top of page
LE BRAZ (Anatole) . Contes du soleil et de la brume .

LE BRAZ (Anatole) . Contes du soleil et de la brume .

SKU : 9501044
350,00 €Prix
Paris, Ch. Delagrave éditeur, [1913], gr. in-8 (28 x 18 cm), percaline tramée bleu-gris, bords biseautés. Au premier plat, vert et or, la cloche la Marie-Jeanne prend son envol pour Rome, le sacristain s'agrippant à elle ("La femme du sacriste vit la Marie-Jeanne s'élancer dans l'espace", ill. p. 219), encadrement de volutes végétales Art Nouveau, au second plat, paon à froid, au dos encadrement Art nouveau et titre doré (A. Damy, graveur), 237-(3) pp. ¦Édition illustrée de 18 compositions par Émile Dudoret, dont 15 à pleine page.Première édition en 1905, petit in-8 de 269 pp.Table : Paysages de légende (Une cime sacrée. Sainte Tryphine. Terres funèbres. Au vent des îles - Yann-he-Grok). Nuits d'apparition (Ceux de la "Gorgone". L'hôte du charbonnier. L'aventure du pilote). Équipées de printemps (La foire grasse. Les Pâques de Loull Vraz).« Le passionné du pays breton qu'est M. Anatole Le Braz a recueilli les contes que lui ont faits, à la veillée, les gens de mer et les terriens de Cornouailles. Et les terribles légendes succèdent aux jolis récits, les nuits d'hiver aux jours de printemps, le soleil à la brume. »Anatole Le Braz (1859-1926) est un écrivain et un folkloriste français de langue bretonne, mais qui na écrit quen français. « À Quimper, avec François-Marie Luzel, larchiviste départemental, il collecte des chansons populaires bretonnes quils publieront sous le titre Soniou. Il fera, plus tard, des enquêtes auprès des paysans et des marins de Bretagne, récoltant chansons, contes et légendes populaires. À la suite de ses travaux, il publie notamment La Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, Les Saints bretons daprès la tradition populaire et Au Pays des pardons. Cest lui qui reçoit et publie partiellement la première version manuscrite de lautobiographie de Jean-Marie Déguignet [Mémoires d'un paysan bas-breton, 1998]. Après avoir demandé lavis dErnest Renan, il demande et obtient de ladministration lautorisation de donner un cours de breton facultatif aux lycéens. Le premier du genre en Bretagne (...). Il est nommé maître de conférences, puis professeur à la faculté des Lettres de Rennes de 1901 à 1924. Ses travaux portent sur la Bretagne, le romantisme et sur le théâtre celtique, sujet de sa thèse en 1904. Il est également chargé de mission denseignement en Suisse et aux États-Unis (...) Anatole Le Braz a été admiré pour la qualité de sa langue, non seulement dans ses exercices littéraires, aussi mais dans son brillant exercice de lart oratoire (...) Ses romans et ses descriptions de la Bretagne rurale ont intéressé un public, qui y voyait un des restes dexotisme sur le sol métropolitain. » (site http://www.unjourunpoeme.fr/auteurs/le-braz-anatole)Particularité de ce livre, le nom de lillustrateur ny est pas imprimé, et doit être cherché dans les annonces de publication ou les bibliographies. Pourtant, cet artiste est talentueux pour représenter les scènes fantastiques imaginées par lauteur, les spectres des noyés (p. 41, 45), fantômes de la lande, suicidés (p. 89), navigation dans le brouillard (105), scènes nocturnes (97, 121), veillées (133), scènes campagnardes, processions.Émile Dudoret est un artiste sourd-muet. En 1896, une notice biographique accompagnée de deux lithographies originales était vendue à son profit pour son éducation : Un futur artiste : Emile Dudoret, jeune sourd-muet de 18 ans : notice biographique, par Louis Ollivier, suivie d'une Lettre de Monseigneur Dubourg (cette notice biographique était lue à la séance du 19 mai 1896 de la Société d'émulation de Saint-Brieuc). En 1902, il illustre un recueil de contes bretons dHervé Le Moal (Dimador), Pipi Gonto. marvailhou brezonek (Saint-Brieuc).« Voici la traduction des premiers mots de la dédicace placée en tête de ce volume : « Ce livre-ci est dédié à chacun des Bretons qui le lira. Il est dédié d'abord à tous les laboureurs et ouvriers de Basse-Bretagne, parmi eux à mes proches, par-dessus tout à ma mère, à ma tante, a ma sœur, à mes frères, à tous mes parents vivants et morts : puissent leurs descendants être à tout jamais de courageux travailleurs sur la terre de Basse-Bretagne ! Il est dédié dans chaque ferme, d'abord au père et à la mère, mais aussi aux enfants. En vérité c'est pour les enfants qu'il a été fait, pour leur apprendre à lire et à aimer le breton en leur donnant par lui, d'une manière qui leur plaise, de sages exemples et de bons enseignements. Les images qui s'y trouvent ont été faites pour eux : elles ont été dessinées par un jeune peintre de Locquenvel, Émile Dudoret, d'âge à être leur frère aîné, élevé ainsi qu'eux dans ce pays-ci par des gens comme eux. Ils lui diront merci comme je le fais. » (Etudes celtiques, 1903, p. 103). Chez Delagrave, il illustre Raton, Souvenirs dune provinciale de Mme Henriette Bezançon (1905) et Pauvre Jacquinet par Émile Pech (1908). Il était en activité jusque dans les années 1930.Sur lauteur, on consultera le livre de Dominique Besançon, Anatole Le Braz & La légende de la mort: traditions populaires et création littéraire, Terre de Brume, 1996. Cet éditeur a réédité lensemble des œuvres dAnatole Le Braz.Existe en gris, vert, bleu, crème.
bottom of page