top of page
FROISSART (Jean) . Les Chroniques de J . Froissart [Souze et Engel] .

FROISSART (Jean) . Les Chroniques de J . Froissart [Souze et Engel] .

SKU : 9501489
500,00 €Prix
Paris, Hachette, 1881, gr. in-8 (28 x 20 cm), demi-chagrin rouge, plats de percaline chagrinée. Premier plat orné de motifs décoratifs noir et doré (lettrine, titre en lettres gothiques, blasons fleur-de-lysé et aux trois lions dans un cartouche central, encadrement ouvragé). Second plat identique, dos orné de motifs décoratifs dorés, tr. dorées, gardes imprimées de motifs décoratifs polychromes et dorés (A. Souze, graveur, Engel, relieur), VII-(I)-840 pp., table des gravures. ¦Édition abrégée avec texte rapproché du français moderne par Mme de Witt, née Guizot. Illustrée de 11 planches en chromolithographie, 12 lettres et titres imprimés en couleur, 2 cartes, 33 grandes compositions imprimées en noir et 252 gravures d'après les monuments et les manuscrits de l'époque, par S. BARCLAY, C. BELLANGER, H. CHAPUIS, H. CHARTIER, C. DELORT, A. DEROY, PERRODIN, POTERLET, Y. PRANISHNIKOFF, P. RICHNER, E. RONJAT, P. SELLIER, TAYLOR, VIDAL, Th. WEBER. "Jehan Froissart, le premier des chroniqueurs du Moyen Age par l'étendue et l'importance historique comme par l'irrésistible attrait de ses écrits, ne pouvait manquer d'attirer l'attention laborieuse des plus savants investigateurs. Les éditions de ses oeuvres se succèdent, chefs-d'oeuvre de patientes et ingénieuses recherches ; mais la valeur même de ces travaux les renferme nécessairement dans le cercle de l'érudition. Nous avons donc cherché à en faire profiter le public, à rendre intelligible la langue de Froissart sans la dépouiller de son charme, et à conserver l'ensemble de ses récits en supprimant les longueurs", explique Mme de Witt. L'illustration a été réalisée d'après les monuments et les documents de l'époque, manuscrits, miniatures, estampes anciennes, etc., conservés à la Bibliothèque nationale, à l'Arsenal, au Musée d'artillerie, au Cabinet des médailles et au Musée de Cluny. Pour les monuments encore existants, "nous avons employé la photographie avant de recourir à la gravure sur bois". "Enfin nous avons largement usé de la riche collection de sceaux conservés aux Archives nationales. Là, en effet, se trouvait le moyen unique de faire revivre les types chevaleresques du quatorzième siècle, si merveilleusement mis en scène par Froissart. A une époque où le portrait et la médaille n'existaient pas encore, où la miniature elle-même ne se pique pas de reproduire exactement les traits ni les costumes des personnages, leurs sceaux originaux offraient la plus précieuse des garanties ; ils ont été copiés avec le plus grand soin et la fidélité la plus scrupuleuse." (cf. sur les sceaux comme source iconographique de la période médiévale, le livre de G. Demay, Le Costume au Moyen Age d'après les sceaux, Dumoulin, 1880, PH 9/172). Le résultat est un ouvrage magnifiquement illustré, alliant l'intérêt du sujet à la beauté de la forme, "un ensemble digne du modèle", conclut Mme de Witt. En plus d'aider son père François Guizot à rédiger ses livres au soir de sa vie, dont son Histoire de France racontée à mes petits-enfants (1870-1876, 5 vols.), Henriette de Witt-Guizot (1829-1908) poursuivait une oeuvre polygraphique : traductions de l'anglais, mémoires et souvenirs, narrations historiques, contes et romans, nouvelles et légendes, adaptations de chroniques historiques, etc. Le présent volume (consacré au XIVème siècle, de 1321 à 1393) ayant eu un certain succès, Hachette publia une suite, intitulée Les Chroniqueurs de l'histoire de France depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle en 4 volumes (1883-1886). Certains exemplaires portent la signature du graveur Souze dans le bord inférieur du cadre doré, d'autres portent les deux signatures de Souze et du relieur Engel dans la réserve centrale, de part et d'autre du bord inférieur.A l'état de neuf.
bottom of page