top of page
MONTORGUEIL (Georges) et JOB . France, son histoire .

MONTORGUEIL (Georges) et JOB . France, son histoire .

SKU : 9500313
750,00 €Prix
Paris, Félix Juven, [v. 1905], gr. in-4 (35,5 x 29 cm), percaline grise. Au premier plat polychrome, une fillette vêtue d'un manteau royal tient ouverte l'Histoire de France représentée, dans la nuée tricolore, par des objets emblématiques : couronne de Charlemagne, chêne et balance de saint Louis, étendard de Jeanne d'Arc, couvre-chef de Louis XI, heaume de Bayard, chapeau de Richelieu, gantelets de Du Guesclin, perruque de Louis XIV, cocarde tricolore. Second plat muet, dos orné du titre doré en long, tr. rouges (Paul Souze, graveur, Poënsin, relieur), [80 pp.] ¦Imagé in-texte et à pleine page par JOB. La première édition a paru chez Charavay, Mantoux, Martin en 1896, dans la même reliure à plat historié mais signée Engel (on remarque toutefois que les couleurs sont plus claires que dans cette édition, notamment la nuée ne présente pas de gradation rose en bas mais un orange très pâle). Le présent exemplaire est un retirage publié par Juven, qui a repris le fonds Charavay vers 1904. Juven cessant ses activités en 1911, le fond est repris par Boivin, déjà éditeur de la Collection des Albums historiques. L'album est réédité en 1928, avec une nouvelle couverture illustrée (imprimée sur cartonnage beige et non plus sur toile), où l'on voit France portée sur un pavois par Vercingétorix et Rollon. La grande trouvaille de Montorgueil est d'avoir personnifié non pas simplement la France, mais l'Histoire de France, sous la forme d'une petite fille qu'un druide gaulois découvre bébé dans un buisson de gui, qui passe son enfance chez les gallo-romains, voit saint Denis puis les Francs et le roi Clovis (époque où elle est baptisée), apprend à lire avec Charlemagne, accompagne les Croisés, est servie à table sous Louis IX (Saint Louis), devient une jeune fille avec Jeanne d'Arc, grandit sous Louis XI, François Ier, Henri IV, Louis XIV. La Fontaine la distraie avec ses fables, puis elle se déguise en bergère à Versailles sous Louis XVI. Le livre s'arrête en 1789. Un commentateur de ce remarquable album écrit : "Nous pourrons maintes fois établir un parallèle entre le manuel scolaire et le livre de prix. Ils participent du même esprit nationaliste et républicain", comparant ce livre avec les manuels de Lavisse (Marc Venard, "La France personnifiée pour les écoliers de la IIIe République : France, son Histoire par G. Montorgueil et Job", dans Bercé et Contamine (éd.), Histoire et historiens de la France, 1993). Venard distingue la planche illustrant le baptême de la petite fille, qui prend le nom de France sous Clovis : "Du point de vue iconographique, cette page est une des plus belles. Job a peint un grand ciel d'orage animé de grands nuages gris en bas, verts au centre, avec une trouée rouge dans laquelle le mot France jaillit sur fond de rayons lumineux." Le mariage de l'image et du texte s'impose par son évidence. C'est aussi l'avis de M. Rouche qui signale ce passage dans son livre Le Baptême de Clovis, son écho à travers l'histoire (1997). L'histoire de France se poursuit dans deux albums : La Cantinière (1898) et Les Trois couleurs (1899). Ces ouvrages, et tous les autres de la Collection des albums historiques, publiés à partir de 1901, ont enchanté l'enfance de Raoul Girardet, le futur historien : "Mon unique ambition lorsque j'avais six ans était d'être militaire et, si possible, méhariste. Cette vocation [...] était déjà liée au goût de l'histoire, puisqu'elle ne cessait d'être entretenue par les livres d'images. Je me souviens des albums de Job dont je tournais les pages, allongé sur le tapis du salon. Et de ce tapis, je sens encore l'odeur même de la poussière... C'était superbe, les albums de Job. Ils racontaient l'histoire de la France comme celle d'une petite fille qui grandissait peu à peu, devenait dame, puis, après 1870, une mère douloureuse enveloppée de crêpes noirs (...). Mais, après tout, c'est aussi en regardant, enfant, des images, que Michelet a acquis le goût de l'Histoire". (Singulièrement libre, 1990 ; cité par Amalvi, Les Héros de l'Histoire de France, 2001). Ce livre a été lu par toute une génération : Sartre (1905-1980) raconte que, à l'âge de six ans, il y a appris le mot "pulluler" ! (Carnets de la drôle de guerre, Pléiade, 2010, p. 632). Cartonnage aux couleurs éclatantes.
bottom of page