top of page
CLÉMENT (Charles) . Michel-Ange, Raphael et Léonard de Vinci .

CLÉMENT (Charles) . Michel-Ange, Raphael et Léonard de Vinci .

SKU : 9501197
450,00 €Prix
Paris, "Bibliothèque d'éducation et de récréation", J. Hetzel et Cie, [1881], gr. in-8 (28 x 19 cm), percaline rouge, bords biseautés. Au premier plat, noir et or, portraits des trois artistes en médaillon ovale à fond noir, avec les instruments de l'architecte (plan, équerre, compas) et du peintre (pinceau, palette, esquisse) dans deux autres médaillons circulaires, entourés de guirlandes et d'arabesques. Au second plat, motifs décoratifs noirs avec rosace centrale aux initiales de l'éditeur, au dos, arabesques décoratifs et médaillon présentant les instruments du dessinateur (té, compas, feuille de papier), tr. dorées (Engel, relieur), (4)-470-(2) pp., catalogue AP de 8 pp. in-fine ¦Édition illustrée de 167 dessins d'après les grands maîtres, dont 40 hors-texte. Cet ouvrage classique consacré à trois des plus grands génies de la Renaissance italienne est le premier que son auteur (1821-1887) ait écrit. Il est d'abord paru chez Michel Lévy en 1861, au format in-12, dans une "Collection Hetzel" ( celui-ci, alors frappé de proscription, s'était associé à Michel Lévy pour pouvoir publier en France). Amnistié, Hetzel réédite l'ouvrage en 1866 puis en 1875. Précédé d'une étude sur l'art en Italie avant le XVIe siècle et suivi des catalogues raisonnés historiques et bibliographiques. Les diverses éditions de cet ouvrage ont été salué par de nombreux articles critiques. Signalons une très longue étude d'Ed. Tallichet dans la Bibliothèque universelle et Revue suisse (tome 30, 1867). La Gazette des beaux-arts écrit (1867) : "En s'attaquant aux plus grands noms de l'art italien, Michel-Ange, Léonard de Vinci et Raphaël, M. Charles Clément a fait à la fois un livre d'histoire et un livre de doctrine. L'histoire, il l'écrit avec les documents les plus récents, sans négliger ni un fait, ni une date, ni une oeuvre, ni un dessin ; pour Michel-Ange il a remué les archives de la Casa Buonarroti ; pour Raphaël, il a consulté Passavant ; son Vasari est celui de la dernière édition de Florence. Il ne recule même pas devant les catalogues : ceux qu'il a dressés avec un soin particulier permettent de suivre presque année par année le travail de chaque maître. Quant à la doctrine, elle ressort naturellement des jugements portés sur les oeuvres, sans qu'un étalage didactique trahisse chez l'auteur ni prétention ni insuffisance. Il a trop vu les faits pour vouloir dicter des lois aux principes. Dans ses efforts pour concilier le respect du sentiment individuel et l'admiration acquise à la science, on reconnaît l'homme qui aime d'abord ce qu'il juge, et qui permet au dilettantisme de saper les théories superbes. Sincérité et conscience, telles me paraissent être les qualités premières de M. Charles Clément. Le lecteur n'aura pas de peine à découvrir les autres, en parcourant ces trois monographies et l'étude sur l'art italien jusqu'à Fra Angelico, qui leur sert de préface. La rareté du volume primitif de M. Charles Clément en a heureusement rendu la réimpression nécessaire. Cette nouvelle édition ira, je l'espère, dans toutes les mains, et lui vaudra, après les sympathies du public amateur, une popularité méritée". En 1881, la Revue des Deux-Mondes souligne l'intérêt de la nouvelle édition illustrée, dans un nouveau contexte, vingt ans après sa première publication : "C'est que depuis quelques années on s'efforce tout doucement de déplacer le centre de l'histoire de l'art italien. On n'a pas encore osé toucher à Michel-Ange ou à Léonard de Vinci, mais on a commencé de toucher à Raphaël. L'admiration ne se détourne pas encore précisément des maîtres, mais elle dévie vers les primitifs. Il y a là certainement un danger auquel il est bon de parer un peu à l'avance, et c'est un service que nous rendra le livre de M. Ch. Clément s'il obtient, et nous l'espérons, ainsi transformé, le succès qu'il mérite aujourd'hui comme jadis". Existe aussi en percaline verte (PH 3/58).
bottom of page