top of page
LE BON (Dr . Gustave) . La Civilisation des Arabes .

LE BON (Dr . Gustave) . La Civilisation des Arabes .

SKU : 9500700
900,00 €Prix
Paris, Firmin-Didot, 1884, fort in-4 (29 x 21 cm), demi-chagrin terre de Sienne, plats de percaline chagrinée richement ornés de motifs géométriques entrecroisés, au palladium et dorés soulignés de noir, formant une rosace centrale inspirée des ornements extraits d'un ancien Coran du Caire, d'après Ebers (fig. 24, p. 98), et dont on retrouve le dessin général, à base hexagonale aussi bien sur des panneaux de porte (p. 549, 629) que sur du mobilier (p. 541, 551) ou du pavement (pl. p. 546), pièces de titre et d'auteur en lettres de fantaisie dans des cartouches disposés dans deux caissons supérieur et inférieur, le tout encadré d'une large dentelle, second plat identique sauf les cartouches qui portent le nom des éditeurs, dos lisse orné des mêmes motifs décoratifs en encadrement ou en dentelle de tête et de queue, avec au centre la reprise de la rosace du plat, gardes rouge décorées de motifs en arabesques d'or, tr. dorées (A. Souze, graveur, Engel, relieur), (4)-XV-(I)-705-(3) pp., biblio, table des figures. ¦Ouvrage illustré de 10 chromolithographies, 4 cartes et 366 gravures dont 70 grandes planches d'après les photographies de l'auteur ou d'après les documents les plus authentiques. Avant d'être l'auteur internationalement connu de La Psychologie des foules (1895), l'écrivain polygraphe Gustave Le Bon (1841-1931) publia, à partir de 1868, des traités sur la physiologie humaine, et se préoccupa d'hygiène et de médecine tout en voyageant en Europe, en Asie et en Afrique du Nord. En 1879, il entre à la Société d 'anthropologie de Paris et réalise un voyage aux monts Tatras (Pologne) publié dans la revue Le Tour du Monde. Son premier ouvrage de sociologie, L'Homme et les sociétés paraît en deux volumes chez Rothschild en 1881. Il s'intéresse ensuite à La Civilisation des Arabes, ouvrage monumental où il aborde successivement "Le milieu et la race" (géographie de l'Arabie, l'idée de la race d'après la science actuelle, origine des Arabes, prétendue barbarie des Arabes avant Mahomet), "Les origines de la civilisation arabe" (Mahomet, le Coran, les conquêtes des Arabes), "L'empire des Arabes" (en Syrie, à Bagdad, en Perse et dans l'Inde, en Égypte, en Afrique du Nord, en Espagne, en Sicile, en Italie et en France, les luttes du christianisme contre l'islamisme, les croisades), "Les moeurs et les institutions des Arabes" (reconstitution de la vie des anciens Arabes, nomades et sédentaires ; la société arabe, les villes arabes, fêtes, coutumes, jeux et spectacles, institutions politiques et sociales, les femmes en Orient, les causes de la polygamie, religion et morale), "La civilisation des Arabes" (connaissances scientifiques et littéraires, langue, philosophie, histoire, mathématiques, astronomie, géographie, sciences physiques, naturelles et médicales, arts, architecture, commerce, relations extérieures, la civilisation de l'Europe par les Arabes, leur influence en Occident et en Orient) et enfin "La décadence de la civilisation arabe" (les successeurs des Arabes, état actuel de l'islamisme). G. Le Bon a fait paraître chez Firmin-Didot deux livres relatifs à l'histoire des civilisations : celui-ci et Les Civilisations de l'Inde (1887), également à plat historié. Sa philosophie de l'histoire le conduit "à s'écarter complètement des opinions classiques sur la plupart des questions qui touchent aux Orientaux : la religion de Mahomet, la polygamie, l'esclavage, les croisades, les institutions et les arts, l'action des Arabes en Europe et bien d'autres encore" (Introduction). Il justifie le choix de son sujet : "Nous avons commencé par les Arabes parce que leur civilisation est une de celles que nos voyages nous ont fait le mieux connaître, une de celles dont le cycle est le plus complet et où se manifeste le plus clairement l'influence des facteurs dont nous avons essayé de déterminer l'action, une de celles enfin dont l'histoire est la plus intéressante et cependant la moins connue" (ibid.). Fruit de recherches étendues, influencé également par l'orientalisme allemand (von Kremer, G. Ebers), l'ouvrage reste une référence sur bien des plans, y compris dans le monde arabe. Penseur original et controversé, l'image de Le Bon s'est trouvée quelque peu ternie par l'interprétation que certains de ses lecteurs ont faite de son oeuvre la plus connue, qui semble annoncer les totalitarismes du XXème siècle, que ce soit l'hitlérisme ou le stalinisme, basés sur la manipulation des masses par les techniques de propagande qu'il analyse. Certes ce penseur est le pur reflet des préjugés de son temps, concernant la supériorité ethnique de l'homme occidental. Mais on découvre avec un livre comme La Civilisation des Arabes que derrière cette vision quelque peu réductrice se cache une approche plus nuancée et argumentée de la richesse des grandes civilisations, dont Le Bon sait reconnaître et décrire l'apport au patrimoine universel. Vicaire, V, 134. A. de Benoist, "Gustave Le Bon", dans Bibliographie générale des droites françaises (2006), tome 1, pp. 101-141. B. Marpeau, Gustave Le Bon, parcours d'un intellectuel, 1841-1931 (2000), p. 63. Jammes, Les Didot (1998), p. 272. Magnifique exemplaire de ce classique, dans la reliure de luxe.
bottom of page