top of page
DOUMER (Paul) . L'Indo-Chine française (Souvenirs) .

DOUMER (Paul) . L'Indo-Chine française (Souvenirs) .

SKU : 9501004
600,00 €Prix
Paris, Vuibert et Nony, [v.1907], 2e édition, gr. in-8 (30,5 x 22 cm), percaline verte. Composition noir et or au premier plat, représentant le temple d'Angkor-Vat (magnifiant le dessin de la p. 288), émergeant de la jungle, gardé par une sculpture d'éléphant monumentale et quatre soldats indigènes, le nom des éditeurs inscrit dans un cartouche en pied, soutenu par deux dragons. Au second plat, motifs géométriques noirs formant encadrement avec une rosace centrale et des motifs végétaux en écoinçons, dos orné de motifs empruntés à la décoration d'Angkor (mais ne figurant pas dans le volume : danseuses, statuettes dans des niches, grande statue d'un gardien de porte), tr. dorées (Paul Souze, graveur), (6)-424 pp. ¦161 illustrations par Georges FRAIPONT, dont 12 à pleine page, 9 cartes in-texte, une carte hors-texte en couleurs de l'Indo-Chine française, portrait de l'auteur en frontispice gravé par J. J. Weerts (daté 1905). Cette deuxième édition présente quelques variantes avec la première : le portrait de l' auteur en frontispice est modifié (il est différent, et ce n'est plus une photographie mais une gravure), les 12 lavis hors-texte sont intégrés à la pagination (soit 24 pp. au verso blanc) et reproduits en gravure au trait ; la préface est raccourcie (trois pages de citations politiques sont supprimées) et intégrée à la pagination (7 pp. + 1 p. blanche), ce qui explique que la pagination est augmentée de 32 pages (24 + 8 pp.) ; enfin, l'éditeur mentionne la parution de Le Livre de mes fils (1906), "du même auteur" et détaille ses sept présentations différentes (avec prix allant de 3 à 36 fr.). Paul Doumer (1857-1932), futur président de la République (élu en mai 1931, assassiné un an après), a écrit peu de livres. Mis à part celui-ci et son rapport Situation de l'Indo-Chine (1897-1901), il publia Le Livre de mes fils (Vuibert et Nony, 1906, rééd. 1923, 1931, etc.) et Paroles humaines (1929). Professeur, journaliste, sa carrière politique débuta en 1888, comme député radical dans l'Aisne. Il devint ministre des finances en 1895-96, avant de partir pour Saïgon en 1897, après avoir été nommé gouverneur général de l'Indo-Chine, en remplacement d'Armand Rousseau, décédé à Hanoï peu avant. Son livre de souvenirs est ainsi à la fois une œuvre de circonstance (non exempte d'arrière-pensées politiques et électorales) et un livre d'étrennes dans la lignée de ceux publiés régulièrement sur cette colonie française dont il fallait défendre le statut à un moment où celui-ci était disputé au sein du parti colonial (le fameux "Lâchons l'Asie, prenons l'Afrique" d'Onésime Reclus datant de 1904, voir aussi le livre d'Edgar Boulangier, Un hiver au Cambodge, 1888, PH 6/107). Comme ce dernier, Doumer commence par raconter le voyage de Paris à Saïgon. Il décrit ensuite la géographie et l'histoire (le début de la conquête française datant du Second Empire) des différentes parties du pays : Cochinchine, Tonkin, Annam, Cambodge et Laos. C'est aussi, évidemment, un livre d'autojustification de l'œuvre entreprise sur place pendant son mandat de cinq années : organisation administrative, travaux publics, construction du chemin de fer transindochinois, développement économique (création du port de Haiphong, électrification de Hanoi, acclimatation de l'hévéa, ou arbre à caoutchouc, etc.), défense du territoire, pour terminer sur un examen de la place de la France en Extrême-Orient. Étant donné la personnalité de son auteur, cet ouvrage fut vivement critiqué à son époque, davantage que d'autres du même type. A y bien regarder, ce n'est pas tant l'ouvrage qui était visé que l'auteur et son action publique. Aujourd'hui, il conserve un intérêt historique et documentaire certain et, par-delà les polémiques, constitue un témoignage sur les actions entreprises pour développer cette partie du monde (cf. Amaury Lorin, Paul Doumer, gouverneur général de l'Indochine, 1897-1902 : le tremplin colonial, 2004). L'illustrateur Georges Fraipont (1873-1912), fils du peintre Gustave Fraipont (1849-1923), était lui-même peintre du Département des colonies. Un long séjour en Indochine lui a permis d'exécuter de nombreux dessins et croquis, réputés pour leur exactitude, qui serviront pour le livre de P. Doumer et d'autres publications. C'est le cinquième volume de la collection scientifique de Vuibert et Nony, lancée par Nony seul en 1900 (fin 1899) avec A travers l'électricité de Georges Dary, et qui en comportera neuf de format grand in-8 jusqu'en 1910 (auxquels s'ajoutent au moins deux titres de E. Caustier en format in-12 dans des cartonnages de même style), publiés à raison d'un titre par an environ, pour les étrennes de fin d'année. Ainsi, ce livre constitue une singularité dans cette collection composée d'ouvrages sur des sujets principalement scientifiques et techniques (La Navigation aérienne, L'Océanographie, Les Entrailles de la terre, etc.). Publiée dans des cartonnages verts magnifiquement décorés par Paul Souze, cette collection est une splendide réalisation qui entendait rivaliser avec les productions des autres éditeurs sur le marché du livre à plat historié : Hetzel, Combet, Mame, etc., et elle parvient à se distinguer de ses concurrents par cette présentation remarquable. Le cartonnage vert est particulièrement adapté au thème de cet ouvrage et à son plat montrant les ruines du temple d'Angkor envahi par la végétation de la jungle cambodgienne. Cordier, IV, 2511.
bottom of page