top of page
MARANZE (Joseph) . Le Capitaine Cœur d’Or (La falaise de Chatelaillon) .

MARANZE (Joseph) . Le Capitaine Cœur d’Or (La falaise de Chatelaillon) .

SKU : 9501620
450,00 €Prix
Paris, Charavay, Mantoux, Martin, Librairie d'éducation de la jeunesse, [1894], in-8 (25 x 17 cm), percaline rouge. Au premier plat, polychrome, signé A. Montader, le héros en grand uniforme, épée au côté, debout sur une plage, falaise derrière lui. Second plat avec encadrement à froid, au dos, polychrome, le héros marchant l'épée à la main, tr. dorées (Gillot, graveur, Engel, relieur), 235-(5) pp. ¦Édition originale, illustrée de 23 dessins par Jamas, dont 12 à pleine page. Collection 10e série.Lhistoire se déroule sous la Révolution et raconte larrestation dune bande de faux-monnayeurs dans la région de La Rochelle. La ville de Marans (ville natale de lauteur) sert aussi de cadre à laction. Les personnages réapparaissent dans dautres livres de lauteur, dont deux à plat historié chez le même éditeur, Une héroïne de seize ans (1893) et Robinsons vendéens (1895), où agissent divers membres de la famille Hurteau. La plupart de ses livres se déroulent dans la même région de Charente-Maritime, point de départ des voyageurs dans Le Tour du monde en famille (Gédalge, 1901).Leur auteur est apparemment oublié, mais en fait on découvre à son propos dabondants renseignements, dans la bibliothèque numérique de la BNF, Gallica, et grâce aussi à des chercheurs généalogiques, qui ont réuni de nombreux documents à son sujet sur le site http://cimetieresmellois.fr/MARANZE.html Lorigine polonaise de lauteur (1840-1904) a mobilisé la mémoire de ceux qui lont connu, en premier lieu celle dAlbert Cim, vice-président de la Société des Gens de lettres, dédicataire de cet ouvrage : « Ami et cher maître, Veuillez accepter la dédicace de cet ouvrage en témoignage de la reconnaissance et de laffection que je vous ai voués. Paris, mars 1894. Joseph Maranze. » Le dédicataire a ensuite rendu compte du livre dans la Revue bleue en 1896.Albert Cim (né Cimochowski, 1845-1924), romancier, historien, chroniqueur, auteurs de livres danecdotes sur lhistoire du livre, les mystifications et récréations littéraires, évoque Joseph Maranze dans son livre Bureaux et bureaucrates, mémoires d'un employé des P.T.T. (Flammarion, 1910) et dans une conférence dont le texte est paru dans le Bulletin polonais n°358, 15 mai 1918 :« J'ai encore connu à l'administration des Postes et des Télégraphes un commis principal, Zuchowiecki, qui avait toutes les caractéristiques, toutes les qualités, les chevaleresques qualités d'un vrai Polonais, la vaillance, la générosité, l'enthousiasme, l'exaltation, l'abnégation. « D'instinct, me disait-il un jour, je suis et serai toujours avec les faibles contre les forts, avec les martyrs contre les bourreaux. Je me serais fait huguenot au temps des dragonnades et, tout républicain que je suis, j'aurais été royaliste sous la Terreur. » Inutile de vous dire, après cela, quelle adoration, quel culte, Zuchowiecki avait voué à notre Pologne. Sous le pseudonyme de Joseph Maranze, en commémoration de sa ville natale, Marans, dans la Charente-Inférieure, Zuchowiecki a publié une dizaine de volumes destinés à la jeunesse : Une Héroïne de seize ans, Le Capitaine Cœur d'Or, Le Tour du Monde en famille, Souvenirs d'une Jeune Fille, etc., et ces volumes, il ne se contentait pas de les écrire, il les illustrait lui-même, et ces dessins ne manquaient ni d'originalité ni de saveur. Et non seulement Zucho écrivait et dessinait, mais encore il inventait, rêvait de nouveaux instruments, des perfectionnements de toutes sorte. Entre autres inventions, il imagina un appareil de sauvetage pour les matelots et les passagers, qui lui valut l'approbation du Ministre de la Marine et les encouragements de toute la presse. Le Ministre mit à sa disposition un sous-marin, chargé d'aider ses expériences dans l'avant-port de La Rochelle, et ce sont, hélas! ces expériences qui causèrent la mort de cet intrépide Zucho. On était au mois de mars, et la température était encore très fraîche : au lieu d'attendre, comme le lui conseillait instamment le commandant du sous-marin, un peu plus de beau temps et de chaleur, il se mit à la nage plusieurs fois dans l'eau glacée, et ces immersions prolongées déterminèrent une double congestion qui l'emporta en quelques semaines. On peut dire de ce noble et vaillant compatriote, qui était si bien le prototype du Polonais, qu'il est mort au champ d'honneur, mort pour la France et pour la civilisation. »Il nest pas si fréquent de disposer dautant dinformations aussi précises, voire de souvenirs personnels, sur les auteurs de livres à plat historié. Si Maranze nest pas lauteur des illustrations de ses livres, illustrés par Grobet, Henry-André ou Louis Bailly, il a pourtant signé au moins une gravure dans Une héroïne de seize ans (p. 89).Sur Charavay, voir bulletin Le plat historié n°4, 2008.Livre non déposé à la BNF.Papier bruni comme toujours.Très bel exemplaire et cartonnage de toute fraîcheur.
bottom of page