top of page
ENGELMANN (Emil). Das Nibelungenlied für das deutsche Haus .

ENGELMANN (Emil). Das Nibelungenlied für das deutsche Haus .

SKU : 9501449
350,00 €Prix
Stuttgart, Paul Ness, Verlag, 1900, in-8 (25,5 x 19 cm), percaline olive. Au premier plat, polychrome, profil de Siegfried sur vignette à fond d'or, bouclier, lance, pique, épée portant au pommeau laigle germanique, poignard. Au second plat, encadrement à froid, titre doré en long au dos, tr. marbrées, gardes vert sapin (Heinr. Koch, Buchbinderei, Stuttgart), (8)-228-(20) pp., et 6 ff. (12 pp.) de hors-textes, dont un frontispice ¦Nach den Quellen bearbeitet von Emil Engelmann.Mit elf facsimiles der hervorragendsten Handschriften, 51 Bildern nach Zeichnungen von Schnorr v. Carolsfeld, Baur, Hübner, Bendemann, Rethel, Hoffmann, Neureuther u. A. Sowie sechs Wollbildern in Lichtdruck. Vierte Auflage.Traduction : La Chanson des Nibelungen pour le foyer allemand. Daprès les sources éditées par Emil Engelmann. Avec onze fac-similés des manuscrits les plus remarquables, 51 ill. daprès les dessins de Schnorr von Carolsfeld, Baur, Hübner, Bendemann, Rethel, Hoffmann, Neureuther, etc. Ainsi que six hors texte en héliogravure. Quatrième édition.La Chanson des Nibelungen est une épopée médiévale en moyen haut-allemand composée au XIIIe siècle. Cest la version originale germanique d'une légende également attestée en Scandinavie par des contes danois ou islandais. Redécouverte en Allemagne au XVIIIe siècle, elle y a été considérée durant deux siècles comme une épopée nationale décrivant la construction du pays. Elle raconte les exploits de Siegfried, prince détenteur du trésor des Nibelungen, pour aider le roi burgonde Gunther à conquérir la main de Brunehilde, puis son mariage avec Kriemhild, la sœur de Gunther. Son assassinat par Hagen initie une longue vengeance menée par Kriemhild et dont l'issue est le massacre des Burgondes sur les rives du Danube. Le fondement de la Chanson des Nibelungen, et plus généralement de la légende des Nibelungen, a été et continue à être l'objet d'un débat entre deux écoles de philologie, l'une réduisant la légende à un mythe, l'autre lui accordant une authenticité et une origine historiques.A partir du XIXe siècle, les artistes vont semparer de lépopée du Nibelungen : peinture (Fussli), musique (Richard Wagner, LOr du Rhin), littérature, cinéma (Fritz Lang).Le succès de l'œuvre est également populaire, elle devient une référence culturelle comme l'atteste l'usage par le chancelier von Bülow, dans son discours du 29 mars 1909, de l'expression Nibelungentreue (fidélité de Nibelungen), faisant référence à la loyauté de Kriemhild pour caractériser la position de l'Allemagne dans ses relations avec l'Autriche-Hongrie. La Première Guerre mondiale laisse la place à une instrumentalisation guerrière et nationaliste du Nibelungenlied. Ce sont chants et discours se référant aux valeurs de Siegfried ou Hagen, telles encore que la fidélité, qui sont produits. Les troupes allemandes, en 1917, se retrancheront ainsi derrière la Ligne Siegfried qui n'est pas sans rappeler la tranchée creusée par le héros afin de vaincre le dragon. La défaite militaire n'est néanmoins pas suivie d'une désaffection pour l'épopée. Au contraire : elle s'explique par le fait que l'invincible armée allemande a été, tel Siegfried, poignardée dans le dos par les révolutionnaires.Louvrage, publié en plat historié, atteste du succès populaire de lœuvre. Lun des artistes dont les œuvres figurent dans ce livre, Julius Schnorr von Carolsfeld (1794-1872) a réalisé une série de peintures sur le thème du Nibelungenlied dans les années 1840.Bel exemplaire, caractéristique de la production allemande en plat historié, à la fois sobre et très décoratif.
bottom of page