top of page
LA BÉDOLLIÈRE (Emile de) et ROUSSET (Ildefonse). Le Tour de Marne .

LA BÉDOLLIÈRE (Emile de) et ROUSSET (Ildefonse). Le Tour de Marne .

SKU : 9501255
1 500,00 €Prix
Paris, Goupil et Cie, 1865, gr. in-8 (31 x 25 cm), percaline chagrinée marron. Au premier plat, doré, un pêcheur et son chien, sous un arbre, au bord de la Marne, un voilier au milieu de la rivière, irradiée d'un soleil levant, roseaux et nénuphars au premier plan, dans un encadrement dont les montants sont deux rames, un mât et une voile encordée, nouées aux angles. Au second plat, encadrement géométriques à froid, vignette champêtre dorée au centre (chaumière fumante et paysage arboré dans des entrelacs de motifs végétaux), au dos, rame et mât en long (servant de support à du lierre et portant une bannière frappée du titre et d'une ancre), fichés dans un bouquet de roseaux et de nénuphars, tr. dorées (A. Souze, graveur), (4)-62-(2) pp. ¦Édition originale illustrée de 30 photographies originales tirées sur papier albuminé dont 27 en hors-texte, contrecollées sur cartons et montée sur onglets, et une en page de titre, une en tête de l'introduction, une en cul-de-lampe final, ainsi qu'une carte du Tour de Marne hors-texte. Rare ouvrage illustré par la photographie, en édition originale grand format, imprimé par J. Claye. Ce véritable "incunable photographique" est salué par un long article de Théophile Gautier dans L'Artiste du 15 janvier 1865 (on notera avec intérêt que le critique signale avoir entre les mains un exemplaire en percaline bleue, et qu'il prend le temps de décrire le plat historié, ce qui est un indice précieux d'une présentation inhabituelle, car on rencontre très rarement de telles mentions chez les critiques) : "Un livre nouveau se présente habillé d'une couverture bleue à riche gaufrure. Sur le plat, un fer de reliure dessiné comme un bois d'illustration estampé en or, un grand paysage dans lequel un soleil levant épanouit sa gloire rayonnante répétée par l'eau d'une rivière. Au-dessus de ce soleil s'arrondit ce titre : Le Tour de Marne. Le Tour de Marne ? qu'est-ce que cela ? Nous connaissons le tour du monde et même le tour de France... D'intrépides navigateurs, des canotiers au coeur ceint d'un triple bronze ont donc risqué un voyage d'exploration dans ces contrées inconnues qui s'étendent de Joinville à Gravelle ? C'est cela même, et en ouvrant le volume magnifiquement imprimé par Claye avec ces vieux caractères françois qu'ont mis à la mode les Contes de Perrault, nous apprenons en effet qu'il s'agit d'un voyage au long cours de quatorze kilomètres sur la Marne, cette rivière moins explorée, à coup sûr, que l'Amazone, le fleur Amour, le Niger ou les cours d'eau mystérieux de l'Australie. La nef qui porte les modernes Argonautes au pourchas, non de la Toison d'Or, mais du pittoresque, s'appelle l'Hélioscaphe. Elle a pour capitaine Ildefonse Rousset ; Émile de La Bédollière, une fine plume humoristique, tient le livre de bord, relève le point et note tous les incidents du voyage. Cette portion de la Marne, que la batellerie ne fréquente plus, trouvant plus court et plus commode de prendre le canal de Saint-Maur, est retournée doucement à l'état sauvage. On dirait une de ces rivières sans nom qui coulent dans les solitudes à travers les régions encore inexplorées. Les chemins de halage, devenus inutiles, se sont peu à peu effacés, et, n'étant plus rasées par les cordes de traction, toutes les folles herbes aquatiques s'en sont données à coeur joie..." Journaliste, écrivain polygraphe, traducteur de l'anglais et de l'allemand, Émile de La Bédollière (Amiens, 1812-1883) réalise de nombreux travaux de librairie. Il participe à la rédaction des Scènes de la vie privée et publique des animaux pour Hetzel (1842), travaille pour le Panthéon populaire illustré de Barba et publie des notices pour des éditions des classiques français. A partir de 1857, il publie des compilations sur divers sujets historiques, géographiques, sociaux, Les Hommes célèbres, Histoire de la mode en France, Histoire de la guerre d'Italie, Londres et les Anglais (1862), Naples et Palerme, Histoire de la guerre du Mexique, Histoire des environs du nouveau Paris, Histoire de la guerre de 1870-1871, etc. Il reste connu pour Le Nouveau Paris (1860), illustré par Gustave Doré, décrivant la réorganisation de la capitale en vingt arrondissements, à la suite des travaux du baron Haussmann. Le journaliste et photographe Ildefonse Rousset (1817-1878) est associé avec Jules Hetzel dans des entreprises de librairie et d'édition depuis 1842-43 (La Sainte Bible, illustrée), puis devient rédacteur du National jusqu'en 1848. Préfet de la Loire sous la Seconde République, il fonde les Nouvelles du jour ou le Spectateur républicain (auquel participe Émile de La Bédollière) et le Conservateur, ainsi que la Revue comique (à laquelle participe Nadar), puis il devient rédacteur financier du Siècle de 1849 à 1867, et enfin fonde et dirige le National de 1869. Les deux auteurs vont ensuite publier un second volume similaire à celui-ci, Le Bois de Vincennes (1866). Ces deux ouvrages ont fait date dans l'édition et du livre photographique. Le Tour de Marne est une référence citée comme ayant inspiré l'impressionnisme naissant (L'Impressionnisme et le paysage français, 1985), admirée par Gautier (Paris et les Parisiens de Théophile Gautier, édité par Claudine Lacoste-Veysseyre, 1996), anticipant et annonçant la mode du tourisme fluvial (Vivre la ginguette, de Kali Argyriadis et Sara Le Menestrel, 2003, ou La Construction d'un paysage fluvial, de Virginie Serna, 2006). L'éditeur habituel (et "officiel") du livre (et du second titre en 1866) est la Librairie internationale Lacroix, qui publie Le Tour de Marne en deux éditions de deux formats différents en 1865 : in-4 et in-12, avec une sélection de photographies différentes (seulement 10 dans la deuxième édition, de petit format). L'éditeur Goupil n'est pas mentionné dans les bibliographies pour avoir publié le livre, mais seulement pour commercialiser les photographies séparément. L'imprimeur est Claye, dans tous les cas. Notre exemplaire est donc une variante non répertoriée, avec une page de titre de relais au nom de Goupil, et un choix de photographies légèrement différent de celui de l'édition Lacroix de grand format. La comparaison des éditions Goupil et Lacroix de format in-4 permet de constater que dix photographies diffèrent entre les deux éditions (soit par la présence ou l'absence d'un personnage, un angle de vue ou un moment de prise de vue différents pour le même paysage, ou bien un paysage différent) : outre la photo de la page de titre et celle du cul-de-lampe, ce sont celles des planches "De Joinville à Nogent", "L'Ile d'amour", "De Joinville à Champigny", "Moulin de Champigny", "L'Ile de Charentonneau", "L'Ile d'Enfer", "Le Pont de Charenton", et "Le Soleil couchant". L'éditeur Goupil a réalisé 24 photographies additionnelles, vendues séparément, non présentées ici. Cachet de la bibliothèque "SNCF région de l'Est" en page de titre et sur chaque photo, timbre humide de réforme "ouvrage hors inventaire" (page de titre) et timbre "Rayé de la bibliothèque" en dernière page, cote à la plume au verso de la page de titre, étiquette de prêt collée en dernière ga rde. Existe en percaline rouge, verte ou bleue (celle décrite par Gautier). Vicaire (IV, 733). Très bel exemplaire par ailleurs dans un cartonnage éditeur d'un très grande fraîcheur et intérieur absolument exempt de rousseurs.
bottom of page