top of page
ORLEANS (Ferdinand-Philippe, duc d' . Récits de campagne .

ORLEANS (Ferdinand-Philippe, duc d' . Récits de campagne .

SKU : 9500651
750,00 €Prix
Paris, Calmann Lévy, éditeur, 1892, gr. in-8 (28 x 19 cm), percaline bleue, bords biseautés. Premier plat polychrome représentant un chasseur à pied (d'après l'ill. p. 57) en sentinelle, appuyé sur son fusil, devant un palmier et un drapeau français portant un aigle doré, en en haut un groupe de cavaliers arabe de Constantine (d'après l'ill. p. 274), en bas un campement de soldats français (d'après l'ill. p. 124 et l'ill. 387 pour les tentes). Second plat orné d'une vignette dorée (un cavalier sonnant du clairon, d'après la p . XXIII), au dos un chasseur à pied en faction (d'après l'ill. p. XV), tr. dorées (Paul Souze, graveur, Engel, relieur), XXIII-(1)-483-(5) pp., deux cartes dépl. in-fine, index biographique des officiers nommés. ¦Épisodes du siège d'Anvers (lettre à la reine, novembre-décembre 1832), Journal de l'expédition de Mascara (novembre-décembre 1835), Journal de l'expédition des Portes de Fer (septembre-novembre 1839), publiés par ses fils le comte de Paris et le duc de Chartres. Introduction par Robert d'Orléans (duc de Chartres). Première publication en in-8 par Michel Lévy en 1870 (sous le titre Campagnes de l'armée d'Afrique 1835-1839), réédité en in-18 en 1890. Première et unique édition illustrée de 250 gravures sur bois d'après les artistes du temps (Dauzats, Decamps, Paul Delaroche, Ingres, Eugène Lami, Raffet, Ary Scheffer, Horace Vernet, Winterhalter, etc.), d'après les dessins des capitaines Genet et Le Blanc, Victor de Matharel et Ravoisié, avec sept dessins de l'auteur retrouvés dans un album, gravés par F. Méaulle. "L'illustration de ces lettres est une véritable trouvaille à laquelle les bibliophiles applaudiront avec enthousiasme. Elles sont faites avec des bois signés de Raffet, d'Horace Vernet, de Winterhalter, d'Ary Scheffer, de Decamps, de Dauzats, de Siméon Fort, du capitaine de génie Le Blanc, qui accompagnait le prince et qui, par ses dessins, lithographiés, plus tard, a popularisé l'expédition de Mascara. Ce style dont nous parlions tout à l'heure dans l'illustration de La Chronique de Charles IX [de Mérimée, publié simultanément chez le même éditeur] domine toute l'illustration des Lettres du duc d'Orléans, puisque ce sont des artistes ayant vécu à l'époque où elles ont été écrites qui lui donnent tout naturellement sa vraie physionomie. Ce volume est donc une ouvre rare, puisque, fait aujourd'hui, il a toutes les qualités d'une édition ancienne. Quant au texte, qui ne le connaît, qui n'a lu les Récits de campagne si français, écrits avec tant de verve, d'esprit, où la vaillance et la belle humeur françaises éclatent à chaque ligne. Ces lettres où l'élévation de la pensée, la hauteur philosophique sont traduites en un style sobre, clair, précis, nourri des grandes traditions du XIXe siècle, et rendu plus vibrant par l'action décrite deviendront classiques." (La Nouvelle Revue, 1891). Ferdinand-Philippe, duc d'Orléans (1810-1842), l'un des fils du roi Louis-Philippe, était "soldat français dans l'âme". Après la révolution de 1830 et l'avènement de son père, il participa au siège d'Anvers (1831-1832). "Le duc d'Orléans rechercha ensuite toutes les occasions d'aller en Afrique : en 1835, il prit part à l'expédition de Mascara ; il dut, en 1837, céder à son frère le duc de Nemours l'honneur de contribuer à la prise de Constantine, mais en 1839, il traversa les Portes de Fer à la tête d'une division et, en 1840, sous les ordres du maréchal Valée, il conduisit encore une division pendant cette campagne qui devait nous assurer la possession de la chaîne de l'Atlas et dont la prise du col de Mouzaïa fut un des principaux faits d'armes." Il se fit aussi historien de la conquête de l'Algérie et prit part à la création des chasseurs à pied. "L'uniforme foncé des chasseurs à pied est aussi populaire en France que respecté dans le monde entier." Ses deux enfants, Louis-Philippe, comte de Paris (1838-1894) et Robert, duc de Chartres (1840-1910) ont préparé cette édition en sélectionnant certains épisodes des journaux et de la correspondance que leur père a rédigés lors de ses différentes campagnes, et qui n'étaient point destinés au public. Ils ont publié également un volume de Lettres du duc d'Orléans (1825-1842), chez le même éditeur en 1889. Préoccupé par la défense du pays et de sa capitale, il a contribué à la construction des fortifications de Paris. Son projet fut adopté en 1840, et devint, pour près d'un siècle, "les fortifs". Après cette brève carrière, il meurt, à 32 ans, à Neuilly, dans un accident de voiture. Nous avons déjà présenté un livre à plat historié d'un duc d'Orléans, A tr avers la banquise (1907, cf. PH 9/189). Il s'agit d'un petit-fils de notre auteur, fils de son premier fils, le comte de Paris. Bel exemplaire.
bottom of page