top of page
GÉRARD (Jules). La Chasse au lion .

GÉRARD (Jules). La Chasse au lion .

SKU : 9501049
500,00 €Prix
Paris, Michel Lévy frères, éditeurs, Librairie nouvelle, 1874, nouvelle édition, in-8 (27 x 18 cm), percaline rouge. Au premier plat, tête de lion dorée en médaillon, dans un large encadrement néo-classique noir et or (moulures, rinceaux, décor d'arabesques). Au second plat, encadrement de motifs géométriques noirs, dos orné de caissons dorés, tr. dorées, (8)-374-(2) pp. ¦Nouvelle édition illustrée de 23 gravures et du portrait de l'auteur par Gustave Doré (11) et Alphonse de Neuville (12). Introduction par Léon Bertrand, directeur du Journal des Chasseurs, où les récits du "tueur de lions" ont d'abord paru, à partir de 1849. Jules Gérard (1817-1864), le "tueur de lions" devenu légendaire a certainement donné l'idée à Alphonse Daudet de son personnage de Tartarin de Tarascon, qui s'inspire des exploits de Gérard en Afrique pour fabriquer les siens propres. Né à Pignans (Var) où il a une statue, Jules Gérard s'engage dans les spahis en 1842 et tue son premier lion en 1844. D'après Eugène de Mirecourt, qui écrivit sa biographie dans la série Les Contemporains (1857), il en aurait abattu 26 jusqu'en 1855, date à laquelle il quitte l'Algérie après avoir écrit ses souvenirs à la demande de ses amis (1854, édition illustrée par Doré en 1855). Il se rend quelque temps en Asie puis décide de contribuer à l'exploration de l'Afrique subsaharienne et il meurt dans une embuscade au Sierra-Leone. L'intrépidité de Gérard est remarquable en ce qu'il était le seul chasseur à affronter le lion en face, seul à seul. Ces affrontements, qui avaient lieu de nuit, étaient particulièrement dangereux. Certains furent dramatiques. L'aura de gloire qui entourait Gérard, de la part des populations, vient de ces circonstances et du dénouement heureux de ces combats. À son retour en France, en 1848, Gérard fut fêté comme un héros par Le Journal des chasseurs qui lui offrit un banquet de cent-vingt-cinq couverts. Il reçut en cadeau un couteau de chasse luxueux où était gravée la silhouette d'un lion. Cet exemplaire est une variante intéressante d'un plat historié que nous avons déjà présenté (PH 2/37) en percaline bleue, orné de la même tête de lion, mais le décor du premier plat était entièrement différent, portant la mention "Nouvelle édition illustrée", alors que l'exemplaire rouge porte le nom de l'éditeur. État superbe.
bottom of page