top of page
GREVILLE (Henry).Perdue.

GREVILLE (Henry).Perdue.

SKU : 9501037
350,00 €Prix
Paris, Plon, Nourrit, 1884, in-8 (24,5 x 16,5 cm), percaline rouge, plats biseautés. Au premier plat, noir et or, composition florale sur laquelle est posé un médaillon orné de Marcelle, une fillette balayant, un chat à son côté (d'après le frontispice et lill. p. 53) et, dans le coin inférieur droit, silhouette dun chien déchirant joyeusement livres et papiers (p. 133). Au second plat, motifs géométriques et floraux, avec un médaillon central, dans un quadruple encadrement de filets, dos orné de filets et de motifs en arabesques dorés dans des caissons, tr. dorées (A. Souze, graveur, A. Lenègre, relieur) (4)-324 pp. ¦Édition illustrée de 67 dessins de Frédéric Régamey, dont 8 hors-texte et à pleine page. Première édition, Plon, 1881.Ce livre a été réédité en 2015, dans la collection « Œuvres complètes de Henry Gréville », dirigée par Christophe Grandemange, aux Editions La Gare des mots. En partance pour les États-Unis, Simon Monfort laisse à Paris son épouse Marie et leur petite fille Marcelle (trois ans et demi), épuisées par le voyage, qui doivent le rejoindre au Havre le lendemain. Mais Marcelle se retrouve seule dans un parc, par suite de la mort subite de sa mère. Elle est recueillie par des inconnus charitables, tandis que son père ignorant ce quelles sont devenues, doit sembarquer désespéré… Un roman passionnant sur le schéma classique de la perte didentité et la quête des origines, variation sur le thème de lorphelin ou orpheline, que lon retrouve aussi bien dans Sans famille ou En famille dHector Malot que dans Mademoiselle Flammette de Georges Thurner. Chez Henry Gréville, le thème est traité de manière particulièrement dramatique avec cette disparition de la mère et un éloignement fortuit du père : comment lhistoire va-t-elle évoluer pour que tout rentre dans lordre à la fin, telle est la grande question qui agrippe les lectrices dès les premières pages. Nous entrons alors dans un roman dapprentissage, où lon va suivre la vie quotidienne de la petite Marcelle, de son enfance à son adolescence, à travers de multiples aventures et rencontres, dans un monde indifférent ou attendri, à la recherche de son identité.Henry Gréville est le pseudonyme de Mme Alice Durand (1842-1902). Elle avait accompagné son père professeur en Russie où elle apprit la langue et rencontré son futur mari quelle épouse en 1873. Adoptant un pseudonyme masculin (du nom dun village normand, près de La Hague), elle a été à son époque, un écrivain à succès par ses romans sur la société russe, publiés dans le Journal de Saint-Pétersbourg, la Revue des Deux Mondes (1876), Le Siècle, Le Figaro, La Nouvelle Revue, le Journal des débats, Le Temps, Le Petit Journal, La Patrie, Le XIXe siècle, LIllustration, Le Correspondant. Son roman Dosia obtient le prix Montyon en 1878. Avec son manuel dInstruction morale et civique pour les jeunes filles (réédité 28 fois entre 1882 et 1891), elle participe au mouvement éducatif en faveur des jeunes filles. Plusieurs de ses œuvres ont paru en plat historié : Le Vœu de Nadia (1883), LAvenir dAline (1890).Son succès lui a attiré des commentaires de Guy de Maupassant et de Jules Barbey d'Aurevilly, qui lui consacre un chapitre dans Les Bas-bleus (1878).Passionné par la vie et lœuvre de la romancière, Christophe Grandemange a publié une nouvelle édition revue et augmentée de sa biographie : Henry Gréville, la romancière au grand cœur (éditions La Gare des Mots, 2017 ; première édition 2015), avec une préface de Joël Liénard, arrière-petit-fils de la romancière.Oubliée après les années 1940, son œuvre est redécouverte au début du XXe siècle, avec une réédition en 2004 de son roman Zoby (Paris : les Éd. Maison, 2004), puis quatre autres titres entre 2015 et 2019 à La Gare des mots (Sarzay, Indre), présentés par Christophe Grandemange (voir Le Rocambole n°77, 2016, p. 124).Perdue vaut également pour les illustrations de Frédéric Régamey (1849-1925), artiste prolifique qui accompagna Emile Guimet dans ses Promenades japonaises (Charpentier, 1878 et 1880, 2 vol., PH 39-712 et 713) et illustra de nombreux livre sur lAlsace, dont en plat historié Au pays des cigognes (1907) et le Journal dune petite Alsacienne de Mme Blanche Cremnitz (Boivin, 1917, PH 38-697).Existe aussi en bleu.
bottom of page