top of page
DUPUIS (Eudoxie) . Chan-Ok le pirate .

DUPUIS (Eudoxie) . Chan-Ok le pirate .

SKU : 9501367
500,00 €Prix
Paris, Librairie Ch. Delagrave, [1906], gr. in-8 (29 x 20,5 cm), percaline ocre, bords biseautés. Au premier plat, polychrome, "Les prisonniers (Joé, Yves Herrick, Frank Austin) avaient de nouveau été liés au mât" (ill. p. 57, texte p. 56). Au second plat, paon à froid, au dos portrait de Frank Austin (d'après le premier plat), tr. dorées, 233-(7) pp. ¦Édition française originale illustrée de 8 hors-texte par Charles Fouqueray et de 20 in-texte par J. O. Davidson (dont un dessin page de titre, repris de la p. 103) et Guydo (p. 167).Titre de couverture : Chan-Ok le pirate. Titre page de titre : Chan-Ok (en anglais Chan Ok).Adapté de l'anglais par Eudoxie Dupuis.Eudoxie Dupuis (née en 1835) est la rédactrice en chef de lhebdomadaire Saint-Nicolas (1880-1915, lequel partage une partie de son contenu avec LEcolier illustré (1890-1915), version française de St-Nicholas publié à New York, 1873-1940) et qui, dans cette fonction a adapté et publié de nombreux romans du magazine américain (voir La Fortune de Betty, par Carolyn Wells, PH 31/602).Chan-Ok est une curiosité. Il paraît en français sous le nom de ladaptatrice Eudoxie Dupuis mais a pour auteur Julian Oliver Davidson, qui en est aussi lillustrateur. Il a paru pour la première fois de mai à octobre 1891 dans le St. Nicholas publié à New York, en six feuilletons, illustrés par lauteur lui-même, peintre et romancier américain (1853-1894), sous le titre : Chan Ok: A Romance of the Eastern Seas. Ce feuilleton a eu quelque succès, car il a été reproduit dans la presse australienne (dans lAdelaide Observer, 26 sept. au 19 déc. 1891 et dans lEvening Journal (Adelaide) aux mêmes dates) mais il na pas eu dédition en volume en langue anglaise. La seule édition en volume est celle adaptée en français par Eudoxie Dupuis pour Delagrave. De plus, dans lédition américaine, le personnage du vieux marin Yves Herrick nest pas breton et se nomme Ben Herrick. La traductrice a jugé utile de modifier ce personnage pour donner une couleur locale française au récit.Le peintre de marine et écrivain américain Julian O. Davidson a été étudié à loccasion dune exposition de ses œuvres, en 1986, par Lynn S. Beman, dans Julian O. Davidson, 1853-1894: American marine artist : exhibition, September 14-November 16, 1986 (The Historical Society of Rockland County, 1986). Lauteur écrit à propos de ce roman daventures : « Cette histoire entraînante, qui se lit toujours avec plaisir près dun siècle plus tard, se déroule dans le milieu des pirates chinois. Elle est illustrée de remarquables compositions de jonques chinoises au combat. Ses méchants et ses héros évoluent dans la mer de Chine méridionale au large de Hong Kong et Davidson s'est inspiré de ses propres expériences et des croquis quil a réalisés dans sa jeunesse dans cette lointaine partie du monde. Chan Ok a été bien accueilli par les jeunes lecteurs, et Davidson a publié nombre dautres récits et articles dans St-Nicholas jusquà sa mort. »Dans son étude « The Convergence of the Twain: Representations of Asians in St. Nicholas Magazine, 1888-1910 » (dans Benson Tong (ed.), Asian American Children: A Historical Handbook and Guide, Greenwood, 2004), Claudia Nelson analyse en détail la place des personnages dorigine asiatique dans ce magazine. A la fin du XIXe siècle, est apparu dans la culture occidentale ce qui allait devenir célèbre sous le nom de « péril jaune », traduisant un sentiment de confrontation entre Orient et Occident dans la société. Mais la culture populaire a parfois répercuté une image différente de ce stéréotype en refusant de diaboliser systématiquement les Asiatiques. Elle remarque que lAsiatique est moins fréquent que lAfricain dans les fictions pour enfants, à la notable exception de celles publiées dans le St. Nicholas, le plus important magazine pour enfants, créé et dirigé par Mary Mapes Dodge (1831-1905), publiant des auteurs célèbres (Louisa May Alcott, Mark Twain, Frances Hodgson Burnett, Jack London voir St. Nicholas and Mary Mapes Dodge: The Legacy of a Children's Magazine Editor, 1873-1905, ed. Susan R Gannon, McFarland, 2004). Mary Mapes Dodge se montre très impliquée dans sa mission sociale et réformatrice, notamment en promouvant un « proto-multiculturalisme » dans ce qui a trait aux pays exotiques. Cette tendance se répercute aussi dans lédition française de la revue Saint-Nicolas, publiée par Delagrave, ainsi que nous avons déjà eu loccasion de le montrer (voir les œuvres dAugusta Latouche, La Petite princesse noire, 1908, PH 40/741 et de Jules Chancel, Le Prince Mokoko, 1912, PH 23/435)Le fait que le St. Nicholas américain défende une position progressiste, humanitariste et un esprit douverture laisse à penser que sa vision de lAsiatique pourrait y être plus nuancée que celle rencontrée dans la culture de cette période, bien que les stéréotypes sur les coolies ou les méchants chinois puissent y être véhiculés. Le récit de Davidson se fait lécho de cette vision, mais sa bonne documentation corrige en partie ce travers. Davidson souligne le manque de confiance que lon peut placer dans les « coolies voleurs » qui s'avèrent être des pirates travaillant pour le maître criminel Chan-Ok, « le misérable le plus froid et le plus sanguinaire des mers orientales ». Chan-Ok est particulièrement dangereux car il est un homme aux « capacités dexécution remarquables » qui a été « éduqué comme un Européen ». Cela implique ici que les efforts pour « civiliser » les Chinois en leur apprenant les mœurs occidentales peuvent se retourner contre lOccident en lui créant un ennemi plus puissant. Chan-Ok est ainsi valorisé quoique dune manière négative.Le peintre de marine Charles Fouqueray (1869-1956) a contribué à lillustration du livre de Gaston Donnet, Histoire de la guerre russo-japonaise (Delagrave, 1905, PH 16-307). Il était tout désigné pour illustrer, lannée suivante, chez le même éditeur, les scènes de ce roman situé en Asie.Il a également illustré Jean Pacifique de Maurice Champagne (Delagrave, 1923, PH 34/641).Très bel exemplaire.
bottom of page