top of page
LECLERC DU SABLON (Mathieu). Nos fleurs, plantes utiles et nuisibles .

LECLERC DU SABLON (Mathieu). Nos fleurs, plantes utiles et nuisibles .

SKU : 9500816
600,00 €Prix
Paris, Armand Colin et Cie, 1898, gr. in-8 (31,5 x 23 cm), percaline rouge, bords biseautés. Premier plat orné d'un décor floral polychrome et doré formant cadre (frises végétales en tête et en pied, bouquet de fleurs en long, titre doré) Second plat frappé du logo noir de l'éditeur, vignette florale au dos et reprise des frises du plat, tr. dorées (Engel, relieur), XV-(1)-132 pp., index. ¦Troisième édition illustrée de 350 [i.e. 307] figures en noir, 144 en couleurs réparties en XVI pl. hors-texte, dessinées d'après nature par A. Millot. Première édition en 1892, deuxième édition en 1896. Il s'agit d'un véritable traité de botanique en réduction, décrivant 144 plantes ainsi organisé : Notions de botanique. Plantes médicinales et vénéne uses. Plantes alimentaires. Plantes industrielles. Plantes fourragères. Plantes nuisibles aux cultures. Plantes ornementales. Albert Mathieu Leclerc du Sablon (1859-1944) entra à l'École normale supérieure en 1879 et "obtint les licences ès sciences physi que et es sciences mathématiques en 1881, puis la licence et l'agrégation de sciences naturelles en 1882. Ayant enseigné l'histoire naturelle au lycée de Toulouse en 1882, [il] fut nommé agrégé préparateur rue d'Ulm avant de soutenir son doctorat ès scienc es en 1884. Il entra en 1887 au Muséum comme aide-naturaliste, dans la chaire de botanique (...) de son beau-père Philippe Van Tieghem (...), ne resta en poste que deux ans : il partit ensuite à la faculté de Toulouse, où il devint successivement chargé de cours en 1890, professeur de botanique en 1891 et doyen de 1893 à 1905" (Du Jardin au Muséum en 516 biographies, 2004). Nos fleurs est son premier ouvrage. Par la suite, il publia, avec Gaston Bonnier, un Cours de botanique (1901, réédité jusqu'en 1933), puis Les Incertitudes de la biologie (1912) et L'Unité de la science (1919), deux livres où il se penchait sur des problèmes épistémologiques. Le cartonnage à motif floral est, en principe, exclus de la catégorie des plats historiés - sauf si l e sujet est lui-même floral, comme ici. Nous avons déjà rencontré trois exemples de ce type : Fleur des Alpes de Labesse et Pierret (1891, PH 1/10), L'Esprit des fleurs de Mme Emmeline Raymond (1884, cf. PH 1/16) et Fleurs sauvages et bois précieux de la Nouvelle-Zélande de Mme Hetley et E. Raoul (1889, PH 15/290). Ici, il s'agit moins d'un ouvrage sur les fleurs au sens esthétique et habituel du terme (les plantes ornementales étant en minorité) que d'un livre de botanique, où la fleur n'est qu'une partie de la plante, certaines n'en ayant même pas (champignons, prêles). L'ouvrage est le premier volume d'une collection chez Armand Colin qui accueillera ensuite Nos bêtes du Dr H. Beauregard (deux volumes, 1896-1897, Animaux utiles, Animaux nuisibles, illustré par A. Millot et Juillerat) puis Nos terrains de Stanislas Meunier (1898, PH 7/144, illustré par Gusman et Jacquemin). Tous ces volumes ont d'abord été publiés en livraisons bimensuelles accompagnées d'une planche chromolithogr aphiée, ce qui les classait, à leur époque, dans les livres de grand luxe vendus à un prix trois ou quatre fois supérieur à ceux illustrés en noir. Adolphe Millot (1857-1921) était professeur de dessin au Muséum d'Histoire Naturelle, spécialisé dans les r eproductions d'animaux et de végétaux. Il a illustré la Nouvelle flore des mousses de Douin (1895), le Cours de botanique (1901) de Bonnier et Leclerc du Sablon (2389 figures, avec J. Poinsot), etc. Il a publié des séries de cartes postales sur les fleurs et les papillons en 1916 et reste connu pour ses planches d'histoire naturelle en couleurs publiées chez Larousse à partir de 1897 (Nouveau Larousse illustré, Grand Larousse encyclopédique, Larousse pour tous, Larousse médical, Larousse mensuel illustré, qui publie en 1922 une notice nécrologique de P. Monnot). Elles regroupent des ensembles thématiques chatoyants (plumes, oeufs, papillons, arbres, oiseaux, champignons, reptiles, algues, etc.). Ces planches (parfois doubles ou quadruples), sou vent reprises d'une édition à l'autre (Larousse du XXe siècle), fascinent les lecteurs à une époque où la photographie en noir se répand dans les livres de vulgarisation. Elles sont aujourd'hui considérées comme de véritables oeuvres d'art : le Petit Larousse en a même réuni une sélection dans un cahier de 32 pages pour l'édition commémorative de l'an 2000. Très bel exemplaire.
bottom of page