top of page
HAMPSON (Dr . William) . Illusions naturelles et scientifiques .

HAMPSON (Dr . William) . Illusions naturelles et scientifiques .

SKU : 9501345
450,00 €Prix
Paris, Librairie Félix Juven, décembre 1908, gr. in-8 (28 x 21,5 cm), percaline rouge, bords biseautés. Au premier plat, polychrome, spectaculaire looping-the-loop, piste cycliste en boucle parcourue par un acrobate à vélo, montée dans une salle de spectacle (ill. p. 57). Au second plat, mention dorée "Ville de Paris, Prix du 14 juillet offert par la caisse des écoles au nom du comité républicain radical socialiste et d'études économiques du 10. arrondissement", au dos titre et fleuron, tr. dorées, 224 pp. ¦Ouvrage illustré de 7 dessins à pleine page de L. Fillol et de 64 figures in-texte.Traduit de l'anglais par Henry Braun.Traduction de : Paradoxes of Nature and Science (Cassell, 1906).Table des matières : Illusions mécaniques (Voitures et autres moyens de transport. Mouvement giratoire. Mouvement de rotation et mouvement de propulsion. De la force des fluides. Les illusions du levier).Paradoxes physiques (Congélation et fusion. Ebullition, évaporation. Propagation de la chaleur. Les jets de vapeur. Liquides volatiles. Les utopies du mouvement perpétuel. Magnétisme. De lattraction). Paradoxes chimiques (Combinaisons bizarres. Désagrégation).Paradoxes physiologiques (Les yeux et les particularités de la vue. Les fausses perceptions de la vue. Les fausses perceptions de louïe. Les fausses perceptions du toucher. Structure du corps).Le Dr. William Hampson (1854-1926) est lauteur du premier brevet pour fabriquer de lair liquide (1895). Il a fait des études de droit, et semble avoir poursuivi des études de physique et dingénieur en autodidacte. Il a fait des études de pharmacie en 1896 et sest aussi intéressé à la science économique. A partir de 1910, il travaille pour les hôpitaux de Londres comme pharmacien.En 1900-1901, Hampson donne des cours pour adultes à lUniversity College de Londres, dont il tire la matière de deux livres : Radium Explained (1905) et Paradoxes of Nature and Science (1906) qui présente des curiosités scientifiques qui contredisent lexpérience courante, parmi lesquelles la voiture plus légère chargée que vide (le pousse-pousse ou jinrikisha), le gyroscope, le boomerang, la glace qui fond en se refroidissant, leau que le froid fait bouillir, plonger la main dans du plomb en fusion, marcher sur des pierres brûlantes, passer laau travers dun jet de vapeur, voir au travers dune main, la ventriloquie, etc. Certains de ces phénomènes sont utilisés en magie et en illusionnisme, dautres servent de base à des tours de physique amusante comme ceux proposés par Tom Tit dans les trois séries de La Science amusante (1890-1906, PH 6/125), publiées dabord dans une chronique de la revue La Nature.Le sujet des dessins de L. Fillol proviennent de lédition anglaise, qui possède une planche de plus. Cet affichiste et illustrateur nest pas connu. Il est lauteur dune affiche pour un spectacle de la Porte Maillot, Le Combat naval, grand spectacle réaliste. Navires de guerre évoluant et combattant sur une mer véritable (1899) et a illustré vers 1907 des livres dhistoire naturelle et de sciences des éditions Schleicher frères, signés par Jean Le Real (Courage féminin. L'ascension dans la montagne ; Les Héros de la science. Voyage dans les nues), Max de Nansouty (Les Petites industries du sol : paille et osier ; La Tabletterie : os, écaille, nacre, celluloïd ; Les Poissons voyageurs : saumons, truites, aloses, anguilles ; Le Ciment armé, le verre et la fabrication mécanique des bouteilles, dessins avec A. Collombar ; Les Produits de la cueillette : truffes et champignons ; Quelques fruits : châtaignes, prunes et pruneaux, marrons d'Inde), Ch. de Rampan (Nos vacances chez l'oncle Charles. Crapauds et grenouilles).Le plat historié du livre de Hampson mérite un commentaire. Son thème ne fait pas lobjet dun chapitre ni même dun paragraphe dans lédition française alors quil est bien présent dans lédition anglaise ! Léditeur français aurait-il « oublié » de traduire le passage correspondant ? Cest dautant plus étonnant que le spectacle du « looping the loop » faisait partie de lactualité en ce début XXe siècle. En français, lexpression date de 1903 et des premiers spectacles dacrobatie à vélo sur piste circulaire inclinée à lhorizontale puis en boucle verticale. Des articles de W. Drancourt « Acrobatie cycliste », publiés dans La Nature en 1903, témoignent de cet engouement du public pour ces exploits sportifs et acrobatiques de music-hall. La revue Science progrès découverte faisait de même en 1904. Lucien Marchis évoque cet exercice dans son livre Les Moteurs à essence pour automobiles (Dunod, 1905, p. 341-342), à propos de la force centrifuge. Toujours en 1905, Maurice Level publiait une nouvelle dangoisse sur ce thème dans le journal LAuto, « le Maniaque » (recueillie dans son volume Les Portes de lenfer, 1910), où il imagine un spectateur assistant à toutes les représentations dun acrobate à vélo, dans lattente de sa chute mortelle et pour éprouver le bref frisson dépouvante qui en résulterait.Peu commun.Très bel exemplaire.
bottom of page