top of page
CONTESSE (Georges) . La Marine d'autrefois .

CONTESSE (Georges) . La Marine d'autrefois .

SKU : 9500740
750,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et fils, 1897, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Au premier plat, noir et or, combats dabordage entre deux navires lors de la bataille de Trafalgar (daprès le frontispice, signé W. H. Overend), dans un cadre formé dune corde enroulée autour dune ancre et dune hache, au bout de laquelle est nouée une bouée avec, au second plan, un groupe de piques ou de lance, dont lune porte un drapeau de la Royale. Second plat orné dun encadrement géométrique en noir, dos aux deux fléaux dorés et entrecroisés de la collection Mame, tr. dorées, 398-(2) pp. ¦Édition originale illustrée ornée de 80 gravures, avec une lettre-préface du vice-amiral Miot, datée Louvre, 15 octobre 1896.Histoire de la marine, de lantiquité à la bataille de Trafalgar : lIliade et lOdyssée, le siège de Tyr, la bataille dActium, les pirates normands, les croisades, Christophe Colomb, Vasco de Gama, les corsaires barbaresques, la bataille de Lépante, linvincible Armada, Richelieu fondateur de la marine française, le siège de La Rochelle, Colbert, la marine sous Louis XIV, MM. de Maurepas, La Galissonnière, Du Coëdic, Horatio Nelson, Trafalgar.Sur le sujet, en plats historiés, on consultera également : Gloires et souvenirs maritimes par Maurice Loir (1895, PH 8/159), Trente siècles de guerre navale par G. Clerc-Rampal (1911, PH 9/171) et Les Vainqueurs de la mer par Léon Berthaud (1912, PH 6/106).Georges Contesse, historien de la marine, a publié peu de livres. Outre Les Héros de la marine française (Firmin-Didot, 1897), illustré par Léon Couturier et Eugène Courboin, il est lauteur dun complément au présent ouvrage : La Marine daujourdhui (Mame, 1898, plusieurs rééditions).Comme lexplique M. Xavier de Planhol dans son étude Initiation aux plats historiés (Librairie Huret, 2014, chap. V, p. 28-29, publié à lorigine dans le Bulletin n° 8, déc. 2009), ses deux ouvrages La Marine dautrefois et La Marine daujourdhui sont intéressants en ce quils représentent deux étapes esthétiques des plats historiés : le moment « noir et or » sur percaline rouge et la période polychrome postérieure.Un autre aspect intéressant de ce volume est son illustration composite : dune part, on relève les noms de E. Bocourt, Jules Noël, P. Sellier, et ceux des graveurs Chapon, Laplante, Le Breton, F. Méaulle, Pannemaker.Mais surtout on remarque la présence de nombreuses illustrations dorigine anglaise, et les signatures de : Paul Hardy (p. 203), Fred T. Jane (p. 35), W. H. Overend (frontispice et p. 335), Wal Paget (p. 389), Ralph Peacock (p. 61), W. C. Symons (pp. 135, 297, 367), Edgar Wilson (p. 327), Stanley L. Wood (p. 77), H. C. Seppings Wright (pp. 95, 337, 339), W. L. Wyllie (pp. 85, 347), et le nom de latelier de gravure londonien André & Sleigh. Toutes ces gravures sont extraites du livre The Story of the Sea, sous la direction de A. Quiller Couch (Cassell, 1895, 2 vol.). La plupart de ces illustrateurs talentueux peu connus en France travaillent pour les magazines, comme The Strand Magazine ou The Illustrated London News. Ils illustrent des romans daventures, comme ceux de G. A. Henty ou les livres de Rudyard Kipling.Fred T. Jane (1865-1916) se rendit célèbre comme artiste et comme historien de la marine. Il lança en 1897 le premier répertoire annuel des navires de guerre dans le monde, le All the Worlds Fighting Ships (dont léquivalent français, intitulé Les Flottes de combat, est créé parallèlement).H. C. Seppings Wright (1850-1937) se fit connaître en 1905 comme correspondant de guerre pendant le conflit russo-japonais en rencontrant le général de la flotte nippone, lamiral Togo et en résidant plus de six mois sur un de ses bâtiments de guerre.Paul Hardy (1862-1942) a réalisé de nombreuses illustrations pour les magazines. Lauteur de la composition de couverture, William Heysham Overend (1851-1898), sest fait connaître pour ses peintures de la bataille de Trafalgar. William L. Wyllie (1851-1931) fut un peintre de marine réputé dont les toiles sont conservées dans les grands musées anglais. Stanley L. Wood (1866-1928) sest signalé pour avoir illustré des récits de lOuest américain, dAfrique, de la guerre des Boers et de la Première guerre mondiale, pour des magazines anglais ou américains, tels ceux de Pearsons et Harpers.La maison Mame a été heureusement inspirée denrichir cette iconographie de qualité de son ouvrage, dautant plus que le plat historié sinspire justement dune de ces gravures anglaises. La réutilisation de gravures dun pays à lautre est un sujet rarement abordé dans le domaine du livre illustré et mériterait une enquête approfondie.Nous avons déjà rencontré ce cas surtout pour les livres de voyages, tels ceux de William Cullen Bryant (dir.), LAmérique du Nord pittoresque. États-Unis et Canada (Quantin, Decaux, 1880, PH 10/191), La Terre sainte de Victor Guérin (Plon, 1882-84, qui reprend les gravures de Harry Fenn et Woodward) et Le Pays de la promesse, Palestine de Samuel Manning (Société des livres religieux (Toulouse), 1892, PH 29/555, traduction de Those Holy Fields, Palestine, Religious Tract Society (London), 1874, PH 29/556), avec un plat de Souze réinterprétant en le magnifiant celui de lédition anglaise. Les traductions françaises des romans dEmilio Salgari ou de Luigi Motta reprennent, dans certains cas, les illustrations des éditions initiales.Excellent état général.
bottom of page