top of page
JUNDT (Gustave) . Hans .

JUNDT (Gustave) . Hans .

SKU : 9500510
450,00 €Prix
Paris, Berger-Levrault & Cie, 1883, in-4 (33 x 25,5 cm), percaline verte. Premier plat orné d'un décor doré gravé d'après la planche 26, "L'éclipse" (le géant Hans fumant sa pipe dont la fumée obscurcit le soleil pour les microscopiques Alsaciens à ses pieds), second plat et dos muets (A. Souze, graveur), 30 ff. avec gravure en vis-à-vis. (H2)¦30 compositions à pleine page et page de titre illustrée d'une vignette par G. JUNDT, titre en rouge. Fantaisie allégorique pour tous les âges racontée à son petit-neveu par Gustave JUNDT (183 0-1884), peintre, caricaturiste et illustrateur alsacien, célèbre pour ses blagues retentissantes, ami et voisin d'Alphonse Daudet dont il illustre Les Cigognes : légende rhénane rêvée et dessinée par G. Jundt (1883, cf. PH 151 et 152). Si la Revue als acienne a pu reprocher, un peu sévèrement, au texte de Daudet d'être une "prose méridionale, alerte et ciselée, [qui] ne cadre guère avec le ciel couvert de l'Alsace : on voit trop l'art, l'effet réalisé est moins intense", la même revue loue Hans, "qui , lui, est tout entier l'oeuvre de Gustave Jundt". "Ce petit conte n'a d'une légende que la forme et le nom. Au fond, c'est une histoire, une histoire récente et douloureuse ; celle d'hier et d'aujourd'hui. M. Jundt a pensé qu'il était bon de l'apprendre aux enfants nés depuis l'Année terrible ; il l'a mise à leur portée..." (Revue alsacienne, 1883). C'est l'histoire d'un enfant, apporté par un oiseau de nuit (et non une cigogne !). Adopté par un village, il grandit à vue d'oeil, et devient un géant, vo race, pataud et laid. Devenu berger, en 1870, il traverse le fleuve et prend pied sur "la terre promise" (l'Alsace heureuse). Il met le pays à feu et à sang rien qu'en s'y promenant. Il est aussi grand que le paysage et s'y cache sous forme de montagne pou r espionner les habitants. Il grandit encore, jusqu'au jour où dans son orgueil démesuré, il voulut vaincre l'orage, mais fut frappé par la foudre. De ce jour, le pays est libéré de sa présence odieuse et sournoise. C'est une fable fantastique renouvelée de Gargantua où éclate le patriotisme de l'auteur, Strasbourgeois blessé au coeur par l'invasion prussienne, Hans étant une figure du peuple germanique. "Les artistes sont vraiment des observateurs, qu'il s'agisse de la nature ou du coeur humain. Jundt s' est dit que des albums illustrés pour les petits enfants, et répandus à profusion dans les pays annexés, rendraient peut-être plus de services à la cause française que de grandes toiles forcément vouées à l'intimité relative des musées ou des galeries. C'e st alors que, laissant vagabonder son crayon d'Alsacien, il a créé le type de Hans (...) [qui] a fait, durant plusieurs semaines, le plus bel ornement des devantures chez les libraires d'Alsace-Lorraine. Quand la police du Statthalter s'est avisée d'ouvrir l'album et d'en interdite la vente, tous les exemplaires avaient été placés" (Revue alsacienne, 1888, p. 451). "Adieu les belles et vraies légendes, les jolis contes bleus (...). Les temps sont tristes et les devoirs pressants laissent peu de place à l a rêverie insouciante et joyeuse. Même la littérature enfantine doit se mettre au service de la patrie en deuil et, sous le voile léger de ses fictions transparentes, préparer les serviteurs fidèles et les libérateurs de l'avenir..." (id., 1883). Au fond, l'oncle Jundt, c'est l'oncle Hansi trente ans avant l'heure ! Sur l'Alsace, voir le livre de Charles Grad, paru en 1889 (PH 91), où Gustave JUNDT figure en bonne place, avec la reproduction de quatre de ses tableaux. Existe aussi en percaline rouge. Vi caire, IV, 613. Embs et Mellot, 264. Solo, 462. Superbe exemplaire à l'état de neuf.
bottom of page