top of page
LEVOISIN (Jules). Aventures et mésaventures du baron de Munchhausen.

LEVOISIN (Jules). Aventures et mésaventures du baron de Munchhausen.

SKU : 9501184
700,00 €Prix
Aventures et mésaventures du baron de Münchhausen. Paris, Librairie Hachette et Cie, 1879, in-4 (32,5 x 25 cm), percaline marron. Au premier plat, noir et or, le baron, en tenue de chasse, emporté dans les airs par un vol de canards reliés par une ficelle (d'après le frontispice et le chap. XV), dans un cadre noir et or, deux canards aux angles supérieurs et deux poids de 5000 gr. aux angles inférieurs. Au second plat, même encadrement noir, au dos titre doré en long, tr. dorées (A. Souze, graveur), (4)-89-(1)-(2) pp. ¦Première édition, illust rée de 18 planches en chromolithographie par E. [en fait Alphonse] Bichard. Imité de l'allemand par J. Levoisin (pseudonyme de Jules Girardin). Ce dernier signera de son nom la seconde édition (Hachette, 1883, percaline bleue). Agrégé de grammaire, prof esseur de lettres à Angers, Douai et Versailles, Jules Girardin (1832-1888) a publié de nombreux livres, dont une partie pour la jeunesse, principalement chez Hachette (Bibliothèque des écoles et des familles). Certains sont imités ou traduits de l'anglais (La Terre de servitude, par H. M. Stanley, 1875 ; Tom Brown, scènes de la vie de collège en Angleterre, 1875 ; Pascarel par Ouida, 1878, et autres romans du même auteur ; Vie et voyages de Christophe Colomb, d'après Washington Irving, 1880, Lord Beaconsfield. Endymion, roman anglais par Disraeli, 1881 ; La Chasse au Léviathan, par le capitaine Mayne-Reid, 1882 ; L'Héritier de Court-Netherleigh, par Mrs. Henry Wood, 1884, etc.). Il a également traduit Mycènes : Récits des recherches et découv ertes faites à Mycènes et à Tirynthe d'Henry Schliemann. Le baron de Münchhausen fait partie du folklore. Son histoire éditoriale est compliquée. Il est revendiqué par deux auteurs allemands, Rudolf Eric Raspe (1737-1794), qui le publie en anglais à Oxfo rd en 1785, et Gottfried August Bürger (1747-1794) qui le publie en Allemagne l'année suivante. C'est généralement cette dernière version (plus complète) qui est suivie par les éditeurs et les traducteurs, avec différentes variantes dans les épisodes. Trad uites dès 1787 en français, de multiples éditions s'ensuivent au XIXe siècle, dont une traduction par Théophile Gautier fils en 1852, une édition illustrée par G. Doré en 1862, une autre par Robida en 1921, etc. On consultera l'encyclopédie Les Terres cre uses (Encrage, 2006, p. 95 - le baron effectuant un voyage souterrain dans certaines éditions) pour plus de détails. Girardin se base sur le livre de Raspe. Le personnage de Münchhausen inspire en France le baron de Crac, héros d'exploits imaginaires et abracadabrants. Ce héros aux aventures invraisemblables, sorte de Tartarin amplifié, est devenu légendaire. Il fait partie de la culture populaire de nombreux pays. Il a inspiré de multiples pastiches (Cami), des suites, des reprises, des adaptations pour la jeunesse, et a été transposé au cinéma dès 1911 par Méliès. Le film allemand en couleurs de Josef von Baky (1943) est célèbre. Une autre version a été filmée par Terry Gilliam en 1988. "Mais qui était le baron de Crack ? demande Jacques Bergier (Rire avec les savants, 1964). En Allemagne et dans la plupart des pays du monde, on l'appelle le baron Münchhausen. Son inventeur, Rudolph Erich Raspe, qui vivait à la fin du XVIIIe siècle, fut un personnage aussi étonnant que n'importe lequel des imposteurs c ités dans ce chapitre. Raspe fut successivement linguiste, ingénieur des mines, poète, bibliothécaire, expert en pièces de monnaie et éditeur. En 1775, il vola une collection de monnaies rares que le Landgrave de Hesse l'avait chargé d'expertiser et s'enfu it en Angleterre. Les aventures du baron Münchhausen étaient dans son esprit un livre satirique, ridiculisant les récits des voyageurs, comme Don Quichotte l'avait fait pour les romans de chevalerie. Raspe après de multiples mésaventures s'enfuit en Irland e où il mourut au moment où on allait l'arrêter pour avoir inventé une fausse mine d'or sur un terrain appartenant à un riche Irlandais. Il y avait eu un véritable Münchhausen. Celui-ci était né d'une famille noble à Bodenwerder en Allemagne. Ce fut un off icier prussien qui avait combattu contre les Turcs. On l'a confondu très vite avec le héros de Raspe. A Bodenwerder existe encore sa statue. Le grand voyageur est assis sur un cheval coupé en deux, le fameux cheval qui avait perpétuellement soif. Le livre sur Münchhausen était dédié à Bruce, voyageur de l'époque dont les exploits ressemblent assez à ceux de Münchhausen imaginaire. Comme Münchhausen, Bruce ne ratait jamais son coup. Il abattit une fois vingt-deux hyènes de suite par des balles placées au cen tre du nez. On trouve un exploit analogue dans Les Silences du colonel Bramble, de Maurois. Le père de la science-fiction moderne américaine, Hugo Gernsback, ressuscita Münchhausen entre 1920 et 1930. Il lui attribua des aventures fantastiques basées sur la science moderne et qui en constituent une excellente illustration." Alphonse Géry-Bichard (né à Rambouillet en 1841) est l'un des plus fameux illustrateurs des Aventures du baron de Münchhausen. Ses illustrations ont été publiées dans une traduction anglaise dès 1879, et sont aussi célèbres en Angleterre que celles de Gustave Doré ou Alfred Crowquill. L'épisode le plus connu est celui où le baron chevauche un boulet (ill. p. 24). En langue allemande, il existe une étude sur Münchhausen : Münchhause n und Münchhausiaden par Werner R. Schweizer (Bern, Francke, 1969) et une bibliographie : Münchhausiana par Erwin Wackermann (Stuttgart, Eggert, 1969 ; supplement 1969-1978). En français, il existe une étude ancienne d'André Tissier, M. de Crac, gentil homme gascon, étude de la formation littéraire et des transformations d'un type populaire pour servir à déterminer l'historique et la nature des relations entre M. de Crac et le baron de Münchhausen (1959). Très bel exemplaire.
bottom of page