top of page
HINZELIN (Emile) . Cœurs d’Alsace et de Lorraine .

HINZELIN (Emile) . Cœurs d’Alsace et de Lorraine .

SKU : 9501368
450,00 €Prix
Paris, Librairie Ch. Delagrave, 1913, 3e édition, gr. in-8 (30 x 20,5 cm), percaline rouge; bords biseautés. Au premier plat, polychrome, une Alsacienne en costume traditionnel, assise, en train de lire une Histoire de France, croix de Lorraine à l'angle supérieur droit. Au second plat, paon à froid, au dos, fleurs, grappe de raisin, chardon et deux croix de Lorraine, tr. dorées, 239-(1) pp. ¦Édition illustrée de quatre hors-texte en couleurs et de 33 dessins in-texte noir par Paul Kauffmann, dont 15 à pleine page.Né à Nancy, Émile Hinzelin (1857-1937) a été journaliste, romancier, poète, fondateur de la revue La Marche de France (1893-94), rédacteur au Petit journal, professeur de philosophie. Il publie Images de France. Région de l'Est (Berger-Levrault, 1899) et participe aux Fêtes de l'inauguration du monument Erckmann à Lunéville, où il prononce un discours, le 14 décembre 1902. Le sujet des provinces perdues devient une de ses préoccupations à partir de son livre En Alsace-Lorraine (Plon, 1904), suivi de : Images d'Alsace-Lorraine (Plon, 1910), Légendes et contes d'Alsace (Nathan, 1913), L'Alsace sous le joug (préface de Maurice Barrès, 1914). Durant le conflit, sa production sur le sujet sintensifie : 1914. Histoire illustrée de la guerre du droit (préface de Paul Deschanel, Quillet, 1916, 3 volumes), ainsi que de nombreux poèmes et des brochures comme L'Alsace-Lorraine sous le joug qui se brise (1917) et des albums comme Notre Joffre, Maréchal de France (Delagrave, 1917, ill. de G. Dutriac), Foch (1918, ill. de G. Dutriac), Nos poilus (1920, ill. de G. Dutriac), etc.Le sujet de ce livre est tout à fait particulier : « M. Émile Hinzelin nous propose des considérations patriotiques de l'intérêt le plus actuel : il imagine qu'un vieil Alsacien lègue en ces termes ses dernières volontés à un ami : « Je sais bien que les jeunes Français aiment toujours profondément l'Alsace et la Lorraine. Mais, en vérité, ils ne la connaissent pas assez. Nous avons constaté, même dans l'élite intellectuelle, de déconcertantes ignorances sur les beautés, les traditions, les gloires, les ressources de nos deux chères provinces. J'ai légué cent mille francs pour répandre des ouvrages, créer des cours, organiser des conférences sur l'Alsace-Lorraine. Mais je désire quelque chose de plus précis, de plus intime, de plus personnel. Que l'année même de ma mort, pendant les grandes vacances, six jeunes gens visitent l'Alsace et la Lorraine ! Qu'ils la visitent à pied, ne profitant du chemin de fer que jusqu'à la frontière ; qu'ils fassent halte dans les villages aussi bien que dans les villes. Ils se mêleront à des populations qui par leur caractère, aussi bien qu'à la suite de cruelles expériences, ne révèlent pas leur âme à des inconnus. Ils recueilleront et méditeront certaines légendes, certains récits, certains documents qui me semblent significatifs... » Ce programme est exécuté à la lettre par six jeunes Français, et comme le guide de cette émouvante exploration est M. Émile Hinzelin, on imagine aisément que toute l'Alsace et la Lorraine, leur vie, leurs mœurs, leurs aspects, leur histoire, sont exactement et fort agréablement présentés au lecteur. » (Jacques Lux, « Livres détrennes », Revue politique et littéraire : Revue bleue, 1913).