top of page
DEFOE (Daniel). Aventures de Robinson Crusoé .

DEFOE (Daniel). Aventures de Robinson Crusoé .

SKU : 9501322
500,00 €Prix
Paris, Théodore Lefèvre, éditeur, [1881], in-8 (22,5 x 14,5 cm), percaline rouge, bords biseautés. Au premier plat, noir et or, médaillon ovale "Je dînais avec toute ma famille", Robinson attablé dans sa cabane (table, tonneau, tabouret, échelle, palissade, grappes de raisin pendues), entouré de ses animaux domestiques (deux chats, chien, perroquet, fig. 8 et p. 140) dans un décor d'encadrement néo-classique. Au second plat, cadre décoré noir et écusson aux initiales TL, au dos, fleurons et motifs décoratifs, tr. dorées (A. Souze, graveur, Engel, relieur), (4)-316 pp. ¦Traduction nouvelle illustrée de 16 hors-texte par G. Lafosse, gravés par Trichon, d'une vignette page de titre et d'une tête de chapitre (p. 1).Paru en 1719, Robinson Crusoé est l'archétype de tous les romans pédagogiques et didactiques : c'est un modèle qui donnera une descendance innombrable, regroupés sous le thème baptisé "robinsonnades". Depuis quatre siècles, ce genre à part entière comprend d'un côté des imitations, pastiches, parodies et suites, plus ou moins proches de loriginal, mais aussi des récits dérivés, adaptés, transformés, inspirés, qui séloignent du modèle initial tout en en gardant certaines structures. Ainsi, on peut transposer le mythe de Robinson à lère de la conquête spatiale et reconstituer la situation du naufragé sur une autre planète, ce dont ne se privera pas la science-fiction, le dernier exemple en date étant le film Seul sur Mars (2015, réalisé par Ridley Scott, avec Matt Damon, daprès un roman dAndy Weir).Le caractère métaphorique de Robinson n'échappe à aucun lecteur : c'est une représentation de l'existence humaine : comment l'homme dompte la nature hostile à son profit, comment, partant de rien, sinon de débris, il rebâtit la civilisation. La situation initiale de naufragé est en soi une métaphore : comment se reconstruire après un désastre, comment survivre et surmonter l'adversité, avec quelles forces, quelles ressources, quelle intelligence ?C'est ce qu'exprime Jean-Jacques Rousseau : "Puisqu'il nous faut absolument des livres, il en existe un qui fournit, à mon gré, le plus heureux traité d'éducation naturelle. Ce livre sera le premier que lira mon Émile ; seul il composera durant longtemps toute sa bibliothèque, et il y tiendra toujours une place distinguée. Il sera le texte auquel tous nos entretiens sur les sciences naturelles ne serviront que de commentaire. Il servira dépreuve durant nos progrès à létat de notre jugement ; et, tant que notre goût ne sera pas gâté, sa lecture nous plaira toujours. Quel est donc ce merveilleux livre ? Est-ce Aristote ? est-ce Pline ? est-ce Buffon ? Non ; cest Robinson Crusoé. » (Émile, livre III).La notice anonyme de lédition Firmin-Didot (1869, rééd. 1883) poursuit : « Et en effet il nexiste peut-être dans aucune langue un livre plus original dans son ensemble, plus varié dans ses détails, mieux inventé dans ses incidents et plus naturel dans son style. Il amuse les enfants, instruit ladolescence et charme la vieillesse ; cest le livre de tous les âges, de tous les sexes, de tous les pays. »Son auteur Daniel Defoe (1661 ?-1731) est un des fondateurs du roman moderne, avec Jonathan Swift. Infatigable polygraphe, Defoe écrivit des pamphlets, des biographies ou des essais historiques (Journal de la peste de Londres en 1665, 1722), des romans daventures (Aventures du capitaine Singleton, 1720, Moll Flanders, 1722, Le Colonel Jack, 1722, Roxana, 1724, etc.), des voyages imaginaires (Nouveau voyage autour du monde par une route nouvelle) ou des utopies, parfois publiées anonymement. On lui a récemment attribué un ouvrage célèbre dont lauteur était obscur, lHistoire des pirates du capitaine Johnson (1725), relatant les aventures de personnages tels que le capitaine Avery, Mary Read et Anne Bony, mais glissant dans sa narration un épisode singulier, non daté, lhistoire du capitaine Misson et de Caraccioli. De ce fait, Defoe serait linventeur de ce récit relatant limplantation à Madagascar dune colonie libertaire, la République de Libertalia, par ce pirate français, vers 1690 ou 1708 (Michel-Christian Camus, « L'inexistence du pirate Misson de Daniel Defoë », Dix-huitième siècle n°30, 1998). Lun des premiers à avoir émis lhypothèse que Defoe en serait lauteur est John Robert Moore dans Defoe in the Pillory (1939). Selon des recherches récentes, le récit de François Leguat, publié à Londres en français en 1707 serait à lorigine à la fois de lhistoire de Libertalia et de celle de Robinson. Defoe emprunte le nom de Misson à lhistoire de Leguat (comme la relevé J. P. Moreaux, dans Neptunia, sept. 1990). Traduit en anglais en 1708, le récit de son naufrage popularise le thème de lîle déserte, ce qui a sans doute inspiré Defoe pour Robinson Crusoé.On sait que le thème de Robinson a été décliné à de nombreuses reprises par Jules Verne (LIle mystérieuse, Deux ans de vacances, LEcole des Robinsons, etc.). Parmi les dérivés allusifs de Robinson, citons par exemple en plat historié En famille dHector Malot (PH 30/572 à 574), où un passage décrit Perrine, ouvrière dénuée de tout qui vient dêtre embauchée dans lusine voisine, se construisant une cabane au milieu des marais où elle parvient à arranger sa vie domestique, naufragée au milieu de nulle part, en pleine nature, telle une Robinsonne, et cependant au centre dune contrée habitée. Ou bien le roman de Lucien Biart Pierre Robinson et Alfred Vendredi (1892, PH 3/52), où deux enfants jouent à Robinson dans la forêt de Montmorency. Un inventaire du thème a été constitué par Alain Buisine dans « A propos de la robinsonnade vernienne » (Jules Verne 2 : Lécriture vernienne, Lettres modernes Minard, 1978).Exemplaire en condition superbe.
bottom of page