top of page
PEROCHON (Ernest) . Le Livre des quatre saisons .

PEROCHON (Ernest) . Le Livre des quatre saisons .

SKU : 9501064
350,00 €Prix
Paris, Librairie Delagrave, 1930 (imp. 8-29), gr. in-8 (29,5 x 20,5 cm), percaline saumon. Au premier plat, polychrome, un chiot tenant dans ses pattes un bouquet de fleurs, souriant à une souris agrippée à un arbuste et tenant une brindille dans sa direction. Second plat muet, motifs végétaux au dos, tête dorée, 233-(7) pp. ¦Édition illustrée de 123 dessins par Ray-Lambert, dont 8 à pleine page.Table : Les tribulations dun lièvre aux oreilles noires. Histoire de lours blanc qui voulait chasser la baleine volante. Au carré des rats. Tonkilaron monte en avion [Ane]. Œufs de Pâques [Merle]. Boulou-Kalari [Éléphant]. Louhélie sous le grand nénuphar [Anguille].Ce recueil de contes animaliers est dabord paru en 1928 puis en 1929 comme « livre de lecture à l'usage des cours moyen et supérieur des écoles primaires et des classes élémentaires des lycées et collèges », illustré par Ray-Lambert (avec trois contes de plus). En 1931, publié à Londres et New York, il sert de support pédagogique pour apprendre le français à un public anglophone. Il sera réédité en 1957 et 1960 (avec une mention de 271e mille, mesurant son succès). Avec ce livre, Ernest Pérochon marche sur les traces dAndré Demaison, qui venait de publier Le Livre des bêtes quon appelle sauvages (1928), et aussi de celles de Jules Renard (Histoires naturelles, 1896) ou de Louis Pergaud (De Goupil à Margot, histoires de bêtes, 1910).Instituteur dans les Deux-Sèvres, Ernest Pérochon (1885-1942) obtient le prix Goncourt pour Nène (1920), ce qui lincite à quitter lenseignement et à se consacrer à lécriture. Il publie des romans (La Parcelle 32, 1922, Les Ombres, 1923), des nouvelles, des poèmes, des livres pour enfants. Il est lauteur dun roman de science-fiction, Les Hommes frénétiques (1925). Son roman Les Gardiennes (1924) a été adapté au cinéma par Xavier Beauvois en 2017.« Ernest Pérochon s'est révélé comme un délicieux conteur pour les enfants. Les dix récits qui composent cet ouvrage, si joliment illustré par Ray-Lambert, sont du plus grand intérêt. Les Exploits de l'âne Tonkilaron, de l'ours blanc Rou-Grouf, de Merleau IV, les Aventures de Louhélie, l'Anguille sont d'une lecture attachante et cependant fort instructive, car l'auteur promène ses personnages au Pôle Nord, à travers l'Océan, à la Montagne, à la Plaine, etc. Et que de gaieté dans ces pages ! » (Le Correspondant, 1929).« Ce n'est pas chose facile que d'écrire un livre pour les enfants ; et des écrivains excellents y ont échoué. Il faut, pour réussir, allier, en un dosage habile, l'enchantement de l'imagination au souci d'enseigner certaines connaissances. L'auteur doit, tout en possédant un véritable talent d'écrivain, avoir vécu assez longtemps dans le milieu scolaire. C'est le cas d'Ernest Pérochon, instituteur-romancier. Le titre de l'ouvrage qu'il nous donne aujourd'hui Le Livre des quatre saisons renseigne déjà et rassure. Est-ce que nos instituteurs ne suivent pas dans leur enseignement du français la succession régulière des saisons de l'année ? Se conformer à cette tradition, c'était faire œuvre d'éducateur et fournir un livre évidemment utilisable. Restaient le contenu et la manière. Un seul récit risquait de fatiguer par sa longueur et de manquer de variété : les enfants aiment les personnages nouveaux évoluant dans des milieux différents, s'offrant à leur esprit comme des connaissances à faire, au besoin des énigmes à déchiffrer. M. Pérochon modelant son travail sur l'armature de la vie écolière imagina dix récits d'environ quarante pages, correspondant chacun à un mois de l'année scolaire. Ainsi se déroule le livre des quatre saisons : les récits se rapportent successivement à l'automne et à la chasse, à l'éclairage et au chauffage, au dur hiver, aux voyages sur mer et en avion, au printemps et aux nids, à la chasse aux éléphants, à la pêche et aux mœurs des poissons de nos rivières, à la vie de la forêt au cœur de l'été ». (L'Enseignement public, revue pédagogique, 1929).Le romancier et dramaturge Pierre Moinot (1920-2007) originaire des Deux-Sèvres, se souvient de ses visites dans la librairie Lavadoux, à Niort : « Mon père hésitait, tenait dans sa main La Prison de verre, de Gaston Chérau, mais Monsieur Goubard coupait court : il y avait un Pérochon qui venait de paraître, il le recommandait, c'était un drôle de titre, Bernard l'ours ou la torpédo camionnette. Un nouveau livre de Pérochon, pour mon père c'était presque un devoir : un prix Goncourt, un Poitevin, un homme à dictées et, de surcroît, instituteur. « Ah ! Mais, disait Madame Lavadoux qui venait de descendre avec ma mère, vous ne vous en tirerez pas comme ça, Monsieur Moinot ! Et le petit ? Tenez, pour lui aussi un Pérochon, Le Livre des quatre saisons, c'est délicieux. Je te fais cadeau de la feuille de papier cristal pour le couvrir. » (Pierre Moinot, « Sous les cocardes », p. 122-124, in Librairies, corps et âmes, éd. Dominique Reynié, 1994).Le peintre et illustrateur Ray-Lambert (1889-1967) a beaucoup œuvré pour les publications pédagogiques et scolaires. Après Le Livre des quatre saisons, il a coopéré à plusieurs livres dErnest Pérochon diffusés en milieu scolaire : Au point du jour, premier livre de lecture courante, de récitation et de chant (Delagrave, 1930), Contes des cent un matins, livre de lecture courante pour toutes les écoles. Cours élémentaire et cours moyen (1er degré) (Delagrave, 1930), Les Yeux clairs, livre de lecture courante pour le cours moyen (C. E. P.) (Delagrave, 1933), A l'ombre des ailes, roman scolaire. Préparation au certificat d'études (1935), Tap-Tap et Bilili, roman scolaire. Cours élémentaire (1938), Nicolas et Nicolette au bois charmant, roman scolaire. Cours élémentaire. 1re année (Delagrave, 1938). Il a fait lobjet dun beau livre richement documenté, L'École enchantée de Raylambert par Daniel Durandet et Yves Frémion (Belin, 2016).Exemplaire superbe.
bottom of page