top of page
CRAFTY. Sur le turf.

CRAFTY. Sur le turf.

SKU : 9500218
350,00 €Prix
Paris, Plon, 1899 (nov. 1898), in-4 (28,5 x 21 cm), percaline verte, plats biseautés. Premier plat décoré d'une composition en couleur (deux scènes de course où les cavaliers traversent les mots du titre). Second plat orné d'un écusson de l'éd. doré dans un encadrement de filets noirs, dos orné de caissons dorés et filets noir et or, tr. dorées (Engel, relieur), 404 pp.¦Édition originale et premier tirage des illustrations de cette étude sur le milieu des courses et sur les hippodromes autour de Paris (éleveurs, propriétaires), dédi é au baron Finot, dont le nom "est certainement le plus populaire Sur le Turf. Le baron Jules Finot (1826-1906), éleveur et propriétaire de chevaux de course, aquarelliste réputé, est évoqué ainsi par le journaliste Paul Mégnin, en 1906 : "Le père du "S teeple Chasing" vient de mourir en son château de Langé... Avec lui s'en va un des derniers survivants de cette glorieuse génération qui a fondé les assises des courses de France et qui en a assuré pendant quelques années le développement (...). Le baron F inot était, malgré son grand âge, d'une surprenante activité : malgré les courses, l'élevage, la chasse, les séances du comité de la société des Steeple-chases, il trouvait encore des loisirs pour satisfaire ses habitudes mondaines et ses goûts artistiques . Les jolies aquarelles auxquelles il employait ses heures de repos enrichissaient les collections de ses amis, (...) appréciateurs de son réel talent" (cité sur le site des Amis et passionnés du Père Lachaise). "A son amusante collection d'études sur le monde du sport, Crafty vient d'ajouter un gros volume, qui ne paraîtra long à personne, Sur le turf. Le texte et les illustrations rivalisent de verve ironique sans méchanceté et judicieuse sans pédantisme : les moeurs, les manies, les travers de ce mond e toujours plus étendu des hippodromes sont pris sur le vif. Les initiés nommeront les originaux des portraits au crayon et à la plume ; les profanes se contenteront de rire de bon coeur aux saillies, du caricaturiste et du... moraliste" (Le Correspondant , déc. 1898). Mennessier de La Lance I, 325.
bottom of page