top of page
MATHUISIEULX (H . -M . de) . Histoire des zouaves pontificaux .

MATHUISIEULX (H . -M . de) . Histoire des zouaves pontificaux .

SKU : 9500957
500,00 €Prix
Tours, Maison Alfred Mame et fils, [1913], in-4 (32 x 25 cm), percaline rouge. Au premier plat polychrome, la garde du drapeau des États pontificaux par les zouaves (d'après le tableau de Lionel Royer en frontispice), encadrée de deux palmes et du titre en arc de cercle. Au second plat, écusson de l'éditeur en noir, au dos palme croisée du drapeau et des clefs du Vatican, tr. dorées, 319-(1) pp. ¦Édition originale illustrée de 48 croquis, dessins (par BOCOURT, FÉRAT, LIX, MORIN, etc.) et photographies, dont un frontispice, et de six cartes. Né à Rome en 1860, l'auteur est bien placé pour écrire ce livre. Plantant le décor, il dit : "L'auteur de ces lignes a passé son enfance sur les genoux, pour ainsi dire, des zouaves pontificaux ; il a entendu leurs clairons et le bruit des crosses de leurs fusils rehausser la solennité des cérémonies religieuses ; il a mangé à leurs gamelles dans les camps du Latium et de Porto-d'Anzio ; à leur suite, dans les gorges sévères de la Sabine, il les a vus essuyer leurs visages tr empés de pluie ou de sueur ; dans la campagne romaine, il a rencontré leurs détachements qui se désaltéraient aux portes des osteries ou qui revenaient saignants des luttes contre les garibaldiens et les brigands." Un des protagonistes, le général de Ch arette (1832-1911), aurait dû écrire une rpéface au livre. Au service tout d'abord des Italiens puis des Autrichiens (entre 1846 et 1856), le légitimiste Charette se mit en 1860 au service du pape Pie IX et s'engagea dans l'armée pontificale pour combattre les révolutionnaires italiens, qui menaient la réunification du pays. Il fut blessé au combat de Castelfidardo (septembre 1860). La compagnie des Volontaires franco-belges fut connue sous le nom de Zouaves pontificaux après 1861. En 1867, lors de la batai lle de Mentana, ils empêchèrent la conquête de Rome par les troupes de Garibaldi. Mais la ville fut occupée par les troupes piémontaises en 1870. Le régiment fut alors dissous, du fait de la disparition des États pontificaux, mais s'engagea sous le nom de Volontaires de l'Ouest dans la guerre franco-prussienne. Issu d'une vieille famille aristocratique, voyageur et explorateur, le vicomte Henry Méhier de Mathuisieulx, fit la campagne du Tonkin comme officier de marine (1884-1887), puis démissionna pour men er des expéditions sur tous les continents : voyage aux Antilles (1888), en Anatolie et au Caucase, relevés topographiques des pays limitrophes de la Chine (1889-1891), tour du monde enfin (1892-1894), dont il rapporta de nombreuses photographies. Rentré e n France, il devint membre de la Société de géographie et publia ses souvenirs du Tonkin chez Mame en 1895 (Dans la brousse : souvenirs du Tonkin, et En captivité chez les pirates tonkinois), puis d'autres récits de voyage ou des romans d'aventures che z le même éditeur. Il suivit les opérations militaires de Madagascar en 1897 et fit deux voyages en Tripolitaine en 1901 et 1903, comme chargé de mission du ministère de l'Instruction publique, "qui contribuèrent à faire connaître beaucoup de parties inexp lorées de ce pays, et d'où il rapporta de nombreux documents scientifiques et archéologiques" (Nouveau Larousse illustré, Supplément, 1907). Il en rédigea le compte-rendu dans Le Tour du monde en 1902 et 1906-1907. Après avoir publié ses Récits d'un e xplorateur (Mame, 1910), il partit "installer des comptoirs commerciaux au Guatemala et au Mexique. Il projette une mission en Colombie au début de l'année 1913" (Notice dans Des photographes en Indochine, 2001). Il écrit encore un Historique sommaire du 1er régiment d'infanterie coloniale et du régiment colonial du Maroc en 1914, 1915, 1916, 1917 (1918). Il a une notice dans le Dictionnaire illustré des explorateurs français (Afrique) de Broc. On a présenté de lui, en plat historié, Explorateurs e t terres lointaines (Mame, 1912, plat illustré par ROBIDA, cf. PH 2/42). Son histoire des zouaves pontificaux a été rééditée en fac-similé en 2011. Sur ce sujet, on lira La Dernière guerre du pape : les zouaves pontificaux au secours du Saint-Siège, 18 60-1870 de Jean Guénel (1998). Bon exemplaire.
bottom of page