top of page
FAROCHON (Paul-Augustin) . Les Chevaliers de Rhodes et de Malte .

FAROCHON (Paul-Augustin) . Les Chevaliers de Rhodes et de Malte .

SKU : 9501087
500,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et Fils, 1893, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Au premier plat, composition néo-classique polychrome, à l'or et au palladium, à gauche, un chevalier en armure, brandissant un étendard, le pied posé sur le cadavre d'un ennemi, à droite un Sarrasin portant casque, bouclier et cimeterre, au centre débris de muraille, trophée d'armes (lances, bouclier, hache, gerbes, cadavre), au second plan incendie et fumées, derrière chaque personnage, colonne autour de laquelle sont en roulés des rubans portant les noms des grands maîtres de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (avant l'établissement à Rhodes : Gérard, Raymond Dupuis, de Villaret ; à Rhodes : Villeneuve, [Goz]on, illisible, Villiers de L'Isle-Adam ; à Malt e : de Savignac, de la Sangle, La Valette, de La Cassière et de H...), en haut au centre, monogramme de Jésus IHS (lettres entrelacées au centre d'une couronne d'épines sur une croix de Saint Louis rayonnante), de part et d'autre, blasons à la croix de Jér usalem. Au second plat, encadrement de motifs géométriques, au dos reprise de motifs du plat, en haut croix de Jérusalem, en bas bannière croisée et trophée d'armes (bouclier, lances, haches, etc.), tr. dorées (A. Souze fils, graveur), 399-(1) pp., bibliographie. ¦Édition originale illustrée de 21 hors-texte dont un frontispice, de 12 in-texte, dessinés par Freeman, Karl Girardet, F. Lix, L. Mouchot, gravés par F. Méaulle, et de 8 cartes et plans. Les Gloires chrétiennes et militaires de la France. Ho spitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, chroniques et récits. Publié dans la 1re série in-4 de Mame. Paul-Augustin Farochon, "ancien professeur d'histoire" (né en 1843) a peu écrit. A partir de 1892 et jusqu'en 1902, il profite de sa retraite pour rédiger plusieurs biographies de militaires pour les Assomptionnistes de la Maison de la Bonne Presse, sous son nom ou sous le pseudonyme de P. de Hazel (portraits en 16 pp., pour la série de fascicules "Les Contemporains" :Le Général Juchault de La Moricière, Le Maréchal Pélissier, Le Général de Sonis, Abd-el-Kader, Le Général Youssof, Bugeaud). Pour Mame, il développe en un volume sa biographie sur Le Maréchal Pélissier, duc de Malakoff (1892) et pour Taffin-Lefort, Le Général Gaston de Sonis (1825-1887) (1893). De même, il reprend sa monographie sur La Bataille de Lépante, saint Pie V et don Juan d'Autriche (1892) pour Firmin-Didot en 1894, sous le titre Chypre et Lépante, qui fait suite à son livre sur Les Chevaliers de Rhodes et de Malte. Enfin, en 1902, il publie La Croix et le croissant : les héros du dévouement chrétien en gr. in-8 chez Taffin-Lefort. Le livre relate l'histoire de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem depuis sa fondation à Jérusalem par le frère Gérard, en 1080 jusqu'au siège de Malte par les Turcs, en 1565. Au XIe siècle, pendant les Croisades, la fondation d'hôpitaux en Terre sainte est à l'origine de la création de l'ordre des Hospitaliers, qui devient militaire (comme les Templiers) pour défendre les pèlerins malades et combat tre les Sarrasins. Après son expulsion de Terre sainte en 1291, l'Ordre s'installe à Chypre avant de conquérir l'île de Rhodes entre 1307 et 1311. Il devient alors une puissance maritime pour continuer à être le rempart des chrétiens contre les Sarrasin. L 'île de Rhodes est l'objet d'assauts réguliers de la part des Ottomans depuis 1440, et en 1522, Soliman le Magnifique la conquiert, après un siège de cinq mois. Après la perte de Rhodes, les Hospitaliers, sous la direction du grand maître Philippe de Vill iers de L'Isle-Adam, entament en 1523 une errance de sept années qui les conduit en Italie, puis à Nice dans les États de Savoie. Finalement l'empereur Charles Quint, comprenant l'utilité d'un ordre militaire en Méditerranée face aux avancées ottomanes (pr ise d'Alger par Barberousse en 1529), confie le 24 mars 1530 à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem la possession de l'archipel de Malte, dépendant du royaume de Sicile. Avec ses chevaliers, l'Ordre se transforme en une puissance souveraine qui prend de plu s en plus d'importance en Méditerranée centrale, face aux progrès ottomans (prise de Tunis en 1534). La Réforme porte un coup aux possessions des Hospitaliers en Europe du Nord. De nombreuses commanderies sont sécularisées et certains grands prieurés disp araissent, comme ceux de Suède et de Danemark. En 1540, le roi d'Angleterre Henri VIII supprime la branche anglaise. C'est dans ce contexte difficile que l'ordre doit faire face à la plus grande épreuve de son histoire : le "grand siège" de 1565... Plus t ard, le général Bonaparte, partant pour la Campagne d'Égypte, prend Malte le 11 juin 1795 et expulse le grand maître et les chevaliers de l'île au nom de la République française. Sur le sujet, signalons les récentes études de René Botto, De Rhodes à Mal te : le grand maître Philippe de Villiers de L'Isle-Adam (1994) et Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'Ordre de Malte (Perrin, 2006), et les différentes publications de Claude Petiet : Des chevaliers de Rhodes aux chevaliers de Malte, Villiers de L'Isle-Adam (1994), L'Ordre de Malte face aux Turcs (1997), Au temps des chevaliers de Rhodes (2000), etc. Le plat historié de A. Souze fils s'inscrit dans la série de ses travaux pour Mame, à la suite du Louis XIV d'Amédée Gabourd (1892, PH 9/176 ), signé par son père, caractérisés par une polychromie enrichie d'or et de palladium : Christophe Colomb d'Antoine Ricard (1891, PH 23/451), Jeanne d'Arc par Marius Sepet (1893, PH 13/254), Henri IV de l'abbé Jousset (1893, PH 13/253), Rome et ses pontifes de Mgr Chevalier (1896, PH 13/256) et, dans d'autres genres, Le Testament du duc Job de Fortuné Méaulle (1893, PH 17/335) ou Aux Indes et en Australie avec le yacht le Sunbeam de Lady Brassey (1893, PH 11/213). Plat historié flamboyant.
bottom of page