top of page
ESP (pseudonyme de Edmond Solange PELLAT) . Philéas et Chantrouille .

ESP (pseudonyme de Edmond Solange PELLAT) . Philéas et Chantrouille .

SKU : 9501043
350,00 €Prix
Paris, Librairie Ch. Delagrave, 1899, gr. in-8 (27,5 x 18 cm), percaline grise, bords biseautés. Au premier plat polychrome, les deux héros assis sur une malle de voyage posée sur une nuée, Chantrouille en haut-de-forme tenant un parapluie, Philéas en chapeau melon et costume à carreaux, tenant verre et bouteille. Au second plat, vignette polychrome (trois personnage rencontrés par les voyageurs lors de leurs pérégrinations), titre noir au dos, tr. rouges. 235-(5) pp. ¦Édition originale et unique, illustrée par GÉ de 118 vignettes au trait dans le texte et de quatre hors-texte en couleurs (ces derniers reprennent, rehaussées de couleurs, quatre des vignettes in-texte, pp. 15, 146, 149, 166).Première publication dans le Saint-Nicolas, 1897-1898.Lhistoire est celle de deux amis inséparables, originaires de deux villages voisins, lun dans les Pyrénées-Orientales, lautre dans lAude, devenus Parisiens et casaniers, rentiers et célibataires, qui décident de partir en voyage pendant lété. Le livre raconte les problèmes auxquels ils sont confrontés pour les questions pratiques dorganisation, dhoraires, leurs tribulations avec les objets, les gens, les animaux de rencontre, qui interfèrent avec leur caractère lunaire et antagoniste. Pour se rendre dans leurs villages natals respectifs, ils combinent un itinéraire qui les mène par Grenoble puis Cette (Sète). Ils découvrent leurs deux villages en proie à une querelle de voisinage qui dégénère en bataille rangée, quils parviennent à apaiser. Au retour, passant par Arcachon, ils montent dans un ballon non gardé et prêt à partir, qui les emportent en Angleterre, où Philéas trouve femme.Les deux héros et leurs aventures sont très proches du duo comique du cinéma américain, Laurel et Hardy : même aspect et corpulence, mêmes situations burlesques, même logique absurde et jusquau-boutiste.Nos héros empruntent les divers moyens de transports existants : trains, navire, ballon, qui les emporte aux quatre coins du pays, dans une course où les routes de traverse et les rencontres surprises se succèdent.Le thème du voyage est surtout prétexte ici à distraction et éclat de rire, plutôt quà instruction ou découverte. La fantaisie règne sur ce récit débonnaire, où les héros prennent avec philosophie les aspects inattendus de leur périple.Lauteur explique ses intentions dans une préface : « Ce conte nest pas une œuvre écrite en quelques jours, ni même en quelques mois. Cest un ensemble dépisodes détachés dune histoire sans fin dont je narrais de temps à autre des fragments à mon petit frère ou à de jeunes cousins. Philéas et Chantrouille étaient pour eux deux héros aux noms desquels on aimait à rattacher toutes les mésaventures comiques qui survenaient, toutes les bonnes bêtises que lon commettait. Ils vivaient en quelque sorte près de nous, et aujourdhui encore ils sont presque de la famille. Lidée me vint un jour de les présenter au public, et je composai cet ouvrage. A vrai dire, ce ne me fut pas très difficile, car je neus quà choisir quelques-uns des passages les plus amusants et à les lier ente eux. De ces passages, les uns, les traits de gourmandise de Philéas ou les méfaits du jeune Anastasien par exemple, sadressent aux plus petits. Dautres, comme le baccalauréat ou les articles de journaux feront plutôt sourire leurs aînés. »Signé de pseudonymes, ce livre très rare et très amusant pose un problème dattribution. On ne sait pas qui est le dessinateur Gé (sans doute linitiale G de son nom ou prénom). Par contre, la BNF nous apprend que Esp est un pseudonyme dEdmond Solange Pellat (1875-1932), fils du physicien Henri Pellat (1850-1909), sur les travaux duquel il a écrit une notice, et dont le prénom dusage semble être Solange. Cest le premier livre de celui-ci, devenu ensuite un graphologue réputé (Le Cœur dans l'écriture, considérations sur l'égoïsme et les sentiments généreux, facilitant l'accès des études graphologiques, 2e édition, 1903 ; L'éducation aidée par la graphologie, 1906 ; La Graphologie et ses méthodes de vérification expérimentale, 1907), et auteur de pièces de théâtre.En 1903, il donne une suite à son premier livre, Philéas et son Anglaise, illustrations de R. de La Nézière (Delagrave), cette fois signé de son nom, ce qui permet didentifier son pseudonyme dEsp.En 1908, Solange Pellat signe un nouveau livre à plat historié pour le même éditeur, Histoire d'une famille de cerfs, illustré par Pinchon, le dessinateur de Bécassine. Il collabore aussi au Saint-Nicolas, qui publie en feuilleton ses romans, comme Sur la neige russe, en 1915. Dautres livres sortent en 1914, Petits jeux pour les jours de pluie, puis en 1916, Petits jeux pour nos blessés.« Les spasmes de l'affaire Dreyfus, qui secouèrent la France dans bien des domaines, avaient amené la création, en 1914, par Solange Pellat, de la Société technique des experts en écriture dont le but était de dispenser un enseignement méthodique. En 1931, à la mort de Solange Pellat, cette société cessa toute activité. Il fallut attendre 1963 pour que Mlle Hotimsky, élève de Pellat, reconstitue cet organisme dans le dessein de former un corps de techniciens de l'identification des écritures. » (Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1988, p. 483). Cette société posa les bases scientifiques de la graphologie, notamment en matière dexpertise judiciaire, terrain où cependant elle fut peu présente, malgré lactivisme de son président, qui publie des livres et fait des conférences (Les Lois de l'écriture, Vuibert, 1927, puis Alcan, 1929).En 1932, l'Académie des sciences morales et politiques lui décerne le prix Corbay « rente viagère de 1.000 francs, attribuable, suivant les termes fort larges dont a usé le donateur, à celui qui, sous une forme ou sous une autre, aura produit une œuvre essentiellement utile. En le décernant à M. Solange Pellat, nous avons voulu reconnaître autant la hardiesse du dessein qu'il avait formé que la valeur du résultat obtenu. M. Solange Pellat ne s'est proposé rien de moins, en effet, que de réhabiliter l'expertise en écritures et il y a réussi. Fils du physicien connu qui fut professeur à la Sorbonne ; arrière petit-fils de notre ancien confrère, le doyen de la Faculté de Droit de Paris, M. Solange Pellat a rencontré dans son entourage les appuis indispensables à la réalisation d'une idée ai hardie et si utile. Sous son impulsion sest fondée une Société technique des experts en écritures qui, sous le contrôle de hauts magistrats, donne un enseignement sanctionné par des diplômes malaisément obtenus ; il n'en a été délivré jusqu'ici qu'une quinzaine. Si M. Solange Pellat a privé les avocats de quelques effets d'audience faciles et d'ailleurs désuets, les plaideurs et les juges lui devront, par contre, une gratitude bien méritée. Leur reconnaissance ne pourra, hélas, se manifester que sur une tombe. »Cartonnage très rare.
bottom of page