top of page
LEMAY (Gaston) . A bord de la Junon .

LEMAY (Gaston) . A bord de la Junon .

SKU : 9501563
450,00 €Prix
Paris, G. Charpentier, éditeur, 1881, gr. in-8 (27,5 x 19 cm), percaline rouge. Au premier plat, noir et or, la Junon sous vapeur, vue de l'arrière, dans un encadrement de deux rames latérales, d'une gaffe en haut, et d'un quai en bas, avec bouée, poulie et un crochet, le tout entrelacé d'une corde qui se déroule autour du cadre en partant d'une bitte d'amarrage sur le quai. Au second plat, ancre noire, au dos, paire de rames en long, gaffe et pique, corde et poulie, titre sur un ruban, tr. dorées (Paul Souze, graveur), (2)-X-(4)-406-(2) pp. ¦Édition illustrée de 153 dessins inédits par H. Scott, G. de Saint-Clair, A. Brun, G. Bigot, dont 34 à pleine page, lettrines, un frontispice, deux doubles pages, la première montée sur onglets (liste des passagers, baptême de la ligne), ainsi quune carte de Madère (p. 65) et un plan de Rio de Janeiro (p. 105).Voyage effectué en 1878-1879 : Gibraltar. Madère. Les îles du Cap-Vert. Rio de Janeiro. Montevideo. Buenos Ayres. Le Détroit de Magellan. Les canaux latéraux des côtes de Patagonie. Valparaiso et Santiago. Le Callao et Lima. L'isthme de Panama. New York.La publication des correspondances de Gaston Lemay (1843-1933), diplomate, consul général, a eu lieu dans le journal Le Temps (14 août 1878 au 4 mai 1879). Il en tire un livre, le seul quil ait écrit, en première édition non illustrée, Charpentier, 1879 (annoncée dans Le Temps, 31 juillet 1879).« C'est le récit d'un voyage de circumnavigation entrepris par une société de gens du monde, partie de Marseille, qui devait, après avoir visité les côtes orientale et occidentale de l'Amérique du Sud, ainsi qu'elle l'a fait, traverser le Pacifique, toucher aux archipels, en Australie et en Calédonie, poursuivre sa route par le Japon, la Chine, les îles de la Sonde, l'Hindoustan, et revenir à son point de départ par le canal de Suez. Des difficultés survenues ont obligé la Société des voyages d'études à arrêter le voyage à New-York. M. Gaston Lemay est un voyageur de race. Il avait avant cette expédition fait plusieurs campagnes en Arménie, en Serbie et dans le Sahara. Son livre a une qualité : la sincérité. Il raconte simplement, dans une langue aimable, les mille épisodes joyeux ou émouvants de la traversée ; il décrit les paysages en artiste et les mœurs des habitants en observateur. Les dessins ont été exécutés d'après nature ou d'après des croquis pris au cours du voyage par M. Saint-Clair, secrétaire de la Société d'études. Je ne doute pas que ce livre, où la fantaisie n'occupe que la place qu'elle doit avoir sans empiéter sur le vrai, n'obtienne le succès qu'il mérite. » (Le Livre, 1881).Les livres de voyages sont un riche domaine en plat historié au XIXe siècle : « Les voyages de long cours sont vraiment de mode dans notre siècle si animé, si mouvementé : on dirait que personne ne peut demeurer en place et est avide de voir, de connaître dautres lieux que ceux où la naissance, la position sociale lattache, mais ne peut le retenir. Ainsi M. Gaston Lemay sembarque à bord du vapeur la Junon ; il visite les côtes occidentales de lAfrique, lAmérique méridionale, traverse listhme de Panama, parcourt les Etats-Unis de lAmérique du Nord : cest là certes un fort beau et long voyage ; eh, bien ! il nest pas satisfait ; il regrette de navoir pas complété le tour du monde : lorsquil reprend le navire pour revenir en France : « Encore huit jours de patience, sécrie-t-il, et nous allons revoir la patrie, nos familles, nos amis cest égal, je nen reviens pas encore... den revenir si tôt ! » Un voyageur pareil noublie rien dans ses excursions : il voit tout, observe tout, et raconte tout ce qui frappe ses yeux, ses sens, son esprit. Il trouve encore du nouveau à nous apprendre sur les différents pays où il aborde et que tant dautres ont essayé de nous décrire avant lui : aussi son récit est-il plein dintérêt, de vivacité, daperçus originaux, de détails curieux. Il faut le lire surtout dans la belle édition illustrée que publie léditeur Charpentier à loccasion des Etrennes de 1881, superbe volume in-8 cavalier, enrichi presquà chaque page de charmants dessins, qui nous dépeignent les sites, les monuments, les personnes, les animaux, les plantes, etc., dont le narrateur nous écrit les scrupuleuses descriptions. » (Le Mémorial diplomatique, 1880).Un autre passager du même voyage, Louis Collot (1846-1915), publiera des Souvenirs d'un naturaliste à bord de la "Junon", suivis d'observations sur la météorologie et sur les colorations accidentelles des eaux de la mer (Savy, 1882).Envoi de l'auteur.Quelques rousseurs aux pages liminaires.Très beau plat historié maritime.
bottom of page