top of page
LATOUCHE (Augusta) . L'Enfant de la mine .

LATOUCHE (Augusta) . L'Enfant de la mine .

SKU : 9500467
250,00 €Prix
Paris, Delagrave, 3e édition, 1926, gr. in-8 (27,5 x 18 cm), percaline bleue, premier plat polychrome représentant une scène d'émeute dans la cour de la mine de Courrières, partiellement en feu, l'héroïne Denise en costume de trieuse (robe et fichu bleu, tablier blanc), venant au secours d'un mineur blessé allongé contre un mur, second plat muet, dos orné d'un décor polychrome montrant l'héroïne dans le même costume tenant un panier, tête dorée (rel. de l'éd.), 240 pp. ¦Illustrations de Paul KAUFFMANN. La première édi tion est de 1910, après une publication en feuilleton du 22 septembre au 29 décembre 1910 dans L'Écolier illustré, revue de Delagrave destinée aux enfants de l'enseignement primaire. Ce roman a été étudié en détail par Hélène Millot, qui voit "Un Germinal travesti" dans un texte mêlant "réalisme documentaire et travestissement de la réalité sociale". Il ne pouvait en être autrement, explique-t-elle, dans un roman destiné aux enfants. "La mine que décrit Augusta Latouche n'est en aucune façon une mine d 'opérette, un simple décor de carton-pâte qui n'aurait pour fonction que d'apporter une touche de couleur locale dans le récit. C'est une vraie mine, pour la description de laquelle l'auteur, à l'évidence, a pris soin de réunir une documentation précise et sérieuse ; certains détails laissent même supposer que Madame Latouche, suivant en cela l'exemple donné par Zola un quart de siècle plus tôt, n'a pas hésité à aller sur le terrain" (p. 72). Mais, "Augusta Latouche, en prenant pour sujet le thème du trav ail, de la condition ouvrière, des revendications sociales, de la situation de l'enfant et de la femme dans la société, a joué avec le feu" (p. 82-83). C'est "un roman paternaliste mais potentiellement subversif" (p. 79). Cependant, "l'édulcoration de la m isère sociale, l'absence de signes concrets de cette misère, procèdent probablement beaucoup moins d'une option idéologique délibérément réactionnaire, que d'impératifs "pédagogiques" propres au genre" (p. 80), "et le lecteur, si jeune soit-il, ne peut êtr e dupe : le travail est pénible, dangereux, mal payé, injustement réparti, les clivages sociaux existent, et les tensions sociales qui en résultent sont justifiées" (p. 83). Il en résulte un roman qui donne matière à réflexion dans le cadre de la question féminine et sociale, dont le héros est une jeune fille qui s'émancipe, "assume sa condition d'ouvrière, gagne sa vie et celle de sa famille par son travail" et prend en tout le rôle du héros masculin absent ou défaillant, ce roman, qualifié de "Germinal pour enfants", apparaissant "sinon comme un véritable témoignage social, du moins comme un roman faisant une large part à l'évocation de problèmes sociaux" (p. 71). Augusta Latouche, née en 1864, a écrit cinq romans pour L'Écolier illustré, de 1905 à 1 914, qui ont tous été publiés ensuite en cartonnages polychromes par Delagrave, et ont connu plusieurs éditions. H. Millot, "Un Germinal travesti" (Le Populaire à retrouver, Université de Saint-Étienne, 1995, pp. 65-85). Sagehomme, Répertoire alphabéti que de 15.000 auteurs (1954), p. 466. Tampon d'appartenance en page de garde. Les cartonnages d'après-guerre sont généralement d'une fabrication plus fragile que ceux de la période précédente et cet exemplaire montre par quelques signes qu'il a été lu (cahiers un peu déboîtés, dos légèrement passé), mais il reste en bon état général et son plat historié est magnifique.
bottom of page