top of page
LEAR (Edward). More Nonsense .

LEAR (Edward). More Nonsense .

SKU : 9501245
650,00 €Prix
London, Frederick Warne and Co., and New York, 1900, 6e édition, in-4 oblong (22 x 26,5 cm), percaline rouge. Au premier plat, noir et or, titre doré dessiné par l'auteur, aux lettres formées ou contenant des personnages tous différents, large liseré latéral noir comprenant des réserves irrégulières contenant 16 personnages dans des scènes ou des postures grotesques. Second plat muet, au dos titre doré en long formé ou contenant d'autres personnages, tous différents du premier plat, encadré de deux autres personnages tenant un bâton, 109-(3) ff. ¦Édition illustrée par lauteur.Ecrivain, illustrateur et ornithologue britannique, Edward Lear (1812-1888) commence à gagner sa vie en 1830, en illustrant un ouvrage sur les perroquets intitulé Illustrations of the Family of Psittacidae, or Parrots. Il illustre aussi Birds of Europe, de John et Elizabeth Gould (1837). La qualité de ses illustrations fait si grande impression qu'on le compare à Jean-Jacques Audubon. Il continuera à dessiner et peindre toute sa vie même si son rêve le plus cher, illustrer les poèmes d'Alfred Tennyson, ne se réalisera jamais. Sa santé est précaire : il souffre d'épilepsie, de bronchite chronique, d'asthme et, vers la fin de sa vie, devient partiellement aveugle. Il part vivre en Italie, où il mourra à San Remo.Avec ce talent dillustrateur ornithologique, il nest pas étonnant de retrouver de nombreux thèmes animaliers dans ses poèmes absurdes, où se mélangent allègrement le règne animal, le règne végétal et lhumain.En 1846, il publie A Book of Nonsense, un recueil de poèmes humoristiques qui connaît trois éditions successives et contribue à populariser ce genre poétique, le limerick, déjà fortement ancré dans la tradition populaire britannique, proche du couplet à bouts rimés se terminant par une petite morale absurde et dont le style emprunte également aux nursery rhymes, entre la berceuse et la comptine pour enfant. En 1865 paraît The History of the Seven Families of the Lake Pipple-Popple, et en 1867, son plus célèbre recueil de poésie de non-sens : The Owl and the Pussycat (Minette et le hibou), qu'il a écrit pour les enfants de son patron Edward Smith-Stanley, 13e comte de Derby.Le second recueil de ses limericks paraît en 1872, More Nonsense Pictures, Rhymes Botany &c., chez Robert Bush. Ce livre contient à la fois des poèmes ainsi que des pièces de botanique fantaisiste et une série de vingt-six "nonsense rhymes and pictures" sous forme dabécédaire (personnages, animaux), sous forme de petites pièces en prose.En Grande-Bretagne et dans les pays de langue anglaise, Edward Lear a toujours eu une grande influence, notamment sur Lewis Carroll. En 1974, Emery Kelen publie sa biographie, Mr. Nonsense : a life of Edward Lear (London, MacDonald and Jane's, 1974).Edward Lear a longtemps été ignoré en France. Il faudra attendre un siècle avant les premières traductions. Ses livres de poésie absurde ne semblaient pas pouvoir trouver un public ni même un traducteur. Il na pas écrit que cela. En 1992, par exemple, une traductrice, Véronique Emmanuelli, traduit son Journal d'un paysagiste anglais en Corse, 1868 (Pensée universelle, 1992).Mais le grand découvreur dEdward Lear après la guerre est Henri Parisot, qui publie en 1947 sa première traduction aux Editions Fontaine dans sa collection L'Âge d'or (n° 39) : Deux histoires ineptes : Histoire des quatre petits enfants qui partirent pour le tour du monde. Histoire des sept familles du lac Pipple-Popple (traduit par Simone Lamblin, couverture de Mario Prassinos). En 1949, Jacques Papy et Henri Parisot traduisent Chansons ineptes : Les Méli-mélos, Le Hibou et le Chat-Minou, Le Chapeau du Quangle Wangle (GLM., coll. Voix de la terre n° 2). Certains de ces textes seront réédités chez dautres éditeurs. En 1960, Robert Benayoun sélectionne et traduit un recueil, Bonjour M. Lear (Pauvert, coll. Le Lycanthrope no 3). En 1968 Henri Parisot réunit les Limericks et autres poèmes ineptes (Mercure de France), dont une nouvelle édition bilingue paraît en 1974, chez Aubier-Flammarion sous le titre Poèmes sans sens / Nonsense Poems (traduction et préface par Henri Parisot, chronologie, introduction et bibliographie par Sylvère Monod ; illustrations par Edward Lear). De nombreuses autres éditions pour enfants sont publiées ou rééditées depuis, et plusieurs traducteurs se sont essayés à leur tour à rendre ces limericks en français, au Père castor Flammarion, Harlin Quist, ODEJ (1966), Éditions des Deux coqs d'or, Gautier-Languereau, Gallimard, Autrement (1997), Ombres (1997), Motus (2004), etc. Certains dessinateurs, comme Henri Galeron se sont essayés à illustrer les textes de Lear.Car il est évidemment très difficile de traduire les petits poèmes de cet auteur, que certains proches des surréalistes et de la 'Pataphysique avaient identifiés très tôt comme l'un de leurs précurseurs.Existe en gris.Très bel exemplaire.
bottom of page