top of page
LEMONNIER (Camille). La Belgique.

LEMONNIER (Camille). La Belgique.

1 250,00 €Prix
Paris, Hachette, 1888, gr. in-4 (34,5 x 27 cm), demi-chagrin rouge. Premier plat de percaline orné d'une composition allégorique et emblématique noir et or (une femme casquée et vêtue à l'antique, portant un caducée surmonté d'un coeur, désignant du doigt une branche de chêne, assise sur un piédestal orné d'un dessin d'épis de blé et soutenant les armoiries de la Belgique (le blason au lion des Flandres, supporté par deux lions devant deux drapeaux belges) et la devise du pays "L'union fait la force" sur une banderole), dans un encadr ement stylisé formé d'une chaîne de bâtonnets en forme de poignées de mains. Second plat identique, dos à faux nerfs orné de motifs dorés dans des caissons repris des plats (un lion vu de profil, un sceptre et des branches de chêne, des épis de blé et la p oignée de main sur fond de caducée), tr. dorées (A. Souze, graveur, Magnier et ses fils, relieurs), (8)-756 pp. ¦Édition originale de ce superbe et monumental ouvrage descriptif, abondamment illustré : 323 gravures sur bois in-texte et à pleine page par MM. A. de BAR, BARCLAY, Ph. BENOIST, W. H. BOOT, H. CATENACCI, H. CHAPUIS, C. CHAUVET, E. CLAUS, H. CLERGET, J. DELVIN, A. DEROY, J. FÉRAT, Harry FENN, A. FERDINANDUS, C. GAREN, E. VAN GELDER, Ch. GOUTZWILLER, Th. HANNON, A. HENNEBICQ, A. HEINS, J. de LA HOESE, A. HUBERT, F. KHNOPFF, Frans van KUYCK, D. LANCELOT, Am. LYNEN, MATTHIS, X. MELLERY, C. MEUNIER, E. PUTTAERT, RIOU, E. SEELDRAYERS, P. SELLIER, A. SIROUY, A. SLOM, H. STACQUET, Jan STOBBAERTS, J. TAELEMANS, TAYLOR, TOFANI, H. TOUSSAINT, UYTTERSC HAUT, E. VERDYEN, P. VERHAERT, Th. VERSTRAETE, G. VUILLIER, Th. WEBER, et par Mlle Marcelle LANCELOT, avec un portrait-frontispice par H. THIRIAT. Complet de la grande carte dépliante in-fine. Né et mort à Ixelles, Camille Lemonnier (1844-1913) "est sans conteste une des figures majeures de l'histoire culturelle belge par son extraordinaire fécondité" (P. Gorceix). Il est l'auteur de plus de soixante-dix volumes, dont plusieurs romans de tendance naturaliste, ce qui lui vaut le surnom de "Zola belge" (et q uelques procès pour outrage aux bonnes moeurs ou "pornographie"), mais aussi de monographies d'artistes sur Félicien Rops (dont il est un cousin), Gustave Courbet, Constantin Meunier, qui participe à ce volume, tout comme son autre cousin, le peintre Eugèn e Verdyen. Larousse note de façon piquante qu'il "réussit tout aussi bien dans le conte écrit pour les enfants que dans le roman d'alcôve, à donnée scabreuse". "Son ouvrage monumental sur la Belgique est hors pair ; chef-d'oeuvre écrit sous les yeux des peintres qui l'accompagnaient dans ses tournées (...). Il y a travaillé six ans, visitant à plusieurs reprises tous les coins du pays, qu'il décrit et peint en entier avec art et amour. Il rappelle l'histoire et le folklore de sa patrie, montre les moeurs des habitants, dessine les paysages ; il campe son chevalet devant les sites les plus différents et l'exécution est toujours heureuse, aisée, large : tableaux splendides, synthèse de son oeuvre et principale source de son inspiration - la Vie." (Camille H anlet, Les Écrivains belges contemporains de langue française, 1946, p. 126). L'ouvrage est d'abord paru en 9 parties et 26 livraisons illustrées dans la revue Le Tour du monde, de 1881 à 1886 (correspondant aux neuf régions : le Brabant, la province d'Anvers, la Flandre orientale, la Flandre occidentale, le Hainaut, la province de Namur, celle de Liège, le Luxembourg, le Limbourg). De nombreux artistes contribuent à l'illustration, soit en accompagnant l'auteur et en dessinant d'après nature, soit en dessinant d'après des photographies. On y trouve la plupart des illustrateurs travaillant pour les éditions Hachette, auxquels se sont joints un bon nombre d'artistes belges, dont Alfred HUBERT (1830-1902), Fernand KHNOPFF (1858-1921), Xavier MELLERY (1845 -1921), François TAELEMANS (1851-1931), Eugène VERDYEN (1836-1903) que l'on retrouve comme illustrateurs de l'édition illustrée du livre Noëls flamands de Lemonnier (1899). Lemonnier a toujours regardé cet ouvrage comme ce qu'il y avait de plus importan t dans son oeuvre (P. Gorceix). Il a reçu le Prix Quinquennal de littérature française décerné par un jury belge en 1888 (qui lui avait été refusé en 1883 pour son roman naturaliste Un mâle). "C'est, dit le rapport, une oeuvre considérable par le labeur dont elle témoigne, par la masse de documents qu'elle apporte, comme par le travail d'art qui s'y marque en chaque phrase" (cité par Larousse). Cette lecture patrimoniale s'impose d'autant plus à l'heure où l'unité belge est menacée par le séparatisme li nguistique. Huret, La Revue Le Tour du monde (1996), n° 76. P. Gorceix, La Belgique fin de siècle (1997). Rousseurs éparses. Bel exemplaire.
SKU : 9500452
    bottom of page