top of page
LOTI (Pierre) . Pêcheur d'Islande .

LOTI (Pierre) . Pêcheur d'Islande .

SKU : 9501186
650,00 €Prix
Paris, Calmann Lévy, 1893, gr. in-8 (28 x 20 cm), percaline gris-bleu, bords biseautés. Au premier plat, polychrome, signé E. Rudaux, Yann et Sylvestre à la barre, attachés, vêtus de leurs cirés, affrontant la tempête (p. 74). Au second plat, vignette noir et or, Yann sortant d'une écoutille (p. 166). Au dos, vignette noir et or (Gaud, assise au pied d'un calvaire, attendant le retour de son mari pêcheur, le regard fixé sur l'horizon maritime, p. 292), tr. dorées (Paul Souze, graveur, Engel, relieur), (8)-308-(4) pp. ¦Première édition illustrée de 128 compositions par Edmond Rudaux, gravées sur bois par J. Huyot, dont 14 hors-textes sous serpentes. L'édition originale de ce roman, devenu un classique, a paru d'avril à juin 1886, dans la Nouvelle Revue de Juliette Adam (1 836-1936). "Lors de la conception de son ouvrage, Pierre Loti lui avait donné un premier titre : Au large. Mais doutant de son choix, il en proposa six autres à Juliette Adam, s'en remettant à elle pour trouver le meilleur, puisqu'elle devait faire paraître le roman en feuilleton dans sa revue". (Christian Genet, Daniel Hervé, Pierre Loti, l'enchanteur, 1988). C'est ainsi que le roman est dédié à Juliette Adam, qui lui a donné son titre célèbre. Ce roman a contribué à faire connaître le port de Paimpol, armant pour l'Islande, qui se distinguait des autres ports bretons armant à destination de Terre-Neuve, Pierre Loti (le lieutenant de vaisseau Julien Viaud, 1850-1922) revenait de la campagne d'Extrême-Orient (1885). Cela explique pourquoi une partie du roman se déroule au Tonkin, où Sylvestre est appelé pour combattre (et où il trouve la mort, à 19 ans), formant un contraste dynamique avec la campagne de pêche islandaise, cet autre lointain dont on n'est pas non plus sûr de revenir. Dans son histoire de l'édition L'Argent et les lettres (1988), Jean-Yves Mollier prend ce roman comme exemple canonique d'un succès populaire grandissant : de 1886 à 1906, ce livre s'était vendu à 20.000 exemplaires, ce qui était considérable. Mais lorsque l'éditeur Calmann-Lévy le choisit (avec ses illustrations) en 1906, comme premier volume de sa "Nouvelle collection illustrée" (à 95 centimes), cela lui assure des ventes de plus de 500.000 exemplaires jusqu'en 1919 (Mollier, p. 477-478). Pour la première édition illustrée, l'éditeur a réalisé un tirage spécial de 650 exemplaires numérotés, dit "de grand luxe" (dont 100 souscrits par la Librairie Conquet), en s'expliquant ainsi : "Parmi les oeuvres si attachantes et si variées de Pierre Loti, nulle n'était plus désignée pour réaliser le type parfait du volume d'étrennes, que cette admirable et chaste idylle intitulée : Pêcheur d'Islande. Mais peut-être aurait-on pu objecter que certains passages, très peu nombreux d'ailleurs, ne devaient point figurer dans une publication de ce genre. Aussi l'auteur a-t-il consenti, en vue de cette édition, à en atténuer le sens et la portée. Toutefois le texte original a été conservé pour les tirages sur papier de luxe destinés aux bibliophiles, qui en apprécieront ainsi toute la valeur documentaire. Le chef-d'oeuvre de Pierre Loti présente donc le double attrait du volume d'étrennes proprement dit et du véritable livre d'amateur." Il a encore été réédité en 1989, avec les compositions de Rudaux, dans une présentation reliée, chez Lattès. Le peintre Edmond Adolphe Rudaux (Verdun, 1840-1908) a également illustré La Mare au diable de George Sand (Quantin, 1889). Il est le père de Henri Edmond Rudaux (1870-1927) également peintre, dessinateur et affichiste, et de Lucien Rudaux (1874-1947), père de l'art astronomique. L'exemplaire que nous présentons est en percaline gris-bleu d'une grande sobriété, ce qui est une couleur rarissime pour ce titre, habituellement en rouge. De plus, elle est parfaitement appropriée au sujet, la tempête en mer, et s'harmonise bien avec l'illustration polychrome de tonalité similaire. Le collectionneur averti aura soin de réunir les deux couleurs pour ce titre faisant partie du cycle breton de l'auteur, entre Mon frère Yves (1883) et Un matelot (1893). Pour plus de détails sur Pêcheur d'Islande, on se reportera au chapitre "Les Secrets d'un best-seller breton" d'Alain Quella-Villéger (Pierre Loti, le pèlerin de la planète, 1998, rééd. 2005). Superbe exemplaire.
bottom of page