top of page
PARIS (Gaston) . Sagan om Riddar Huons af Bordeaux unnerbara äfventyrs .

PARIS (Gaston) . Sagan om Riddar Huons af Bordeaux unnerbara äfventyrs .

SKU : 9501830
650,00 €Prix
Stockholm, Beijers Bokförlagsaktebolag, 1902, gr. in-8 (31,5 x 24 cm), percaline bleue. Au premier plat, noir et or, un chevalier pointant sa lance (Huon), lettrines S, H, R et B, daprès la couverture de lédition française. Second plat muet, au dos titre doré (E. Aumont, graveur), X-269-(1) pp. ¦Edition illustrée de 12 planches hors texte en couleurs sous serpentes d'après les compositions de Manuel Orazi et ses dessins d'encadrements décoratifs à toutes pages (sept motifs différents symétriques : oiseau, bannière, poisson, croix, masque, tapisserie, bande verticale).Traduction inédite du français en suédois par Mauritz Boheman.Texte en suédois.Traduction de : Aventures merveilleuses de Huon de Bordeaux, pair de France, et de la belle Esclarmonde, ainsi que du petit roi de féerie Auberon, mises en nouveau langage par Gaston Paris [illustrations signées Orazi] Paris, Didot, 1898, avec des caractères nouveaux dessinés par Eugène Grasset. Lédition française, possédant le même décor sur le premier plat, gravé par E. Aumont, existe en percaline rouge.La version de Gaston Paris des Aventures merveilleuses de Huon de Bordeaux, avec les aquarelles de Manuel Orazi, a été rééditée dans la collection Libretto, en 2019.Huon de Bordeaux est une chanson de geste anonyme de plus de 10 000 vers à l'origine, datant de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe. Bien que l'œuvre fasse partie du Cycle de Charlemagne, le traitement du thème montre une grande influence fantastique : le monde féerique envahit le poème. Le récit fait en particulier intervenir le nain Obéron (Auberon), aux pouvoirs surnaturels. L'œuvre a fait l'objet en 1898 d'une publication en français modernisé et en prose, due à l'académicien Gaston Paris (1839-1903). Ce traducteur est un célèbre médiéviste, auteur de nombreux travaux réputés. Expert en philologie, éduqué selon la méthodologie historique apprise en Allemagne, il a mis en français moderne de nombreux textes littéraires du Moyen Age. Il avait obtenu son doctorat ès lettres avec l'Histoire poétique de Charlemagne (1865), œuvre pionnière dans les études de lépopée médiévale, dont Huon de Bordeaux est un autre échantillon.Peintre symboliste fin de siècle, Manuel Orazi (1860-1934) a peu travaillé pour les plats historiés. On peut citer ses illustrations pour le livre de Daniel Laumonier, Anne Marie la Providence (Mame, 1906, PH 50-900). Son style flamboyant sadapte bien aux imaginations fantastiques de ce roman de chevalerie.Sur les « Romans de chevalerie » dont les aventures de Huon de Bordeaux sont un type représentatif, lencyclopédie Larousse propose une synthèse classique :« C'est le nom donné aux œuvres narratives en prose qui, aux XVe-XVIe s., reprirent les aventures des chansons de geste et des romans courtois des XIe-XIIIe s. Bien qu'il ait été précédé par des œuvres nombreuses et diverses (Ponthus, 1478 ; Tristan, 1482 ; Gyron le Courtois, 1501), le modèle du genre reste l'Amadis de Gaule, dont la première version connue (1508) est de Rodríguez de Montalvo. Si Du Bellay (Défense et Illustration de la langue française, II, 5) traite cette littérature romanesque d'« épiceries », et si Montaigne se vante (Essais, I, 26) de n'avoir même pas connu le nom « des Lancelots du Lac, des Amadis, des Huons de Bordeaux, et tels fatras de livres à quoi l'enfance s'amuse », les Quatre Fils Aymon connaîtra 18 éditions entre 1478 et 1549. Diane de Poitiers se fait lire les aventures d'Amadis et de Fierabras, et l'esprit du roman de chevalerie passera directement dans le Grand Cyrus de Mlle de Scudéry. Chapelain s'interrogera, dans son dialogue De la lecture des vieux romans (publié en 1870), sur le goût commun des nobles et des milieux populaires pour les romans de chevalerie : « Comme les poésies d'Homère étaient les fables des Grecs et des Romains, nos vieux romans sont aussi les fables des Français et des Anglais. » Les romans de chevalerie ont ainsi formé, aux XVIe-XVIIe s., une composante essentielle de la culture mondaine et moderne contre le pédantisme des collèges et l'érudition des milieux parlementaires. »Bel exemplaire reprenant toute liconographie de lédition française.
bottom of page