top of page
FUNCK-BRENTANO (Frantz) et GUILLONNET (O . D . V .) Jeanne d'Arc .

FUNCK-BRENTANO (Frantz) et GUILLONNET (O . D . V .) Jeanne d'Arc .

SKU : 9501012
3 500,00 €Prix
Paris, Ancienne Librairie Furne, C. Boivin & Cie, [1912], in-folio (43 x 32 cm), cartonnage éditeur crème imitation vélin. Au premier plat, polychrome et or, l'héroïne en armure, nu-tête, les bras en croix, sur un semé fleurdelisé doré, les dates 1412-1431 sur une banderole dans l'angle droit, deux blasons à ses armes de part et d'autre. Second plat et dos muets, tête dorée, gardes jaunes (Engel, relieur), couv. cons., 40 ff. de texte à encadrement et 40 pl. en chromolithographie en vis-à-vis par Octave Denis Victor GUILLONNET. ¦Édition originale. Un des 41 japon de tête (n° 3) comprenant une aquarelle originale signée et quatre planches de décomposition des couleurs (troisième chromolithographie, "Fuite des paysans de Domrémy"), ainsi qu'une page du manuscrit (correspo ndant au folio 33). Le célèbre historien Frantz Funck-Brentano (1862-1947) est l'auteur de nombreuses publications. Conférencier, dramaturge et romancier, il est archiviste paléographe (1885), docteur ès-lettres (1896), bibliothécaire, puis conservateur, chargé des manuscrits et des estampes à la Bibliothèque de l'Arsenal (1885-1928) et membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques, élu en 1928). Peintre officiel de la IIIe République, Guillonnet (1872-1967) est peintre de sport, grand décorateur des palais nationaux, précurseur des arts décoratifs, portraitiste et illustrateur. Élève de Lionel Royer, il participe au concours pour les vitraux de la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans en 1892, sur le thème de l'épopée de Jeanne d'Arc. Ses travaux, non retenus, sont donnés en 1923 à son ami Clémentel, maire de Riom, qui souhaitait ouvrir une salle à la mémoire de Jeanne d'Arc et y mettre en valeur la lettre datée du 9 novembre 1429 qu'elle avait fait adresser à cette ville pour demander des subsides. Les réserves du musée Mandet à Riom "conservent un panneau décoratif (2,22 m par 1,13 m) qui représente Jeanne d'Arc les bras en croix enveloppée des flammes du bûcher et que Clémentel avait utilisé pour habiller la cheminée de la salle des Abeil les de l'hôtel de ville de Riom. Ce panneau décoratif rappelle l'illustration de Guillonnet pour la couverture de l'ouvrage de Funck-Brentano Jeanne d'Arc" (Wikipédia). La magnifique couverture de Guillonnet est célèbre. En attendant sa canonisation ann oncée (en 1920), elle se fait l'écho de la récente béatification (1909) de Jeanne d'Arc, vêtue comme un soldat du Christ, dit Nadia Margolis : "ses pieds reposent sur le sol, elle n'est donc pas clouée ni suspendue sur la croix, mais ses genoux sont fléchi s comme ceux du Christ martyr, déployant ses bras de la même manière, ses yeux fixés vers les cieux, comme pour signifier son acceptation volontaire de la mission de rédemption du Christ sauveur et martyr, non pas sur une croix de bois, mais sur une croix symboliquement ornée, et flanquée, des motifs de la dynastie royale. Cette image, un pur symbole, ne présente ni sang, ni violence. Ses mains ne sont pas gantées, comme pour confirmer le récent triomphe terrestre de Jeanne et sa capacité présente à entrer dans le royaume divin" (Fresh Verdicts on Joan of Arc, 1996, notre traduction). "Cette Jeanne d'Arc est une suite magistrale à la belle collection d'albums historiques éditée par la même librairie, et les deux maîtres, MM. Funck-Brentano et Guillonnet, ont réussi ce tour de force de présenter sous une forme nouvelle l'histoire tant de fois écrite de notre sainte nationale et, avec les vives couleurs de leurs palettes, ils ont composé le plus magnifique album qu'il soit possible de rêver. Les illustration s, tout en sacrifiant au goût moderne, se rapprochent de ces peintures, si riches en couleurs et si originales ; des artistes et enlumineurs contemporains de Jeanne d'Arc. De son côté, M. Funck-Brentano, dans un style chaud, coloré, original, nous conte la "Passion" de la sainte, depuis Domrémy dans la grise atmosphère de la Lorraine jusqu'à Rouen et son Calvaire" (Le Correspondant, 1912). Le Polybiblion loue également le style de l'auteur tout en critiquant son approche rationaliste. Jeanne d'Arc a f ait l'objet d'un nombre considérable d'ouvrages depuis le XIXe siècle et la réinterprétation de Michelet puis des historiens catholiques. Nous l'avons souvent rencontrée en plat historié : Adolphe de Lescure, Jeanne Darc, l'héroïne de la France (1866 ; 1 894, préface Gossot), Henri Wallon, Jeanne d'Arc (1877, PH 5/104), Godefroy, La Mission de Jeanne d'Arc (1878), Marius Sepet, Jeanne d'Arc (1885, PH 13/254 et 1894, PH 16/321), Mme de Witt, Jeanne d'Arc et la guerre de Cent Ans (1895), Théodore Cah u et Paul de Sémant, L'Histoire de Jeanne d'Arc racontée à mes enfants (Jouvet, 1895), etc. La figure de Jeanne d'Arc a été débattue tant par les historiens et critiques de langue française que par ceux de langue anglaise : Ferdinand de Liocourt (La Mis sion de Jeanne d'Arc, 1974, 2 vol.), Roger Odin (Jeanne d'Arc à l'école, essai sémiotique, 1980), Michel Lamy (Jeanne d'Arc, histoire vraie et genèse d'un mythe, 1987), Nadia Margolis ("The 'Joan Phenomenon' and the French Right", Fresh Verdicts on J oan of Arc, dir Bonnie Wheeler and Charles T. Wood, 1996), Karen Sullivan (The Interrogation of Joan of Arc, 1999), Joan of Arc and spirituality (dir. Ann W. Astell, Bonnie Wheeler, 2003), The Presence of the Past in Children's Literature (2003), An ne Lise Diez et Bernard Lorraine (La Pucelle et l'Amazone : représentation de Jeanne d'Arc en littérature : un florilège, 2007), ainsi que les travaux de Christian Amalvi (Les Héros de l'histoire de France, recherche iconographique sur le panthéon scola ire de la Troisième République, 1979 ; De l'art et la manière d'accommoder les héros de l'histoire de France : essais de mythologie nationale, 1988 ; Les Héros de l'histoire de France, 2001 ; Les Héros des Français : controverses autour de la mémoire nationale, 2011). Ouvrage somptueux.
bottom of page