont connu une diffusion et des rediffusions massives ?Trigon, 171-72. Bibliographie marocaine (1937), p. 447. Vision du Maroc : catalogue du fonds Ninard (1997), p. 304. A l'état de neuf.
bottom of page