top of page
[DORÉ, Gustave]. La Sainte Bible ( 2vol. )

[DORÉ, Gustave]. La Sainte Bible ( 2vol. )

SKU : 9501458
1 500,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et fils, éditeurs, 1887, 2 vols. in-folio (43 x 33 cm), percaline grise. Aux premiers plats, rouge, noir et or, larges vignettes circulaires dorées, différentes pour chaque tome (1 : Dieu crée la lumière, frontispice ; 2 : Couronnement d'épines, col. 628), dans l'encadrement desquelles se trouvent le titre, trois macarons floraux et une feuille de palme, placées au centre du décor du temple de Salomon lors de la visite de la reine de Saba (gravure col. 668, animaux soutenant des colonnes à motif végétal, chapiteaux à motif ailé ou à tête stylisée, frontons, frises), en bas deux têtes d'éléphants (d'après un motif décoratif de Giacomelli) et feuilles de palme. Au second plat, encadrement de filets noirs et rouges, écoinçons végétaux, en bas motif géométrique triangulaire à tête stylisée, au centre initiales AM rouges dans un fleuron décoratif avec le nom de l'éditeur sur un ruban, au dos colonne soutenue par une tête ailée, motif ailé repris du plat et coiffé d'un bouquet végétal, tr. dorées (A. Souze, graveur), 904 et 942 col. ¦Traduction nouvelle selon la vulgate par MM. J.-J. Bourassé et P. Janvier, approuvée par monseigneur l'archevêque de Tours.Édition illustrée de 119 et 111 (230 en tout) gravures hors-texte de Gustave Doré, gravées par une trentaine de graveurs dont Bertrand, Doms, Dumont, Gauchard, Huyot, Jonnard, Laplante, Ligny, W. J. Linton, Pannemaker, Pisan, Trichon, avec à chaque page des ornementations centrales par Hector Giacomelli séparant les deux colonnes de texte, formées de motifs empilés verticalement, 16 différents pour l'Ancien Testament (serpent, feu, éléphants, casques et armes, lyre, chandelier, ailes et jarres, lions, plumes, ruban, bannière, dragon, épis, raisins, sphinx, lierre et fleurs), avec des demi-colonnes de tête ou de fins de chapitres (hérons, fleurs, fleurons, papyrus), des culs-de-lampe et 7 différents pour le Nouveau Testament (étoile et vigne, colombe et lampe, calice et épis, oiseaux et faux, croix et bougies, tiare, INRI et roseaux), avec des têtes et fins de chapitres floraux.Première édition en 1866. Plusieurs rééditions.« Reprise dédition en édition jusquà influencer le cinéma hollywoodien, les illustrations de Doré ont éclipsé les quelques compositions romantiques de Tony Johannot (1836), Achille Deveria (1839) ou Célestin Nanteuil (1858), concurrencé la large diffusion des deux cent quarante planches de la Biblia sacra du nazaréen Julius Schnorr von Carolsfeld (1860) et ne furent pas détrônées par les choix orientalistes dAlexandre Bida (1873) ou la vaste entreprise de James Tissot (1896-1897), pour ne citer que les plus célèbres », estime Isabelle Saint-Martin (« Les éditions de la Sainte Bible », Doré, limaginaire au pouvoir, dir. Philippe Kaenel, Musée dOrsay, 2014, p. 194).La Sainte Bible est un sujet à la hauteur de Gustave Doré, adepte de la démesure artistique dans tous les sens du terme : grand format, profusion de dessins, scènes fantastiques et fantasmatiques. Gustave Doré est un artiste hanté par la démesure et le rêve, quil matérialise sur le papier dans une frénésie créatrice. Il réalise limpossible et limpensable. A lui les sujets hors norme : les œuvres de Rabelais (PH 2/46), La Divine comédie de Dante, le Roland furieux de lArioste (PH 5/82), le Don Quichotte de Cervantès ou lHistoire des croisades de Michaud (PH 32/621).La Bible de Doré est pleine de bruit et de fureur. Lartiste excelle dans les scènes de foules, de combats, de massacres, dépouvante, de destruction, dans les visions des prophètes : vision dIsaïe (le Léviathan), dEzéchiel (corps suppliciés), de Daniel (monstres marins), de Zacharie (chars célestes montés par des anges), qui alternent avec des scènes paisibles ou calmes.Les scènes les plus célèbres sont représentées : Adam et Eve, le meurtre dAbel par Caïn, le Déluge (trois gravures), la tour de Babel, la lutte de Jacob avec lAnge, les plaies de la peste et des ténèbres, Moïse au Sinaï, les murs de Jéricho, Josué arrêtant le soleil, Samson, le jugement de Salomon, la reine de Saba, Elie enlevé par un char de feu, la mort dAthalie, Tobie et lange, Judith et Holoferne, Job sur son fumier, le festin de Balthasar, etc. Toutes les scènes canoniques du Nouveau Testament font lobjet de gravures, depuis lAnnonciation et la Nativité, les rois Mages, jusquà la mort du Christ, lAscension et la Pentecôte. Sont représentées ensuite des scènes de saint Paul et de lApocalypse de saint Jean et de ses visions. Les deux dernières gravures représentent le Jugement dernier et la Jérusalem céleste, qui ont par ailleurs inspiré à Doré des toiles de grande dimension.« Le plus populaire des ouvrages illustrés par Gustave Doré, aussi bien en France quà létranger (…). Dans lAncien Testament, ladmirable paysagiste se révèle une fois de plus. Rien na pu arrêter linspiration du crayon de lartiste : ni les tableaux dune si douce poésie où se déroule la vie des Patriarches ni la majesté du désert ni les incomparables décors qui forment le fond de maintes compositions. » (Leblanc, Catalogue de lœuvre complet de Gustave Doré, p. 47-53).Les gravures de Doré ont été souvent réutilisées dans dautres éditions de la Bible à plat historié. Citons : Abbé Cruchet, Histoire de la Sainte Bible, Ancien et Nouveau Testament (Mame, 1892, gr. in-4) et Abbé Boissonnot, LEpopée biblique (Mame, 3 vols.).Rousseurs éparses.La plus belle édition de la Sainte Bible, dans son impressionnant cartonnage à plat historié au format in-folio.
bottom of page