top of page
MIRAL-VIGER. L'Anneau de feu .

MIRAL-VIGER. L'Anneau de feu .

SKU : 9500928
650,00 €Prix
Paris, Librairie Hachette, 1922, gr. in-8 (28 x 19 cm), percaline crème. Au premier plat, composition noire, bleue et dorée, représentant la Fusée fonçant vers Saturne dans le ciel étoilé (d'après l'ill. p. 301 et d'après l'affiche d'Andreini), titre doré avec une vignette de Saturne dorée.¦Second plat muet, dos orné d'une vignette noire, bleue et dorée reprenant la silhouette de la Fusée (orientée différemment) et Saturne dans le ciel étoilé, titre doré, tr. jaunes, 380 pp. (H28) ¦Édition originale illustrée de 40 compositions et d'un frontispice par Joseph et Louis BEUZON et Georges DUTRIAC. Surtitre : Les Grandes aventures scientifiques. Publié dans le quotidien Le Petit Parisien, ce roman a été lancé avec des moyens spectaculaires. Le 8 novembre 1921, un article relate l'événement : "Hier matin, vers onze heures, ce fut dans Paris une surprise générale, lorsqu'on aperçut, malgré le vent assez fort qui soufflait, un avion géant blanc et bleu, voguer dans le ciel de la capitale. Dans son sillage, se dispersaient des millie rs de cartes postales que la brise emportait et déposait au gré de sa fantaisie. Là-haut, dans le ciel tout bleu, le Goliath continuait sa randonnée et c'est ainsi que Paris apprit que Le Petit Parisien avait commencé la publication de son grand roman sc ientifique et d'aventures L'Anneau de lumière de Miral et Viger." C'est en effet le premier titre du roman, paru en 89 feuilletons du 6 novembre 1921 au 4 février 1922. L'affiche de lancement a été reproduite dans Poster Style (Poster Auction Internati onal, New York, XXXVIII, n° 164, 2004). Le roman résulte de la collaboration d'un romancier et homme de théâtre, Léon Miral (pseudonyme d'Ernest Jacob, 1858-1942) et de A. Viger, pseudonyme du chroniqueur scientifique du journal Alphonse Berget (1860-1934 ), professeur à l'Institut océanographique, auteur de livres sur l'astronomie, la météorologie et la physique du globe, qui n'hésite pas à publier un article, le 5 novembre 1921, pour vanter les qualités scientifiques et romanesques du futur feuilleton... Ce récit relate un voyage à travers le système solaire, permis par la découverte d'un moyen de propulsion nouveau pour la "Fusée", le virium, un corps radioactif surpuissant, qui mène les héros d'abord sur Mars où ils découvrent une civilisation scientifi que avancée. La venue d'un Français au XVIIIIe siècle, ayant fondé une famille, explique que les Martiens parlent français... Les voyageurs parviennent ensuite sur Saturne, peuplée d'animaux préhistoriques, où ils rencontrent... des Allemands hostiles qui ont dérobé l'invention des Français. Ce roman de science-fiction a un point commun avec Le Voyage de l'Isabella au centre de la terre de Léon Creux, publié au même moment : son anti-germanisme. Dans les deux cas, les héros sont en effet en butte aux agi ssements d'Allemands animés des plus noires intentions, à la fois traîtres et espions. Signalons une curiosité : on apprend que les Martiens ont découvert une planète au-delà de Neptune qu'ils ont nommée Pluton (p. 275). Qui plus est, cette planète a "un satellite unique mais énorme", "gros comme le quart de la planète elle-même". Or Pluton ne sera découvert effectivement qu'en 1930, et son compagnon Charron en 1978 ! Même si Pluton n'est plus une planète depuis 2006, l'anticipation est troublante. Elle es t assurément due aux "antennes" qu'Alphonse Berget avait dans les milieux scientifiques, qui lui avaient appris l'existence théorique de Pluton soupçonnée depuis 1915... mais pas celle de Charron. Après ce succès, Miral et Viger publieront d'autres romans scientifiques en collaboration dans Le Petit Parisien. A paru également dans un cartonnage de toile rouge avec les mêmes fers spéciaux. Bel exemplaire.
bottom of page