top of page
JOUSSET (Abbé Pierre-Joseph . Henri IV et son temps .

JOUSSET (Abbé Pierre-Joseph . Henri IV et son temps .

SKU : 9500157
450,00 €Prix
Tours, Alfred Mame et fils, éditeurs, 1893, gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline rouge. Premier plat orné d'un décor doré, au palladium, noir et azur, avec au centre un médaillon doré sur fond d'azur, représentant la statue équestre du roi élevée sur le Pont-Neuf, dans un riche encadrement de palmes, de couronnes, blasons, drapeaux, orné d'un semis de H et de fleurs-de-lys, la lettre H dans des couronnes d'angles, les dates du règne 1589-1610 dans le macaron inf. et les noms des principaux ministres, conseillers ou favoris de pa rt et d'autre (Sully, Plessis, Mornay à gauche ; d'Aubigné, de Villeroy, Jeannin à droite). Second plat orné de motifs géométriques en encadrement noirs, dos orné d'un semis de fleurs-de-lys et d'un portrait du roi, tr. dorées (A. Souze fils, dessinateur et graveur), 397-(3) pp.¦Édition originale illustrée de 48 gravures par E. BOCOURT, FOULQUIER, Karl GIRARDET, F. LIX, etc. Cet ouvrage s'insère dans la série des biographies historiques éditées par Mame, comprenant Jeanne d'Arc de Marius Sepet, Loui s XIV et son temps d'Amédée Gabourd (1892, cf. PH 176), venant après les grandes biographies de Saint Louis, par Henri Wallon, Charlemagne par Alphonse Vétault (1877, PH 148), Saint Martin, par Lecoy de la Marche (1881, PH 15), etc., parallèlement à la mise en images de personnages historiques en album illustré pour enfants par Job, initiée par Le Bon Roy Henry (texte d'Abel Hermant, Mame, 1894, avec un plat historié signé Paul Souze réunissant les éléments de sa légende : fleurs-de-lys, heaume au panache blanc, et la fameuse marmite contenant la poule au pot !) et poursuivie chez d'autres éditeurs, en particulier la librairie Furne. Chez Mame, l'histoire de France est une composante importante du catalogue, aux côtés des ouvrages d'histoire religi euse, et les uns ne vont pas sans les autres. L'éditeur ne peut rester inactif en cette période où la République laïque demande des ouvrages pédagogiques expliquant la construction de l'identité nationale à travers les "grands hommes" du passé, au premier rang desquels les chefs d'État et les chefs militaires. Sans parler des conflits divers, notamment coloniaux, où elle est engagée, la République a en effet besoin d'inculquer à ses enfants une idée clairement républicaine du passé historique pour préparer l'avenir, dans la perspective de contribuer à la grandeur nationale : l'exemple du passé servant de leçon et de modèle. Et Mame, éditeur depuis longtemps engagé dans l'édition catholique, sait qu'il ne peut laisser le monopole de l'édition pédagogique aux éditeurs républicains. Cela ne va pas sans difficulté quand il faut présenter des personnages complexes et des périodes embrouillées. C'est ce qu'explique Le Correspondant dans un compte rendu : "La France est une grande famille, elle a aussi sa galeri e d'enfants illustres, dont elle est justement fière. Parmi eux, il n'en est point de plus français que Henri IV. Malheureusement la légende a défiguré cette noble physionomie et fait oublier l'honnête homme, le général habile, le fin politique, le Fra nçais obstiné, pour ne laisser dans l'imagination populaire que le souvenir vague d'un vert-galant, coureur d'aventures et diseur de bons mots. C'est une injustice, il y avait quelque intérêt patriotique à la réparer ; aussi la critique a-t-elle eu facil ement raison de la légende et justifié par des raisons solides la reconnaissance populaire." La figure du roi au panache blanc (celui que l'on voit fièrement dessiné par H. VOGEL sur le célèbre Henri IV, écrit par Montorgueil, publié par Boivin en 1907) est en effet un emblème national de réconciliation, après les guerres de religion. "M. Mame, toujours à l'affût d'une belle oeuvre qui soit en même temps une bonne action, a voulu vulgariser les travaux de la critique, dans un ouvrage qui fût comme une é vocation vivante du siècle qui a préparé le plus grand de notre histoire. Aussi rien n'y a été épargné : récits contemporains, mémoires, extraits des lettres de Catherine de Médicis et de Henri IV, gravures choisies dans les cartons de la Bibliothèque Nati onale, tout ce qui peut donner de la vie a été mis en mouvement. L'histoire de Henri IV et son temps n'est point une sèche énumération de documents ni la froide élucubration d'un sceptique. Tout y parle : ce sont les acteurs eux-mêmes qui racontent ce qu'ils ont faits ; on voit ceux qui parlent. L'historien n'apparaît que pour mettre un peu d'ordre dans ce mouvement, et mesurer aux personnages la place qui leur convient. Car il y avait un écueil à éviter dans cette histoire, et c'est une chose délicat e de raconter à notre jeunesse un siècle aussi troublé que le seizième. L'auteur n'a pas hésité à s'imposer la plus grande réserve dans le choix des faits et la plus sévère critique dans celui des documents. Les écrivains protestants, fort nombreux au seizième siècle, ont écrit sous le feu des passions violentes qui ont égaré plus d'un historien. M. l'abbé Jousset n'a eu d'autre souci que celui de la vérité, et l'intérêt de ses lecteurs." Aux considérations touchant à l'imagerie et à la légende dévelop pée autour d'Henri IV (voir le livre déjà cité, Le Bon Roy Henry par Job et Abel Hermant - signalons aussi l'excellent Dictionnaire Henri IV de J.-C. Cuignet, 2007), s'ajoutent les problèmes délicats d'interprétation religieuse. Auteur de plusieurs man uels scolaire en histoire et géographie pour les classes de sixième et de quatrième, l'abbé Jousset est parfaitement à la hauteur de la tâche ! Comme celui de Jeanne d'Arc de Marius Sepet, le plat historié de ce livre est entièrement dû à Auguste Souze fils (conception, dessin et gravure), qui prend la suite de son père précisément en 1893, dont un des derniers travaux portait sur le Louis XIV d'Amédée Gabourd, dans la même collection. Le travail de Souze fils est d'un classicisme remarquable, d'une gr ande finesse de conception et d'exécution, et d'une minutie admirable dans le détail. Élevé à la meilleure école qui soit, celle de son père, sa carrière fut brève, mais brillante. Il put ainsi prolonger pendant quelque temps la facture originale de Souze avant que son cousin Paul Souze ne reprenne les rênes de l'entreprise et ne se lance dans les innovations techniques touchant à la polychromie. Excellent exemplaire.
bottom of page