top of page
EPUY (Michel) . Jacqueline Sylvestre .

EPUY (Michel) . Jacqueline Sylvestre .

SKU : 9501783
250,00 €Prix
Paris, Librairie Ch. Delagrave, [1912], gr. in-8 (27,5 x 18 cm), percaline grise, bords biseautés. Au premier plat, polychrome, danse de paysans en bonnet de nuit autour d'un feu villageois sous la lune (ill. p. 225). Au second plat, paon à froid, au dos deux paires de sabots et couronne rayonnante en bas (celle du roi Gros-Nez du livre que lit Jacqueline, dérobée par la mauvaise princesse, ill. p. 3, texte pp. 11-12, et restituée au roi par la lectrice à la fin, p. 240), tr. dorées, 240 pp. ¦Édition illustrée de 134 dessins par Léonce Burret, dont 15 à pleine page.Première parution en feuilleton dans Saint-Nicolas, 1912, en même temps que Le Fils du planteur de Maurice Champagne (PH 40-729).Réédité en 1915 (tranches rouges) et 1925 (tête dorée).Cette histoire située dans les Alpes a suscité plusieurs comptes-rendus dans des périodiques importants :« Jacqueline Sylvestre est lhistoire dune petite bergère du Dauphiné ; M. Michel Epuy, romancier entraîné à des tâches plus sévères, se divertit à diversifier ce récit, mêlant au réalisme de lobservation les imaginations paysannes, les rêves dune fillette, les fées elles-mêmes… » (Jacques Lux, Revue politique et littéraire, 21 décembre 1912, p. 800). « Depuis sa plus tendre enfance elle vit dans l'humble et misérable cabane de l'oncle qui la recueillit à la mort de ses parents. Cette cabane est située au milieu de l'immense forêt qui couvre les monts. La jeune Jacqueline erre délicieusement dans cette forêt, car, à la maison, la vie est triste. Partagée entre un frère « simple » et un oncle avare, la pauvre petite trouve encore le temps de s'intéresser au Roi Gros-Nez, un gros rocher à figure humaine de la chaîne de Vercors, surmontant des grottes où s'entendent nuit et jour de lugubres gémissements. Jacqueline Sylvestre s'attaque à la tâche impossible de consoler le roi de pierre ; et si puissante est sa foi qu'elle réussira et fera par contrecoup jaillir le bonheur autour d'elle. » (Le Radical, 11 décembre 1912, Livres détrennes)« Chez Delagrave, j'ai remarqué Jacqueline Sylvestre, par M. Michel Epuy. Cet écrivain vigoureux a le don d'animer les paysages rustiques ; il sent la poésie sauvage, tantôt âpre, tantôt douce, des montagnes et des forêts. Il y a un fantastique souriant dans l'histoire de Jacqueline, cette petite abandonnée ; il y a du mysticisme dans une autre œuvre du même auteur, Le Nouvel Homme. Et toujours nous apparaissent, éducatrices du caractère, pleines de méditations, de rêve, d'inspiration idéaliste, les montagnes qui conseillent à l'homme d'être meilleur, plus fort et plus grand. » (Jules Bois, Les Annales politiques et littéraires, 22 décembre 1912).Michel Epuy (pseudonyme de Louis Vaury, 1876-1943, né dans la Drôme et mort à Lausanne) est surtout connu comme anthologiste (Anthologie des humoristes anglais et américains du XVIIIe siècle à nos jours, Delagrave, 1910) et traducteur de langlais (Kipling, Mark Twain puis de romans policiers dH de Vere Stacpoole et dEdgar Wallace, etc., pour Jeheber, la Librairie de Champs Elysées, collection Le Masque et les Editions de France). Il est lauteur dun roman de science-fiction, Anthéa, létrange planète (1918, réédité dans Défricheurs dimaginaire, dir. Jean-François Thomas, 2009).Collaborateur chez Delagrave de LEcolier illustré et du Saint-Nicolas (PH 41-760), Léonce Burret (1866-1915) a illustré plusieurs romans, de Mme Blanche Cremnitz (La Petite marquise, Juven 1910, puis Boivin, PH 40-733, et La Petite impératrice, Juven, 1911, PH 31-586), dAugusta Latouche (Jessie la petite maîtresse de maison, Delagrave, 1913, PH 39-717), de Marie Girardet (La Petite reine de Balkanie, Delagrave, 1915, PH 25-480). Il excelle dans le dessin à la fois réaliste et fantaisiste.
bottom of page