top of page
ORLÉANS (Philippe, duc d') . A travers la banquise .

ORLÉANS (Philippe, duc d') . A travers la banquise .

SKU : 9500686
900,00 €Prix
Paris, Plon-Nourrit, 1907, gr. in-8 (28 x 20 cm), percaline crème, plats biseautés. Premier plat orné d'une composition noire, grise, blanche représentant le trois-mâts "La Belgica" au milieu de la banquise (d'après la photo de la p. de titre reprise en couv.), titre en lettres dorées bordées de noir. Second plat portant le logo de l'éditeur en bleu, dos portant le titre doré bordé de noir, tr. dorées (Engel, relieur), (8)-349-(7) pp., couv. cons. ¦Du Spitzberg au cap Philippe, mai-août 1905. Portrait en héliogravure (en frontispice), dix planches en couleurs sous serpentes légendées, d'après les dessins de Édouard MÉRITE, 10 profils de côtes sur 2 pl. dépl., par É. MÉRITE, 400 photogravures en noir in et h.-t. (dont trois dessins de G. MASSIAS, d'après des croquis du Dr. Récamier), deux cartes h.-t. dépl. in-fine dressées par le commandant Adrien de Gerlache. L'expédition du Spitzberg fut le fleuron de la carrière d'explorateur du duc d'Orléans (1869-1926), arrière-petit-fils du roi Louis-Philippe, héritier de la cour onne de France, interdit de séjour dans son pays après l'âge de 17 ans, en raison de la "loi d'exil" de 1886 frappant toute sa famille. "Où finit un voyage ? Où commence une exploration pour celui dont l'existence ne peut être qu'un voyage perpétuel puisq ue le sol de la patrie lui est interdit ?" dira-t-il (cité par Jacques d'Orléans, Les Chasses des princes d'Orléans, 1999). Exilé, le jeune duc accumule les frasques et s'oppose à sa famille. Il sera donc explorateur, partout sauf dans l'Empire français : Tibet, Turkestan, Perse, Afrique anglaise, etc. Et dans les régions arctiques, qu'il explore au cours de plusieurs campagnes entre 1904 et 1909, à une époque où ces régions sont sous le feu de l'actualité, lors de la course au Pôle Nord (qui s'achève su r le duel Cook-Peary en 1909). Le duc d'Orléans participe pleinement à la reconnaissance de ces contrées encore inconnues : "Le voyage de 1905 a un caractère beaucoup plus scientifique [que celui de 1904]. Il s'agit d'aller le plus loin possible vers le n ord le long de la côte orientale du Groenland pour effectuer des observations glaciologiques et météorologiques (...)" (Numa Broc). En juillet, le duc débarque sur une terre qu'il baptise Ile de France et que les Danois rebaptiseront Terre du duc d'Orléans . "Le bilan scientifique est important : deux cents kilomètres de côtes explorées, cartes, profils côtiers, photographies, sondages et étude sur la banquise", conclut Broc. Tous ces résultats se trouvent réunis dans cet ouvrage de grand luxe qui fait du d uc Philippe d'Orléans un digne représentant des aristocrates-explorateurs, au même titre que le prince Albert Ier de Monaco (1848-1922), ou que son cousin le prince Henri d'Orléans (1867-1901). Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs, tome 4 (2003) , pp. 299-300. Rarissime dans la reliure historiée.
bottom of page