« Cinq jeunes Français et une petite Française sérieuse et avisée ont été choisis pour accomplir un voyage en Alsace-Lorraine. Chacun d'eux pénètrera aux « pays annexés » isolément, à pied, par des voies différentes. Ils doivent surtout entendre et retenir, puis faire leur rapport. Tout ce qu'ils ont recueilli d'histoires et d'anecdotes variées, où l'amour de la patrie perdue éclate et vibre fort, est consigné dans ces Cœurs d'Alsace et de Lorraine, de M. Hinzelin, pages hautes en couleurs, empreintes d'un patriotisme qui ne transige pas, car s'il reste le plus souvent silencieux devant le vainqueur attentif et haineux, il s'exprime avec une touchante éloquence au sein de la famille ou entre amis sûrs. Ce qui domine ici ce sont les ressouvenirs de l'Année fatale, mais la douce poésie des lieux et des choses s'y mêle fréquemment ; et puis combien reposantes nous apparaissent les traditions et les légendes locales et aussi les tableaux de mœurs ! Cœurs d'Alsace et de Lorraine, titre bien trouvé ; et M. Hinzelin, pour nous présenter ces cœurs-là, a trouvé en son compatriote, le dessinateur P. Kauffmann, l'auxiliaire rêvé. En somme ces deux Alsaciens ont voulu offrir à la France, leur mère, un livre qui pût lui remuer l'âme : ce but est atteint, pleinement. Et donc, bien qu'ayant paru à l'occasion des étrennes, nous estimons que cet ouvrage fera également une récompense scolaire de premier ordre. Notons enfin que la plaque or et couleurs dont la reliure est ornée représente une Alsacienne, en son costume traditionnel, lisant un livre intitulé simplement, éloquemment : Histoire de France ! » (Polybiblion, 1914).Sappuyant sur une vaste bibliographie des publications de lépoque, dont les mémoires, les essais politiques, les romans, les livres pour enfants, Michael E. Nolan a étudié lantagonisme franco-allemand tel quil sexprime dans les relations internationales, lidéologie, léconomie, la politique, la culture et la société. « Il est difficile d'imaginer aujourd'hui que, pendant de nombreuses années, la France et l'Allemagne se considéraient comme des « ennemis jurés ». Et pourtant, pendant plus d'un siècle, ces deux pays ont mené des guerres verbales puis violentes lun contre lautre. Cette étude porte sur une phase particulièrement virulente au cours de laquelle chacune des deux nations a projeté certaines hypothèses sur le caractère national de l'autre des images déformées, motivées par l'antipathie, la peur et l'envie, ce qui a contribué à entretenir une hostilité croissante entre les deux pays avant la Première guerre mondiale. Plus étonnant, comme l'a découvert l'auteur, les qualités que chaque pays attribuent à son principal adversaire semblent être des versions exagérées ou négatives des qualités précisément quil perçoit comme insuffisantes ou inadéquates en soi. De plus, stigmatiser des traits indésirables et les projeter sur lautre peuple était une étape essentielle dans la consolidation de l'identité nationale. En tant que tel, il a établi un modèle devenu trop familier aux étudiants du nationalisme et de la xénophobie au cours des dernières décennies. Cette étude montre que l'antagonisme entre états n'est pas un fait de nature mais quil est socialement construit. » (Michael E. Nolan, The Inverted Mirror: Mythologizing the Enemy in France and Germany, 1898-1914, 2006).Publié à la veille de la Grande guerre, ce livre dÉmile Hinzelin participe de cette culture de lantagonisme national. Il vient se joindre aux livres à plat historié sur le même sujet que nous avons réunis et commentés dans notre bulletin Le Plat historié n°38 (juin 2017), Spécial Alsatica.Artiste dorigine alsacienne, Paul Kauffmann (1849-1940) était désigné pour illustrer ce livre. Il avait illustré Monsieur le hulan et les trois couleurs de Paul Déroulède (1884, PH 20/380) et sera lauteur dun livre qui en forme le pendant, Nos petits Alsaciens chez eux (1918, PH 20/383).Très beau plat historié alsatique.
bottom of page