top of page
DES GACHONS (Jacques) . Le Ballon fantôme .

DES GACHONS (Jacques) . Le Ballon fantôme .

SKU : 9500535
750,00 €Prix
Tours, Maison Alfred Mame et fils, [1908], in-4 carré (27,5 x 22 cm), percaline beige, premier plat polychrome représentant le ballon "The Happiness" survolant un paysage avec un village au premier plan (d'après le frontispice), second plat avec la vignette de l'éditeur en noir, dos portant le titre en long, tr. dorées, 142-(2) pp. (DJ4) ¦Édition originale illustrée de 28 dessins d'Albert ROBIDA, dont 9 hors-texte et un frontispice. Ce célèbre ouvrage, qui paraît à la fin de 1908, est le livre d'étrennes 1909 par excellence. L'auteur (1868-1945) a choisi le parti du plus léger que l'air, bien que la nacelle de son ballon soit un immeuble de quatre étages circulaires (pp. 18-19), pour loger l'équipement nécessaire à ses héros ! Précisément à cette date, Blériot n'avait pas encore traversé la Manche en avion (il accomplira son exploit six mois plus tard), et le ballon avait encore la faveur des littérateurs, depuis que Jules Verne avait fait voyager ses lecteurs pendant Cinq semaines en ballon (1865). Et le plus léger que l'air aura bientôt une descendance avec les zeppelins, véritables paquebots aériens. Henry Jackson, jeune milliardaire américain, s'envole sur le ballon monstre qu'il s'est fait construire avec en guise de lest des sacs de pièces d'or pour une valeur de douze milliards, toute sa fortune dont il a hérité à sa majorité et qu'il veut répandre au sens littéral sur le monde (ce geste singulier a été relevé par Simon Jeune dans son étude sur les types américains dans le roman français, p. 419). Parmi les passagers, sa cousine Elisabeth et future femme, et le nain Davids, l'ingénieur qui a construit le ballon. Celui-ci poursuit à travers l'Europe sa course fantastique ; nos aéronautes sont aussi des philosophes, et l'agitation, les folles entreprises des hommes, au-dessus desquels ils planent, leur inspirent l'horreur des centres civilisés. Ils cherchent une île déserte pour y vivre en paix, et la trouvent au milieu du Pacifique ; mais, pendant qu'enchantés de leur nouveau domaine, ils le parcourent en tous sens, le nain Davids part avec le ballon, qui, errant à travers les espaces, devient dès lors le Ballon fantôme. Quant au ménage Jackson, conclut le rédacteur du Polybiblion (1909, I, p. 507), il ne s'alarme pas pour si peu et se réjouit sincèrement de vivre désormais loin des hommes vils et agités. On voit par ce résumé ce que ce roman comporte de fantaisie, d'extrapolation voire d'utopie, et pourquoi il est recherché autant par les amateurs de littérature aéronautique que par ceux d'anticipation. De surcroît, il est illustré par le maître Robida, qui profite du fait que le ballon survole la France pour croquer quelques monuments et villes vus du ciel (comme Beaugency et la vallée de la Loire). Brun, 79. Talvart, VI, 267-73. Trigon, 146. Rayon SF. Thieme, 585. Sagehomme. Sorbets, Soixante ans de livres d'aviation (1984), p. 32. Ex-libris Frédéric Raisin, Genève. Magnifique exemplaire au plat historié resplendissant.
bottom of page